Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Page D'accueil, Contact

  • : Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • : Quelques réflexions de Djipi
  • Contact

Noël

 

 

Recherche

Dimanche prochaine avec MN Thabut

Cliquez sur la photo pour accéder

au commentaire de

Mme Marie Noelle Thabut

MN Thabut 03

On n'oblige pas le piéton...

Je me garderai bien de juger une personne.

Je me fais seulement l’écho de l’enseignement habituel de l’Eglise qui rappelle les principes fondamentaux capables d’éclairer la route de ses fidèles. En installant un lampadaire pour éclairer le trottoir, on n’oblige pas le piéton à marcher sur ce trottoir.

D'après une rubrique du Carême par Serviam
24 mars 2008 1 24 /03 /mars /2008 09:58

Aujourd’hui, nous sommes à l’avant dernier dimanche de l’année liturgique. C’est aussi la journée nationale du Secours Catholique. C’est à ce titre, au titre de la mission que notre évêque m’a confiée il y a maintenant trois ans auprès du Secours Catholique que je viens prendre la parole devant vous.

 

Les lectures que nous venons d’entendre ont des intonations assez dramatiques. Sous ces paroles tragiques, il est bon de relever au moins deux expressions qui nous portent à l’espérance.

«Le soleil de justice apportera la guérison dans son rayonnement»

et aussi «c’est par votre espérance que vous obtiendrez la vie».

Au milieu des drames et des difficultés, nous sommes appelés, par ces paroles, à être en état de veille, à apporter toute notre attention à ce qui est la vraie vie, à être attentif à l’autre. C’est tout à fait ce qui nous est demandé au Secours Catholique.

 

A la suite du message évangélique, prenons le parti de l’espérance et vivons le message de l’Evangile chaque jour et en toute circonstance.

 

Aujourd’hui, nous sommes invités à nous arrêter à une expression qui fait référence : «partout votre don agit».

C’est le thème retenu par le Secours Catholique pour sa journée nationale.

 

En réfléchissant à cette phrase et à ce que nous vivons en équipe au Secours Catholique dans le doyenné, je ne vous cache pas que nous rencontrons un grand vide. Le «partout» nous avons du mal à l’assumer aujourd’hui sur La Suze. Je suis venu vous confier un grand souci. Il nous manque des bénévoles pour que notre mission de proximité et de solidarité soit menée à bien sur la ville même.

 

Concrètement, nous sommes engagés dans une vie d’équipe à raison d’une rencontre tous les deux mois. C’est un temps d’échange et de préparation de certaines activités.

Par exemple, l’an dernier, nous avons organisé une journée détente avec des familles suivies par le Secours Catholique. Nous avons passé la journée à Pecheray. Ce fut un bon moment de convivialité.

Récemment, nous avons permis à une personne de participer au pèlerinage à Rome. Le financement a été assuré conjointement et à part égale entre le doyenné et le Secours Catholique.

 

Il nous est en effet apparu important que des personnes démunies puissent participer aux grands événements de la vie de l’Eglise. Nous partons du postulat que ce n’est pas parce que l’on n’a pas les moyens que l’on ne participe pas. C’est aussi une façon de signifier que nous, équipe du Secours Catholique, nous sommes pleinement associés à la vie du doyenné et surtout que, dans l’Eglise, même les plus pauvres peuvent et doivent participer aux plus grandes activités.

 

Ayons à cœur de garder à l’esprit la question suivante : dans ce que nous proposons en Eglise, avons-nous le souci d’inviter ceux qui n’ont pas les moyens ? Pensons-y lorsque nous envisageons d’organiser quelque chose. Sachons inviter gratuitement les plus démunis. Il faut que tout le monde puisse participer. Ayons à l’esprit l’accueil du plus pauvre, du plus démunis, en notre communauté. Ayons à cœur de faire entrer le pauvre dans notre Eglise.

 

Pour cette année, comme je vous l’ai dit, avec l’effectif actuel de l’équipe du Secours Catholique sur La Suze, nous sommes dans l’incapacité à répondre aux demandes d’accompagnement des familles ou d’aides ponctuels.

 

Aussi, si vous avez envie de rencontrer des personnes, si vous avez quelques moments à consacrer aux autres, si vous voulez aider les autres, si vous souhaitez vivre un temps de partage en équipe, n’hésitez pas à vous faire connaître et à venir vous joindre à nous. Prenez le temps de la réflexion et de la prière. Nous avons besoin d’aide en bénévole.

 

Les moyens matériels ne manquent pas. Vous savez grandement répondre aux appels aux dons comme aujourd’hui ou en décembre à l’occasion de l’opération 1 million de bougies. Il faut continuer. Ce n’est pas le moment de baisser les bras.

 

«Partout, notre don agit». Le Secours Catholique est service de l’Eglise pour faire rayonner la charité, pour que partout le don agisse, chacun à sa manière, que ce soit par l’action de proximité, par la prière ou par le don matériel.

 

Nous avons tous et chacun à œuvrer pour créer des communautés de partage et de fraternité en interpellant les personnes de bonne volonté pour qu’elles soient, pour que vous soyez en état de veille et d’attention pour les plus fragiles. C’est l’Evangile, la Bonne Nouvelle de la libération, du salut et de la grâce qui se joue là. Que partout notre don agisse, mais qu’il y ait du don afin que se construise le Royaume du Christ.

 

Amen !

Jean Pierre

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Q.C.M.

Q.C.M.KTO.jpg
Un jeu de connaissances auquel les téléspectateurs de toutes générations peuvent participer. Trois candidats viennent chaque semaine tenter de se qualifier pour la finale du mois. Ecriture, Histoire de l'Eglise, saints et témoins de la foi...l'occasion en cette année de la foi de tester - et d'enrichir ! - ses connaissances, en s'amusant, sous la conduite souriante de Charlie Clarck.

 

Cliquez sur le logo KTO pour accéder aux vidéo

 

 

Chapitres & Thèmes Du Blog

Option préférentielle

Aux yeux de l'Eglise, l'"option préférentielle pour les pauvres" n'est pas un simple slogan.
C'est un impératif évangélique auquel j'ai essayé de me conformer tout au long de ma vie et de mes missions.
[...] Il est difficile de parler des pauvres -et aux pauvres- si l'on ne se solidarise pas avec leur vie.

Cardinal Roger Etchegaray
J'ai senti battre le coeur du monde
p. 216