Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Page D'accueil, Contact

  • : Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • : Quelques réflexions de Djipi
  • Contact

Noël

 

 

Recherche

Dimanche prochaine avec MN Thabut

Cliquez sur la photo pour accéder

au commentaire de

Mme Marie Noelle Thabut

MN Thabut 03

On n'oblige pas le piéton...

Je me garderai bien de juger une personne.

Je me fais seulement l’écho de l’enseignement habituel de l’Eglise qui rappelle les principes fondamentaux capables d’éclairer la route de ses fidèles. En installant un lampadaire pour éclairer le trottoir, on n’oblige pas le piéton à marcher sur ce trottoir.

D'après une rubrique du Carême par Serviam
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 10:46

sauve-toi-vie-appelle.jpgRésumé

«Lors de ma première naissance, je n'étais pas là. Mon corps est venu au monde le 26 juillet 1937 à Bordeaux. On me l'a dit. Je suis bien obligé d'y croire puisque je n'en ai aucun souvenir.

 

Ma seconde naissance, elle, est en pleine mémoire. Une nuit, j'ai été arrêté par des hommes armés qui entouraient mon lit. Ils venaient me chercher pour me mettre à mort. Mon histoire est née cette nuit-là.» 

 

B. C.

 

C'est cette histoire bouleversante que Boris Cyrulnik nous raconte pour la première fois en détail dans ce livre où l'émotion du survivant se conjugue au talent de l'écrivain, où le récit tragique se mêle à la construction de la mémoire, où l'évocation intime d'une enfance fracassée par la guerre exalte la volonté de surmonter le malheur et de répondre à l'appel de la vie.

 

Une histoire poignante, hors du commun, qui retentit profondément en chacun d'entre nous.

 

Boris Cyrulnik, né le 26 juillet 1937 à Bordeaux, possède de nombreuses cordes à son arc : psychiatre, psychanalyste, il est aussi responsable d'un groupe de recherche en éthologie clinique à l'hôpital de Toulon, matière qu'il enseigne également dans cette ville. Il a largement contribué à faire (re)connaître cette discipline, la seule qui permette selon lui une compréhension globale de l'Humain. On lui doit également le concept de résilience lié à une douloureuse expérience personnelle. Né dans une famille juive, il a été raflé en 1943 avec une partie de sa famille. S'il a réussi à s'échapper, ses parents sont tous deux morts en déportation et il a donc du se construire sans eux. Homme de convictions, il a fait partie des 43 personnalités constituant la commission Attali sur les freins à la croissance en 2007, et milite toujours pour la non-violence. Depuis les années 1980, il se consacre essentiellement à la transmission et la vulgarisation de son savoir à travers.

 

 

Courier des auteurs le 26/01/2013

1) Qui êtes-vous ? ! 

Mon éditeur dit que je suis un grand écrivain. Ma femme dit que je suis un mari parfait. Mes enfants disent que je suis un père adorable.

Seuls ceux qui ne me connaissent pas peuvent dire qui je suis.

 

2) Quel est le thème central de ce livre ? 

Mémoire ou Histoire ? Ce qui est dans ma mémoire ne correspond pas à la mémoire historique. Mais les archives se trompent-elles aussi. Cette réflexion à propos de mon enfance, emprisonnée, traquée et libérée. L'après-guerre a été le moment le plus difficile.

 

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ? 

Le titre «Sauve-toi, la vie t'appelle».

 

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ? 

«L'après midi d'un aphone». Le livre porte sur la difficulté de parler à ceux qui ne veulent rien entendre.

 

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ? 

J'aimerais partager un doute, la mémoire qui nous constitue authentiquement est-elle une représentation du passé ou la vérité passée ?

 

6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ?

Tous les matins, je me mets à ma table de travail vers 6h et j'écris jusqu'à 13h, en levant parfois la tête pour regarder l'état de la mer.

 

7) Comment vous vient l'inspiration ?

L'inspiration ne vient jamais. C'est moi qui vais la chercher en pensant à mes rencontres professionnelles, amicales, à mes lectures et à mes carnets de notes.

 

8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescent «un jour j'écrirai des livres» ? 

À l'âge de huit ans j'ai décidé d'écrire, d'abord des «rédactions», puis des articles, puis des livres confidentiels, puis des livres...

 

9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lecteur) ?

Zola, Jules Vallès, Oliver Twist. Ces auteurs ont écrit ma biographie.

 

10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? ! 

Sans les écrivains, nous aurions des idées claires, donc fausses. Par bonheur, les écrivains compliquent tout.

 

11) Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ? 

Quelques personnes se font interdire de casino par ce qu'elles y perdent trop d'argent. J'envisage de me faire interdire de librairie.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Livres
commenter cet article

commentaires

Q.C.M.

Q.C.M.KTO.jpg
Un jeu de connaissances auquel les téléspectateurs de toutes générations peuvent participer. Trois candidats viennent chaque semaine tenter de se qualifier pour la finale du mois. Ecriture, Histoire de l'Eglise, saints et témoins de la foi...l'occasion en cette année de la foi de tester - et d'enrichir ! - ses connaissances, en s'amusant, sous la conduite souriante de Charlie Clarck.

 

Cliquez sur le logo KTO pour accéder aux vidéo

 

 

Chapitres & Thèmes Du Blog

Option préférentielle

Aux yeux de l'Eglise, l'"option préférentielle pour les pauvres" n'est pas un simple slogan.
C'est un impératif évangélique auquel j'ai essayé de me conformer tout au long de ma vie et de mes missions.
[...] Il est difficile de parler des pauvres -et aux pauvres- si l'on ne se solidarise pas avec leur vie.

Cardinal Roger Etchegaray
J'ai senti battre le coeur du monde
p. 216