Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Page D'accueil, Contact

  • : Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • : Quelques réflexions de Djipi
  • Contact

Noël

 

 

Recherche

Dimanche prochaine avec MN Thabut

Cliquez sur la photo pour accéder

au commentaire de

Mme Marie Noelle Thabut

MN Thabut 03

On n'oblige pas le piéton...

Je me garderai bien de juger une personne.

Je me fais seulement l’écho de l’enseignement habituel de l’Eglise qui rappelle les principes fondamentaux capables d’éclairer la route de ses fidèles. En installant un lampadaire pour éclairer le trottoir, on n’oblige pas le piéton à marcher sur ce trottoir.

D'après une rubrique du Carême par Serviam
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 20:58

cmv 
Rencontre de la Cellule Missionnaire Vincentienne
en l'église d'Etival les Le Mans vendredi 1er février 2013 à 17h15
que chacun se sente invité par le Seigneur
et prenne le temps de méditer l'Evangile !

 


Homélie du Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine

 



EVANGILE - Luc 4, 21- 30

CAPERN~1Dans la synagogue de Nazareth, après la lecture du livre d'Isaïe, 21 Jésus déclara : «Cette parole de l'Ecriture que vous venez d'entendre, c'est aujourd'hui qu'elle s'accomplit.»22 Tous lui rendaient témoignage ; et ils s'étonnaient du message de grâce qui sortait de sa bouche. Ils se demandaient : «N'est-ce pas là le fils de Joseph» 23 Mais il leur dit : «Sûrement vous allez me citer le dicton : Médecin, guéris-toi toi-même. Nous avons appris tout ce qui s'est passé à Capharnaüm : fais donc de même ici dans ton pays !»24 Puis il ajouta : «Amen, je vous le dis, aucun prophète n'est bien accueilli dans son pays.25 En toute vérité, je vous le déclare : au temps du prophète Elie, lorsque la sécheresse et la famine ont sévi pendant trois ans et demi, il y avait beaucoup de veuves en Israël ; 26 pourtant, Elie n'a été envoyé vers aucune d'entre elles, mais bien vers une veuve étrangère, de la ville de Sarepta, dans le pays de Sidon. 27 Au temps du prophète Elisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; pourtant aucun d'entre eux n'a été purifié, mais bien Naaman, un Syrien.»28 A ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux. 29 Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu'à un escarpement de la colline où la ville est construite, pour le précipiter en bas. 30 Mais lui, passant au milieu d'eux, allait son chemin.

 

 

Commentaire de Marie Noelle Thabut :

«Nul n'est prophète en son pays» : apparemment, ce dicton n'est pas d'aujourd'hui, puisque Jésus en cite un tout à fait équivalent : «Aucun prophète n'est bien reçu dans son pays», au moment où il est justement dans son propre pays, Nazareth, où il a grandi.

 

Si on y réfléchit, tout est étrange dans ce texte : d'abord, pourquoi, alors qu'il vient d'arriver dans son village natal, après une tournée triomphale dans les villages de la région, pourquoi Jésus met-il le sujet sur Capharnaüm ? Si l'on peut parler de «tournée triomphale», c'est parce que dans le début de cet évangile que nous avons lu dimanche dernier, Luc disait : «Lorsque Jésus, avec la puissance de l'Esprit, revint en Galilée, sa renommée se répandit dans toute la région. Il enseignait dans les synagogues des Juifs, et tout le monde faisait son éloge. » Luc ne dit rien de plus précis jusqu'à présent, mais Jésus doit avoir eu vent d'une certaine jalousie dans le coeur de ses compatriotes de Nazareth ; d'après sa phrase « nous avons appris tout ce qui s'est passé à Capharnaüm», nous devinons qu'il y a déjà eu des miracles à Capharnaüm. Et les habitants de Nazareth attendent bien d'en voir autant. 

 

Ensuite, deuxième étrangeté de ce passage, pourquoi ce retournement de situation ? Jésus vient de faire la lecture du texte d'Isaïe, il a tranquillement affirmé «Cette parole de l'Ecriture que vous venez d'entendre, c'est aujourd'hui qu'elle s'accomplit», ce qui revient à affirmer «Je suis le Messie que vous attendez» et pour l'instant cela n'a soulevé aucun tollé. Luc nous dit simplement : «Tous lui rendaient témoignage ; et ils s'étonnaient du message de grâce qui sortait de sa bouche. Ils se demandaient : N'est-ce pas là le fils de Joseph ?» Et il suffira de quelques paroles de Jésus pour les rendre furieux, au point qu'ils voudront se débarrasser de lui, une bonne fois pour toutes. On peut donc se demander ce que Jésus a dit de si extraordinaire et pourquoi il a jugé bon de le dire. En fait, il leur a asséné une leçon qui est dure à entendre ; elle tient en deux points : premièrement, si j'ai pu faire des miracles à Capharnaüm, c'est parce que ses habitants avaient une autre attitude. La fin de l'histoire prouve bien que Jésus n'a vu que trop juste : la violence de la réaction de ses compatriotes laisse entendre qu'ils n'étaient pas prêts à accueillir les dons de Dieu comme des dons. 

 

Le deuxième point revient à dire « le salut n'est pas réservé aux fils d'Israël. Dieu s'intéresse aussi aux païens et ceux-ci sont parfois plus près du salut que ceux qui se disent croyants » : c'est ce qui se dégage des deux histoires d'Elie et Elisée. On trouve l'histoire d'Elie au premier Livre des Rois (1 R 17) : elle met en scène une veuve de la ville de Sarepta, en plein pays païen, la Phénicie ; Elie lui demande l'hospitalité, en période de sécheresse, et, malgré sa pauvreté, elle vient en aide au prophète étranger, dans lequel elle reconnaît un homme de Dieu. Cela a suffi pour qu'Elie accomplisse pour elle deux miracles ; d'abord il la sauve de la famine : on se souvient de la fameuse promesse d'Elie « jarre de farine point ne s'épuisera, vase d'huile point ne se videra jusqu'au jour où le Seigneur donnera la pluie pour arroser la terre ». Quant au deuxième miracle, c'est la guérison de son fils unique. Cette païenne a su se montrer accueillante à ce prophète étranger au moment même où il était un paria et un exclu dans son propre pays. Bien lui en a pris !

 

L'histoire d'Elisée, elle, se trouve au Deuxième Livre des Rois (2 R 5) : Naaman est un général syrien ; par malheur il est atteint de la lèpre ; il a eu vent des talents de guérisseur du prophète Elisée et se rend chez lui en grande tenue, bardé de cadeaux et de recommandations. Mais Elisée le décevra un peu ; c'est seulement quand il aura accepté de se plier humblement aux ordres du prophète que Naaman sera guéri : « Va ! Lave-toi sept fois dans le Jourdain. » Il se soumet donc et il descend jusqu'au Jourdain : geste très simple qui lui paraît dérisoire, à lui, général, favori du roi de Damas... mais geste symbolique d'humilité et de soumission au prophète du Dieu d'Israël. On connaît la suite : il est guéri et bien sûr il se convertit au Dieu d'Israël.

 

Une païenne (la veuve de Sarepta), un général ennemi, païen, lépreux (Naaman) : aucun des deux ne peut prétendre avoir des droits sur le Dieu d'Israël... et ce sont ces pauvres qui ont été comblés ; Jésus n'ajoute pas, mais tout le monde comprend : «A bon entendeur salut».

 

En quelques lignes, nous avons ici un raccourci de la vie de Jésus : «Il est venu chez lui et les siens ne l'ont pas reçu» dira Saint Jean ; Luc le dit ici à sa manière en opposant l'attitude de Nazareth, sa ville natale, et celle de Capharnaüm (où il était au départ un inconnu) ; et cette opposition en préfigure une autre : l'opposition entre l'attitude de refus des Juifs (pourtant les destinataires du message des prophètes) et l'accueil de la Bonne Nouvelle par des païens ; comme la veuve de Sarepta, comme le général syrien Naaman, ce sont les non-Juifs qui feront le meilleur accueil au Messie. Mais la victoire définitive du Christ est déjà annoncée, symbolisée par sa maîtrise sur les événements : «Lui, passant au milieu d'eux, allait son chemin.» 

 

Lettre du Père Général de la Congrégation de la Mission pour le 25 janvier 2013 :

 

SVP-SLM-001.jpg

A tous les membres de la Congrégation de la Mission

Mes chers confrères,

Que la grâce et la paix de Notre Seigneur Jésus-Christ soient en vos cœurs maintenant et à jamais!

Alors que l’Église célèbre aujourd’hui la fête de la conversion de saint Paul, nous célébrons l’anniversaire de notre Fondation, comme nous le rappelle cette expérience de la conversion de saint Vincent à Folleville:

« Mais il y avait une telle foule qu’il ne m’était pas possible d’y faire face seulement avec un prêtre pour m’aider … Père Portail, un autre prêtre, et moi-même, nous avions pris résidence au Collège des Bons Enfants … À partir de là, tous les trois nous partions pour prêcher dans les alentours en donnant des missions » Conf. 180, 2, Correspondance, Entretiens, Documents, Paris 1920-1925.

En ce jour, nous nous rappelons avec gratitude le charisme et la communauté qui nous est confiée par saint Vincent. Le défi devant nous aujourd’hui est le suivant: comment pouvons-nous mieux suivre le Christ, évangélisateur des pauvres?

Le thème de l’Assemblée Générale de 2010, «fidélité créative à la mission” a été décliné en «lignes d’action» pour guider notre Congrégation. La Curie a élaboré un plan stratégique avec un thème et des objectifs annuels pour infuser les «lignes d’action» dans nos Provinces et nos œuvres. La journée anniversaire de la Fondation est un bon moment pour réviser et renouveler notre engagement envers ce plan stratégique.

«La fidélité créative à notre mission et les ministères à la suite du Christ, évangélisateur des pauvres», est le thème qui guide les cinq années du plan stratégique avec chaque année des objectifs et des stratégies spécifiques pour les Visiteurs, les Provinces et les confrères. Le plan complet peut être consulté sur notre site Web, www.cmglobal.org. (Je reviendrai plus tard sur ce site retravaillé) Aujourd’hui, je me concentre sur les objectifs et les stratégies de 2013: “Dialogue avec les pauvres» et «Reconfiguration: Chemin de créativité». Une brève explication de chacun de ces points principaux se trouve ci-dessous.

2012-16: DIALOGUE AVEC LES PAUVRES: Pour encourager les confrères à écouter la voix des pauvres afin de réagir concrètement en faisant des efforts pour participer à leur vie. Voici les stratégies spécifiques des «lignes d’action» :

  • Encourager les travaux qui favorisent le changement systémique dans la société;
  • Fournir une assistance juridique pour défendre les pauvres et promouvoir la justice;
  • Créer des programmes pour lutter contre la traite des personnes, promouvoir l’accès universel aux soins de santé, protéger l’environnement, défendre la dignité des femmes et des enfants, et les droits des migrants.

2013: RECONFIGURATION: LA VOIE DE LA CRÉATIVITÉ DANS NOS MINISTÈRES. Examiner la nécessité de la reconfiguration au niveau régional et provincial avec les Conférences des Visiteurs, les Conseils provinciaux, et les confrères, pour pouvoir agir de façon décisive. Voici les stratégies spécifiques des «lignes d’action» :

  • Faire de la reconfiguration une stratégie locale, provinciale et interprovinciale pour notre avenir;
  • Cultiver un sentiment d’appartenance au-delà des communautés locales et provinciales;
  • Favoriser la disponibilité et la mobilité personnelle à participer à de nouveaux projets missionnaires;
  • Créer la collaboration inter-provinciale en partageant les ressources administratives et financières.

En cette Journée anniversaire de la Fondation 2013, je demande aux Visiteurs, aux Provinces, aux communautés locales, et aux confrères à se concentrer sur ces deux objectifs : le Dialogue avec les Pauvres et Reconfiguration: Chemin de créativité. Réfléchissez sérieusement sur les moyens avec lesquels vous pouvez les mettre en œuvre dans votre communauté locale, l’apostolat, la Province et la Région. Ce plan constitue une chance pour notre Congrégation et il est facilement adaptable.

En plus de la grande fête d’aujourd’hui, nous avons une autre raison de «nous réjouir dans le Seigneur» (Phil 4,4). Après beaucoup de travail, « CM global», notre site retravaillé se porte très bien aujourd’hui. Voici l’adresse : www.cmglobal.org. Il est disponible en anglais, français et espagnol, et il possède de nouvelles fonctionnalités intéressantes. Je suis reconnaissant et Mlle Beth Nicol, le technicien en informatique, à nos confrères John Freund, César Alvarez, et Bernard Massarini pour leur travail intense et fructueux grâce à une collaboration numérique vécue sur trois continents différents! Ils ont créé une ressource excellente pour aider à diffuser notre charisme vincentien.

Tandis que nous rendons grâce à Dieu pour le don de notre vocation vincentienne, nous voyons dans la vie de notre saint Fondateur un merveilleux exemple pour faire tout notre possible contre vents et marées. Par l’intercession de Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse, soyons créatifs dans la fidélité à notre mission et les ministères à la suite du Christ, l’évangélisateur des pauvres.

Sincèrement en saint Vincent,

G. Gregory Gay, C.M. Supérieur Général

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Archives CMV
commenter cet article

commentaires

Q.C.M.

Q.C.M.KTO.jpg
Un jeu de connaissances auquel les téléspectateurs de toutes générations peuvent participer. Trois candidats viennent chaque semaine tenter de se qualifier pour la finale du mois. Ecriture, Histoire de l'Eglise, saints et témoins de la foi...l'occasion en cette année de la foi de tester - et d'enrichir ! - ses connaissances, en s'amusant, sous la conduite souriante de Charlie Clarck.

 

Cliquez sur le logo KTO pour accéder aux vidéo

 

 

Chapitres & Thèmes Du Blog

Option préférentielle

Aux yeux de l'Eglise, l'"option préférentielle pour les pauvres" n'est pas un simple slogan.
C'est un impératif évangélique auquel j'ai essayé de me conformer tout au long de ma vie et de mes missions.
[...] Il est difficile de parler des pauvres -et aux pauvres- si l'on ne se solidarise pas avec leur vie.

Cardinal Roger Etchegaray
J'ai senti battre le coeur du monde
p. 216