Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Jean-Pierre

Compostelle, 4ème jour de Chahaignes à Beaumont la Ronce 2 novembre 2017

2 Décembre 2017 , Rédigé par Jean-Pierre Publié dans #Pélerinage : Compostelle et autres lieux, #Autoportrait

Dès 9 h me voici sur la route direction Beaumont la Ronce. Ce sera ma plus longue étape sur ce tronçon : un peu moins de 26 km. Avant de le quitter, Frantz m’a expliqué la route à suivre. Comme à son habitude, il me parle des habitants que je vais rencontrer le long de la route par leurs prénoms et leurs professions, comme si je les connaissais. « Vous allez voir sur votre gauche chez Francis, il restaure des voitures, vous verrez plein de voitures dans son pré, un peu plus loin il y a Christian avec ses chèvres, etc. ». Epatant.

Compostelle, 4ème jour de Chahaignes à Beaumont la Ronce 2 novembre 2017

En tournant sur la gauche, je prends le chemin direction La Chartre sur le Loire. Peut après, une voiture emprunte le même chemin et klaxonne toute les 2 mn. Bizarre bizarre. Elle me dépasse toujours en klaxonnant avec trois chiens dans la voiture. Comme on ne se connaît pas, je ne comprends pas bien la situation. Au bout du chemin, la femme descend de la voiture avec les chiens.

 

A l’entendre, elle klaxonne pour amuser ses chiens. Je ne pense pas que Frantz apprécie la situation avec ses rapaces et moutons et autres perruches. Hélas nous prenons le même chemin.

 

Après quelques minutes, je ne suis pas fâché qu’elle s’arrête dans une pâture pour jouer avec ses chiens. J’apprécie tellement le calme du Chemin.

Des portails richement décorésDes portails richement décorés

Des portails richement décorés

A deux kilomètres de l’Autourserie, je rencontre un obstacle inattendu : un pont de pierre.

 

Hésitation. Le pont à l’air solide. J’y vais ou j’y vais pas. Il faut bien que je passe la rivière d’une manière ou d’une autre. J’ai pas envie de me mouiller les pieds…

 

 

Finalement et connaissant mes talents d’acrobate, je choisi la sécurité, je prends le pont d’à côté.

 

 


Longeant le Loir sur 2 kilomètres, j’arrive à la Chartre sur le Loir. Je contourne le camping de la ville. Au passage, il est super-classe. J’ai l’impression d’être dans « camping paradis ». Je prends le contournement du centre. Après quelques temps, j’aperçois le centre-ville. Le clocher a l’air sympa et le centre bien animé avec ses commerces.

 

Finalement je bifurque vers la place de la République. C’est bien vivant. Je rentre à l’Office du tourisme de la Vallée du Loir pour faire tamponner ma créanciale, je voudrai un souvenir de la ville. La préposée est sympathique. Elle m’accueille avec un grand sourire. Mais pas de tampon à l’office du tourisme. Dommage. Ce serait bien que les mairies et offices de tourismes se dotent d'outils simples pour la promotion de leurs villes.

 

Finalement en sortant, je rentre sur la droite dans le premier commerce que je rencontre, un fleuriste. Elle a bien un tampon et accepte gentiment de tamponner ma créanciale. Son magasin sens bon avec tous les chrysanthèmes de la Toussaint.

 

 

Attention à La Chartre sur le Loir

si vous confondez le médecin après le vétérinaire

ça peut être terminus au cimetière…

au moins ça a le mérite d'être clair 

 

Peu après la sortie de La Chartre sur le Loir, j’ai le bonheur d’apercevoir trois chevreuils traversant tranquillement la route. Un spectacle magnifique.

 

Au septième kilomètre de ma route, je quitte la Sarthe pour entrer en Indre et Loir. Un passage symbolique, le premier changement de département de mon Chemin. C’est avec beaucoup d’émotion que je quitte la Sarthe…

 

Enfin, bon, faut rien exagérer non plus.

 

Arrivé à Chemillé sur Dème[1], je parcours quelques rues. Finalement, c’est au pied de l’église[2] que je prie l’office du milieu du jour et prend quelques forces. Il est midi. L’église est fermée, personne dans les rues à l’exception du facteur. Une foultitude de pigeons ont élus domicile dans les combles d’une maison abandonnée. La lucarne du toit est ouverte, les pigeons entrent et sortent en nombre impressionnant. Il doit y avoir un vrai pigeonnier sauvage

 

[2] Eglise Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte. Elle doit son nom à saint Cyr et à sa mère sainte Julitte, deux martyrs chrétiens du IVe siècle.

Compostelle, 4ème jour de Chahaignes à Beaumont la Ronce 2 novembre 2017Compostelle, 4ème jour de Chahaignes à Beaumont la Ronce 2 novembre 2017
Compostelle, 4ème jour de Chahaignes à Beaumont la Ronce 2 novembre 2017Compostelle, 4ème jour de Chahaignes à Beaumont la Ronce 2 novembre 2017

Les plaques des noms de rues autour de l’église m’interpellent. Il est question de « ruette », ruette de l’église, ruette de la Racotterie. Ruette étant un passage très étroit, encore plus petit qu’une ruelle. Terme utilisé en littérature[1].

 

 

Après avoir fait le tour de l’église à défaut de pouvoir y entrer, je reprends le Chemin aux travers des rues de Chemillé.

 

A la sortie de Chemillé sur Dême, une longue ligne droite m’attend.

 

[1] On était dans une ruette exiguë. (Victor HugoL’Homme qui rit, 1869, édition 1907)

Compostelle, 4ème jour de Chahaignes à Beaumont la Ronce 2 novembre 2017Compostelle, 4ème jour de Chahaignes à Beaumont la Ronce 2 novembre 2017

En fait la route sera toujours longiligne sur 10 kilomètres soit jusqu’à mon étape à Beaumont la Ronce. Pour rompre la monotonie de la route, les vallons sont heureusement présents. A l’approche de 14 h, la circulation se fait plus intense. J’ai appris au long du chemin de lire l’heure non sur une montre (je n’en ai pas) ni au soleil mais à l’intensité de la circulation. Deux points m’ont marqués, dans les villages entre midi et 14 h, il n’y a personne dans les rues et sur le coup de 13h30-14h, la circulation se fait plus vive et les camions réapparaissent.

 

A propos des camions, tout au long de la route, j’ai pris l’habitude de saluer les chauffeurs de la main. Beaucoup me répondent. L’info a dû passer par la CB. Quand un camion approche, je m’arrête sur le bord de la route pour lui faire signe et il se déporte sur la gauche pour m’éviter un coup de vent. Les routiers sont sympas.

 

Arrivé à Beaumont la Ronce à 15h10.

Je trouve facilement la maison d’hôte. Elle est juste à l’entrée de la commune en face du château.

 

Mme Campion m'a proposé de m'emmener à la Messe à Neuvy le Roi.

 

Cette fois-ci je suis sûr de trouver l’église ouverte. Bien qu’arrivé à la nuit tombée, l’église est pleine de charme. L’église Saint Vincent a été restaurée en 2015. Elle date du XV-XVIe siècles.

L’église est comble. Toutes les familles ayant eu un deuil dans l’année ont été invitée et elles ont répondues à l’invitation. Andrée Campion est membre de l’équipe des funérailles. Elle rejoint l’équipe. Je reste à mi nef parmi les paroissiens. Nous sommes accueillis par un prêtre africain[1]. Il a une voix qui porte et une force évangélisatrice extraordinaire. Son sourire est très marquant.

 

Pour son mot d’accueil, il invite l’assemblée à la joie. La joie de la venue du Seigneur. « Quand nous perdons un être cher, c’est Jésus qui vient nous visiter. Il vient chercher celui qu’il aime. Même si la séparation nous rend triste, nous savons que Dieu vient nous visiter. La messe, c’est la célébration de la présence de Jésus parmi nous. Il est là aujourd’hui entouré de tous ceux qui nous ont quittés. Il est là, ils sont là autour de l’autel ». Houa… tout sera sur la même note : l’Espérance et l’Amour de Dieu. La messe sera très émouvante pour moi. Je pense à tous ceux qui nous ont quittés. Même entouré d’inconnus, ce sont tous des frères et des sœurs en Christ. Beaucoup ont vécu la même épreuve que moi, que nous. Le Père sait communiquer sa joie de croire, superbement. Dieu soit loué pour cette belle messe. J’en avais vraiment besoin.

 

La messe est suivie d’un verre de l’amitié introduit par le mot du Père François-Xavier : « Venez partager un verre, venez partager un mot d’amitié, mais venez surtout partager un ‘sourire’ (avec les ‘r’ qui roulent à l’africaine) ». Son invitation est entendue. Andrée Campion me présente au Père et à plusieurs de ses amis. Parmi eux un couple de Jacquets. « Nous avons pris le Chemin au moment de la retraite. Nous sommes partis chacun depuis sa région d’origine pour le terminer ensemble. Ce fut une belle aventure. Profitez bien de votre Chemin ». Nous avons échangés sur nos expériences respectives (j’ai surtout écouté). Tel fut mon premier contact avec des Jacquets qui avaient fait le Chemin de bout en bout. Nous nous sommes quittés au cri d’encouragement « Ultreïa ! ». Génial. Une belle soirée au cœur de la célébration des défunts. C’est un aspect de la Communion des Saints. 

 

[1] Le père François-Xavier Oniossou […] vient de se voir confier, par l'évêque, la paroisse Notre-Dame-de-la-Clarté-Dieu qui couvre le territoire des anciens cantons de Neuillé-Pont-Pierre et de Neuvy-le-Roi, soit un ensemble de 18 communes. Originaire du Bénin, François-Xavier Oniossou a déjà acquis une solide expérience. Après avoir étudié dans une filière littéraire et avoir obtenu une licence en sciences économiques et en géographie, il est parti au séminaire. Ensuite, il a été vicaire à Cotonou, puis curé sur une zone de lacs de plus de 6.000 hectares. « Je me déplaçais sur l'eau, par le bac ou en pirogue, pour aller de villages en villages », précise-t-il. Présent depuis huit ans en France, il a vécu à Levallois-Perret (Hauts de Seine), reprenant ses études afin de passer un master en sciences de l'éducation, il s'est également impliqué pour la réinsertion de jeunes en rupture sociale. En Touraine depuis quatre ans, il a été nommé à Saint-Pierre-des-Corps puis dans la vallée de l'Indre avant de se voir confier aujourd'hui la paroisse Notre-Dame-de-la-Clarté-Dieu où il restera « pour six ans, si tout va bien ».La réunion [d’accueil] était un moment destiné à se présenter, mais aussi pour connaître le territoire, ses habitants ainsi que leurs habitudes, les fêtes et les sorties culturelles auxquelles, il désire se mêler car pour lui « tout rassemblement, toute rencontre, est une grâce ». (https://www.lanouvellerepublique.fr/actu/le-nouveau-pretre-a-la-rencontre-des-paroissiens)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Très intéressant ce suivi du chemin de Saint Jacques de Compostelle ! <br /> Je m'abonne pour la suite...<br /> J'ai eu un déclic quand j'ai lu la traversée de la route à la sortie de La Chartre par 3 chevreuils !!! ( photographie, quand tu nous tiens !!! )
Répondre
J
J'ai d'ailleurs pensé à vous à ce moment là. Je n'ai pas eu le temps de sortir mon appareil photo. Mais la contemplation était bien présente. Beauté de la nature.