Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Page D'accueil, Contact

  • : Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • : Quelques réflexions de Djipi
  • Contact

Noël

 

 

Recherche

Dimanche prochaine avec MN Thabut

Cliquez sur la photo pour accéder

au commentaire de

Mme Marie Noelle Thabut

MN Thabut 03

On n'oblige pas le piéton...

Je me garderai bien de juger une personne.

Je me fais seulement l’écho de l’enseignement habituel de l’Eglise qui rappelle les principes fondamentaux capables d’éclairer la route de ses fidèles. En installant un lampadaire pour éclairer le trottoir, on n’oblige pas le piéton à marcher sur ce trottoir.

D'après une rubrique du Carême par Serviam
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 13:48

Vincent-Eucharist-300x295-copie-1

Rencontre de la Cellule Missionnaire Vincentienne

Que chacun se sente invité par le Seigneur

et prenne le temps de méditer l'Evangile.

 


Tentations.jpg

EVANGILE - Matthieu 4,1-11

Jésus, après son baptême, 1 fut conduit au désert par l'Esprit pour être tenté par le démon.2 Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim.3 Le tentateur s'approcha et lui dit : «Si tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains.»4 Mais Jésus répondit : «Il est écrit : Ce n'est pas seulement de pain que l'homme doit vivre, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.»5 Alors le démon l'emmène à la ville sainte, à Jérusalem, le place au sommet du Temple6 et lui dit : «Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera pour toi des ordres à ses anges, et : ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre.»7 Jésus lui déclara : «Il est encore écrit : Tu ne mettras pas à l'épreuve le Seigneur ton Dieu.»8 Le démon l'emmène encore sur une très haute montagne et lui fait voir tous les royaumes du monde avec leur gloire.9 Il lui dit : «Tout cela, je te le donnerai, si tu te prosternes pour m'adorer.»10 Alors, Jésus lui dit : «Arrière, Satan ! car il est écrit : C'est devant le Seigneur que tu te prosterneras et c'est lui seul que tu adoreras.»11 Alors le démon le quitte. Voici que des anges s'approchèrent de lui, et ils le servaient.

 

Commentaire de Marie Noelle Thabut :

Chaque année, le Carême s'ouvre par le récit des tentations de Jésus au désert : il faut croire qu'il s'agit d'un texte vraiment fondamental ! Cette année, nous le lisons chez Saint Matthieu. 

 

«Jésus, après son baptême, fut conduit au désert par l'Esprit pour être tenté par le démon». Ce n'est pas le texte exact de l'évangile, mais la traduction employée dans la liturgie nous invite (à juste titre) à faire le lien entre le baptême de Jésus et les tentations : car dans l'évangile lui-même, Matthieu, après avoir rapporté le baptême, continue aussitôt «Alors, Jésus fut conduit par l'Esprit au désert pour y être tenté.» Lui-même nous invite donc à faire un rapprochement entre le baptême de Jésus et les tentations qui le suivent immédiatement. Cet homme s'appelle «Jésus» et Matthieu a dit quelques versets plus haut : «C'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés», c'est le sens même du nom de Jésus. Il vient d'être baptisé par Jean-Baptiste dans le Jourdain ; et rappelez-vous, Jean-Baptiste n'était pas d'accord et il l'avait dit : «C'est moi, Jean, qui ai besoin d'être baptisé par toi, et c'est toi, Jésus, qui viens à moi !» (sous-entendu c'est le monde à l'envers)... Et, là, au cours du Baptême de Jésus, il s'était passé quelque chose : «Dès qu'il fut baptisé, Jésus sortit de l'eau. Voici que les cieux s'ouvrirent et il vit l'Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et voici qu'une voix venant des cieux disait « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, celui qu'il m'a plu de choisir». 

 

Cette phrase, à elle seule, annonce publiquement que Jésus est vraiment le Messie : car, l'expression «Fils de Dieu» était synonyme de Roi-Messie et la phrase «mon bien-aimé, celui qu'il m'a plu de choisir» était une reprise d'un des chants du Serviteur chez Isaïe. En quelques mots, Matthieu vient donc de nous rappeler tout le mystère de la personne de Jésus ; et c'est lui, précisément, Messie, sauveur, serviteur qui va affronter le Tentateur. Comme son peuple, quelques siècles auparavant, il est emmené au désert ; comme son peuple, il connaît la faim ; comme son peuple, il doit découvrir quelle est la volonté de Dieu sur ses fils ; comme son peuple, il doit choisir devant qui se prosterner. 

 

«Si tu es le Fils de Dieu», répète le Tentateur, manifestant par là que c'est bien là le problème ; et Jésus y a été affronté, pas seulement trois fois, mais tout au long de sa vie terrestre ; être le Messie, concrètement, en quoi cela consiste-t-il ? La question prend diverses formes : est-ce résoudre les problèmes des hommes à coup de miracles, comme changer les pierres en pain ? Est-ce provoquer Dieu pour vérifier ses promesses ?... En se jetant du haut du temple par exemple, car le psaume 90/91 promettait que Dieu secourrait son Messie... Est-ce posséder le monde, dominer, régner, à n'importe quel prix, quitte à adorer n'importe quelle idole ? Quitte même à n'être plus Fils ? Car je remarque que, la troisième fois, le Tentateur ne répète plus «Si tu es Fils de Dieu»...

 

Le comble de ces tentations, c'est qu'elles visent des promesses de Dieu : elles ne promettent rien d'autre que ce que Dieu lui-même a promis à son Messie. Et les deux interlocuteurs, le Tentateur comme Jésus lui-même le savent bien. Mais voilà... les promesses de Dieu sont de l'ordre de l'amour ; elles ne peuvent être reçues que comme des cadeaux ; l'amour ne s'exige pas, ne s'accapare pas, il se reçoit à genoux, dans l'action de grâce. Au fond, il se passe la même chose qu'au jardin de la Genèse ; Adam sait, et il a raison, qu'il est créé pour être roi, pour être libre, pour être maître de la création ; mais au lieu d'accueillir les dons comme des dons dans l'action de grâce, dans la reconnaissance, il exige, il revendique, il se pose en égal de Dieu... Il est sorti du registre de l'amour et il ne peut plus recevoir l'amour offert... il se retrouve pauvre et nu.

 

Jésus fait le choix inverse : «Arrière Satan !» Comme il le dira une fois à Pierre « tes pensées sont des pensées à la manière d'Adam... tes vues ne sont pas celles de Dieu mais celles des hommes» (Mt 16,23)... D'ailleurs, plusieurs fois dans ce texte, Matthieu a appelé le tentateur du nom de «diable», en grec le «diabolos» ce qui veut dire «celui qui divise». Est Satan pour chacun de nous comme pour Jésus lui-même celui qui tend à nous séparer de Dieu, à voir les choses à la manière d'Adam et non à la manière de Dieu. Au passage, je remarque que tout est dans le regard : celui d'Adam est faussé ; au contraire, pour garder le regard clair, Jésus scrute la Parole de Dieu : ses trois réponses au tentateur sont des citations du livre du Deutéronome, dans un passage qui est précisément une méditation sur les tentations du peuple d'Israël au désert. 

 

Alors, précise Matthieu, le démon (le diviseur) le quitte ; il n'a pas réussi à diviser, à détourner le cœur du Fils ; cela fait irrésistiblement penser à la phrase de Saint Jean dans le Prologue (Jn 1,1) : «Au commencement était le Verbe et le Verbe était tourné vers Dieu («pros ton Theon» en grec) et le Verbe était Dieu» Le démon n'a pas réussi à détourner le cœur du Fils et celui-ci est alors tout disponible pour accueillir les dons de Dieu : «Voici que des anges s'approchèrent de lui et ils le servaient».

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Q.C.M.

Q.C.M.KTO.jpg
Un jeu de connaissances auquel les téléspectateurs de toutes générations peuvent participer. Trois candidats viennent chaque semaine tenter de se qualifier pour la finale du mois. Ecriture, Histoire de l'Eglise, saints et témoins de la foi...l'occasion en cette année de la foi de tester - et d'enrichir ! - ses connaissances, en s'amusant, sous la conduite souriante de Charlie Clarck.

 

Cliquez sur le logo KTO pour accéder aux vidéo

 

 

Chapitres & Thèmes Du Blog

Option préférentielle

Aux yeux de l'Eglise, l'"option préférentielle pour les pauvres" n'est pas un simple slogan.
C'est un impératif évangélique auquel j'ai essayé de me conformer tout au long de ma vie et de mes missions.
[...] Il est difficile de parler des pauvres -et aux pauvres- si l'on ne se solidarise pas avec leur vie.

Cardinal Roger Etchegaray
J'ai senti battre le coeur du monde
p. 216