Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Page D'accueil, Contact

  • : Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • : Quelques réflexions de Djipi
  • Contact

Noël

 

 

Recherche

Dimanche prochaine avec MN Thabut

Cliquez sur la photo pour accéder

au commentaire de

Mme Marie Noelle Thabut

MN Thabut 03

On n'oblige pas le piéton...

Je me garderai bien de juger une personne.

Je me fais seulement l’écho de l’enseignement habituel de l’Eglise qui rappelle les principes fondamentaux capables d’éclairer la route de ses fidèles. En installant un lampadaire pour éclairer le trottoir, on n’oblige pas le piéton à marcher sur ce trottoir.

D'après une rubrique du Carême par Serviam
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 20:47

cmv

Rencontre de la Cellule Missionnaire Vincentienne
en l'église d'Etival les Le Mans vendredi 22 février 2013 à 17h15
que chacun se sente invité par le Seigneur
et prenne le temps de méditer l'Evangile !

HHomélie du Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine (à venir)

EVANGILE - Luc 9,28-36

transfiguration28 Jésus prit avec lui Pierre, Jean et Jacques, et il alla sur la montagne pour prier. 29 Pendant qu'il priait, son visage apparut tout autre, ses vêtements devinrent d'une blancheur éclatante. 30 Et deux hommes s'entretenaient avec lui : c'étaient Moïse et Elie, 31 apparus dans la gloire. Ils parlaient de son départ qui allait se réaliser à Jérusalem. 32 Pierre et ses compagnons étaient accablés de sommeil ; mais, se réveillant, ils virent la gloire de Jésus, et les deux hommes à ses côtés. 33 Ces derniers s'en allaient, quand Pierre dit à Jésus : «Maître, il est heureux que nous soyons ici ; dressons trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Elie.» Il ne savait pas ce qu'il disait. 34 Pierre n'avait pas fini de parler, qu'une nuée survint et les couvrit de son ombre ; ils furent saisis de frayeur lorsqu'ils y pénétrèrent. 35 Et, de la nuée, une voix se fit entendre : «Celui-ci est mon Fils, celui que j'ai choisi, écoutez-le.» 36 Quand la voix eut retenti, on ne vit plus que Jésus seul. Les disciples gardèrent le silence et, de ce qu'ils avaient vu, ils ne dirent rien à personne à ce moment-là.

 

 

Quelques jours avant ce récit de la Transfiguration, au cours d'un temps de prière avec ses disciples, Jésus leur a posé la question cruciale : «Qui suis-je au dire des foules ?» Pierre a su répondre : «Tu es le Christ (c'est-à-dire le Messie) de Dieu». Et lui aussitôt a mis les choses au point : le Messie, oui, mais peut-être pas comme on l'attendait. «Il faut que le Fils de l'homme souffre beaucoup, qu'il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu'il soit mis à mort et que, le troisième jour, il ressuscite.» Déjà il annonçait que la gloire du fils de l'homme était inséparable de la Croix. 

 

Environ huit jours plus tard, nous dit Luc, Jésus conduit ses disciples Pierre, Jacques et Jean sur la montagne, il veut de nouveau aller prier avec eux. Luc est le seul des évangélistes à mentionner cette prière du Christ, lors de la Transfiguration ; les trois disciples découvrent que pour Jésus, la prière est une rencontre transfigurante. Quelque temps auparavant, en expliquant la parabole de la semence au groupe des disciples, Jésus leur avait dit : «à vous il est donné de connaître les mystères du Royaume de Dieu». C'est particulièrement vrai, ici, pour les trois témoins : Pierre, Jean et Jacques ; notons au passage que ces trois mêmes disciples Pierre, Jean et Jacques ont été témoins de la résurrection de la fille de Jaïre ; au moment de la Passion, ce seront encore les trois mêmes qui seront témoins de la dernière grande prière à Gethsémani.

 

Je reviens à la Transfiguration : c'est ce moment de prière sur la montagne que Dieu choisit pour révéler à ces trois privilégiés le mystère du Fils de l'homme. Car, ici, ce ne sont plus des hommes, la foule ou les disciples, qui donnent leur opinion, c'est Dieu lui-même qui apporte la réponse et nous donne à contempler le mystère du Christ : «Celui-ci est mon Fils, celui que j'ai choisi, écoutez-le».

 

Evidemment, cette montagne nous fait penser au Sinaï ; et d'ailleurs Luc a choisi son vocabulaire de façon à évoquer le contexte de la révélation de Dieu au Sinaï : la montagne, la nuée, la gloire, la voix qui retentit, les tentes... Nous sommes moins étonnés, du coup, de la présence de Moïse et Elie aux côtés de Jésus. Quand on sait que Moïse a passé quarante jours sur le Sinaï en présence de Dieu et qu'il en est redescendu le visage tellement rayonnant que tous furent étonnés : «Quand Moïse descendit de la montagne, il ne savait pas que la peau de son visage était devenue rayonnante en parlant avec lui (le Seigneur). Aaron et tous les fils d'Israël virent Moïse : la peau de son visage rayonnait.» (Ex 34,29-30).

 

Quant à Elie, lui aussi «marcha quarante jours et quarante nuits jusqu'à la montagne de Dieu, l'Horeb ... La parole du SEIGNEUR lui fut adressée : Sors et tiens-toi sur la montagne, devant le SEIGNEUR ; voici, le SEIGNEUR va passer... Il y eut alors un vent puissant, un tremblement de terre, un feu, mais le SEIGNEUR n'était ni dans le vent puissant, ni dans le tremblement de terre, ni dans le feu... Il y eut alors le bruissement d'une brise légère. Alors en l'entendant, Elie se voila le visage avec son manteau, et la voix du SEIGNEUR s'adressa à lui.» (1 R 19,8...14). 

 

Ainsi, les deux personnages de l'Ancien Testament qui ont eu le privilège de la révélation de la gloire de Dieu sur la montagne sont également présents lors de la manifestation de la gloire du Christ. Luc est le seul évangéliste à nous préciser le contenu de leur entretien avec Jésus : «Ils parlaient de son départ qui allait se réaliser à Jérusalem.» (En réalité, Luc emploie le mot «Exode»). Décidément, impossible de séparer la gloire du Christ de sa Croix. Ce n'est pas pour rien que Luc emploie le mot «Exode» en parlant de la Pâque du Christ. Comme la Pâque de Moïse avait inauguré l'Exode du peuple, de l'esclavage en Egypte vers la terre de liberté, la Pâque du Christ ouvre le chemin de la libération pour toute l'humanité.

 

Dans la nuée lumineuse de la Transfiguration, la voix du Père supplie «Ecoutez-le ». Ces deux mots, « Shema Israël », pour des oreilles juives, c'était tout un programme. « Ecoute Israël », c'est la profession de foi quotidienne : le rappel du Dieu Unique à qui Israël doit sa libération ; libération d'Egypte, d'abord, c'est vrai ; mais celle-ci n'est que le prélude de la longue entreprise de libération amorcée par Dieu avec Abraham, poursuivie avec Moïse, pleinement accomplie en Jésus, pour tous ceux qui l'écouteront, justement. Le «Shema Israël» n'est pas un ordre donné par un maître exigeant ou dominateur... mais une supplication ... «Ecoutez-le», c'est-à-dire faites-lui confiance.

 

«Celui-ci est mon Fils, celui que j'ai choisi, écoutez-le» : «Fils», «Choisi », «Ecoutez-le» : ces trois mots exprimaient au temps du Christ la diversité des portraits sous lesquels on imaginait le Messie : «Tu es mon Fils, moi, aujourd'hui, je t'ai engendré» était l'une des phrases du sacre des rois ; «Choisi», c'est l'un des noms du serviteur de Dieu dont parle Isaïe dans les «Chants du serviteur» : « Voici mon serviteur que je soutiens, mon Elu» ; «Ecoutez-le», Dieu seul peut se permettre de dire une chose pareille et, d'autre part, c'est une allusion à la promesse que Dieu a faite à Moïse de susciter à sa suite un prophète : «C'est un prophète comme toi que je leur susciterai du milieu de leurs frères ; je mettrai mes paroles dans sa bouche.» (Dt 18,18). Certains en déduisaient que le Messie attendu serait un prophète.

 

Pierre, émerveillé du visage transfiguré de Jésus, parle de s'installer : «Maître, il est heureux que nous soyons ici ; dressons trois tentes...» Mais Luc dit bien que «Pierre ne savait pas ce qu'il disait.» Il n'est pas question de s'installer à l'écart du monde et de ses problèmes : le temps presse ; Pierre, Jacques et Jean, ces trois privilégiés, doivent se hâter de rejoindre les autres. Car le projet de Dieu ne se limite pas à quelques privilégiés : au dernier jour, c'est l'humanité tout entière qui sera transfigurée ; comme dit Saint Paul dans la lettre aux Philippiens (notre deuxième lecture) «nous sommes citoyens des cieux.»

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Archives CMV
commenter cet article

commentaires

Q.C.M.

Q.C.M.KTO.jpg
Un jeu de connaissances auquel les téléspectateurs de toutes générations peuvent participer. Trois candidats viennent chaque semaine tenter de se qualifier pour la finale du mois. Ecriture, Histoire de l'Eglise, saints et témoins de la foi...l'occasion en cette année de la foi de tester - et d'enrichir ! - ses connaissances, en s'amusant, sous la conduite souriante de Charlie Clarck.

 

Cliquez sur le logo KTO pour accéder aux vidéo

 

 

Chapitres & Thèmes Du Blog

Option préférentielle

Aux yeux de l'Eglise, l'"option préférentielle pour les pauvres" n'est pas un simple slogan.
C'est un impératif évangélique auquel j'ai essayé de me conformer tout au long de ma vie et de mes missions.
[...] Il est difficile de parler des pauvres -et aux pauvres- si l'on ne se solidarise pas avec leur vie.

Cardinal Roger Etchegaray
J'ai senti battre le coeur du monde
p. 216