Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Page D'accueil, Contact

  • : Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • : Quelques réflexions de Djipi
  • Contact

Noël

 

 

Recherche

Dimanche prochaine avec MN Thabut

Cliquez sur la photo pour accéder

au commentaire de

Mme Marie Noelle Thabut

MN Thabut 03

On n'oblige pas le piéton...

Je me garderai bien de juger une personne.

Je me fais seulement l’écho de l’enseignement habituel de l’Eglise qui rappelle les principes fondamentaux capables d’éclairer la route de ses fidèles. En installant un lampadaire pour éclairer le trottoir, on n’oblige pas le piéton à marcher sur ce trottoir.

D'après une rubrique du Carême par Serviam
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 09:36
On crois rêver en lisant la dépêche de l'AFP : en résumé, deux examinatrices venu dans un centre d'examen ordinairement école catholique, se sont senties en danger dans les classes à cause de la présence de crucifix. Elles ont exercé leur droit de retait (rappelons que le droit de retrait peut être exercé par un salarié quand il se sent en danger sur son lieu de travail) (1)...

Voici le texte de la dépêche pour se faire personnellement une idée. Où va donc se glisser l'obscurantisme et l'intolérance religieuse. Quand on vient dans un établissement catholique, ne doit pas respecter son indentité ? tout comme chacun respecte l'identité de l'autre... Quand on est invité chez quelqu'un, la moindre des choses, c'est de respecter la personne et l'aménagement de son intérieur... Quoi d'étonnant que de voir des crucifix quand on vient dans un établissement scolaire de l'enseignement catholique ? (2)

On peut se poser des questions quant à l'objectivité de deux examinatrices venu avec un tel état d'esprit.

CRÉTEIL, 29 juin 2009 (AFP) - Bac: deux examinatrices se plaignent de la présence de croix dans des salles d'examen

Deux examinatrices à l'oral du baccalauréat de français se sont plaintes jeudi et vendredi de la présence de croix dans des salles d'examen du lycée privé Saint-André de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne), a-t-on appris lundi de sources concordantes.


"Deux professeurs ont demandé à retirer les croix mais c'est chose impossible car il n'y a pas de raison de le faire, comme me l'a indiqué le directeur de la maison des examens d'Arcueil (SIEC)", a déclaré à l'AFP Gérard Meunier, le proviseur de ce lycée catholique.


"Je comprends, je suis d'une grande tolérance mais il est difficile de retirer tous les signes religieux d'une école catholique", a-t-il ajouté, en précisant qu'il s'agissait du "premier" incident de ce type dans son établissement, qui est un centre d'examen depuis une dizaine d'années.


Les deux examinatrices, qui enseignent dans d'autres lycées, ont été remplacées pour cette épreuve, selon le SNES-FSU de Créteil.


Dans un communiqué, le syndicat déplore "l'attitude de la direction du SIEC qui préfère le remplacement des enseignants à l'application de la loi républicaine et de ses principes laïcs". Il appelle à "une mise au point officielle" de la part du SIEC.


"Tous les candidats doivent avoir les mêmes conditions d'examen et la consigne de bon sens est de tout retirer des murs d'une salle d'examen pour ne pas influencer les candidats", a souligné Dominique Chauvin, secrétaire général adjoint du syndicat.


Stéphane Kessler, le directeur du SIEC, a précisé à l'AFP que les deux enseignantes avaient été remplacées l'une vendredi et l'autre lundi car "elles ne s'étaient pas présentées" au lycée Saint-André.


Concernant la présence de croix dans les salles d'examen, M. Kessler a dit "ne pas connaître de texte très précis là-dessus".


"La direction des affaires juridiques va être saisie dans les tout prochains jours car ce point de droit doit être éclairci mais j'ai de vrais doutes sur la gêne occasionnée pour les candidats", a ajouté le directeur du SIEC.

"C'est peut-être bien que cette question soit évoquée mais ce n'est pas à chacun de dire +j'y vais, j'y vais pas, ça me choque+. Le droit de retrait s'applique quand il y a un danger pour les personnes", a-t-il fustigé.

* * * * * * * * * *
1) Le salarié confronté à un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé, a le droit d’arrêter son travail et, si nécessaire, de quitter les lieux pour se mettre en sécurité. L’employeur ou les représentants du personnel doivent en être informés. Ce droit de retrait est un droit protégé. La décision du salarié ne doit cependant pas créer pour d’autres personnes une nouvelle situation de danger grave et imminent.
 

(2) Bien que les crucifix soient de plus en plus rare dans les établissements scolaires de l'enseignement catholique, et c'est bien regrettable. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean 03/07/2009 18:21

Bien triste histoire !
Et ce sont de telles personnes qui corrigent les copies ou font passer l'oral d'examen...
alors c'est encore plus triste...

Q.C.M.

Q.C.M.KTO.jpg
Un jeu de connaissances auquel les téléspectateurs de toutes générations peuvent participer. Trois candidats viennent chaque semaine tenter de se qualifier pour la finale du mois. Ecriture, Histoire de l'Eglise, saints et témoins de la foi...l'occasion en cette année de la foi de tester - et d'enrichir ! - ses connaissances, en s'amusant, sous la conduite souriante de Charlie Clarck.

 

Cliquez sur le logo KTO pour accéder aux vidéo

 

 

Chapitres & Thèmes Du Blog

Option préférentielle

Aux yeux de l'Eglise, l'"option préférentielle pour les pauvres" n'est pas un simple slogan.
C'est un impératif évangélique auquel j'ai essayé de me conformer tout au long de ma vie et de mes missions.
[...] Il est difficile de parler des pauvres -et aux pauvres- si l'on ne se solidarise pas avec leur vie.

Cardinal Roger Etchegaray
J'ai senti battre le coeur du monde
p. 216