Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Page D'accueil, Contact

  • : Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • : Quelques réflexions de Djipi
  • Contact

Noël

 

 

Recherche

Dimanche prochaine avec MN Thabut

Cliquez sur la photo pour accéder

au commentaire de

Mme Marie Noelle Thabut

MN Thabut 03

On n'oblige pas le piéton...

Je me garderai bien de juger une personne.

Je me fais seulement l’écho de l’enseignement habituel de l’Eglise qui rappelle les principes fondamentaux capables d’éclairer la route de ses fidèles. En installant un lampadaire pour éclairer le trottoir, on n’oblige pas le piéton à marcher sur ce trottoir.

D'après une rubrique du Carême par Serviam
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 19:35

cmv

Rencontre de la Cellule Missionnaire Vincentienne

en l'église d'Etival à 17h15, vendredi 10 mai 2013

que chacun se sente invité par le Seigneur

et prenne le temps de méditer l'Evangile !

 

 


EVANGILE - Jean 17,20-26

 

A l'heure où Jésus passait de ce monde à son Père, les yeux levés au ciel, il priait ainsi : «Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui accueilleront leur parole et croiront en moi : que tous, ils soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu'ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m'as envoyé.Et moi, je leur ai donné la gloire que tu m'as donnée, pour qu'ils soient un comme nous sommes un : moi en eux, et toi en moi. Que leur unité soit parfaite ; ainsi, le monde saura que tu m'as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m'as aimé. Père, ceux que tu m'as donnés, je veux que là où je suis, eux aussi soient avec moi, et qu'ils contemplent ma gloire, celle que tu m'as donnée parce que tu m'as aimé avant même la création du monde. Père juste, le monde ne t'a pas connu, mais moi je t'ai connu, et ils ont reconnu, eux aussi, que tu m'as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le ferai connaître encore : pour qu'ils aient en eux l'amour dont tu m'as aimé, et que moi aussi, je sois en eux.»

 

Commentaire de Marie Noelle Thabut :

Nous sommes à la fin du dernier entretien de Jésus avec ses apôtres quelques heures avant sa mort. L'entretien prend maintenant la forme d'une prière : il prie devant eux ; cela veut dire qu'il les fait entrer dans son intimité ; il leur fait partager ses désirs les plus profonds. Or de qui parle-t-il le plus dans sa prière ? Il parle du monde ; ce qu'il veut de toutes ses forces, c'est que le monde croie : «Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu'ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m'as envoyé.» Un peu plus tard, il répète : «Que leur unité soit parfaite ; ainsi, le monde saura que tu m'as envoyé». Et pourquoi est-il si important que le monde reconnaisse en Jésus l'envoyé du Père ? Parce qu'alors seulement le monde saura combien Dieu l'aime. L'envoi de son Fils est la plus belle preuve d'amour que Dieu peut donner au monde : «Le monde saura que tu m'as envoyé et que tu les as aimés comme tu m'as aimé.» C'est bien le même Saint Jean qui rapporte la phrase de Jésus à Nicodème : «Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils, son unique, pour que tout homme qui croit en lui ne périsse pas, mais ait la vie éternelle.» (Jn 3,16). 

 

A relire ces lignes, on est frappés de l'insistance de Jésus sur les mots amour et unité ; une fois de plus, il faut reconnaître que l'histoire de Dieu avec les hommes est une grande aventure, une histoire d'amour. Dieu est Amour, il aime les hommes, et il envoie son Fils pour le leur dire de vive voix ! C'est bien ce que Jésus dira quelques heures plus tard à Pilate, au cours de son interrogatoire : «Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité.» (Jn 18,37)

 

Au moment de s'en aller, de passer de ce monde à son Père, comme dit Jean, Jésus transmet le témoin à ses disciples, et à travers eux à tous les disciples de tous les temps : «Je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui accueilleront leur parole et croiront en moi.» Désormais, c'est à eux que le témoignage est confié ; Jésus l'a dit quelques instants auparavant : «Comme tu m'as envoyé dans le monde, je les envoie dans le monde.» (Jn 17,18). Il le leur redira le soir de Pâques : «Comme le Père m'a envoyé, à mon tour je vous envoie.» (Jn 20,21). Comme tous ceux qui, avant eux, tout au long de l'histoire biblique, ont été choisis par Dieu, ceux-ci sont choisis pour une mission ; et cette mission est toujours la même pour tous les prophètes de tous les temps : annoncer que Dieu aime les hommes. A la suite de Jésus-Christ, tout Chrétien peut dire ou devrait pouvoir dire : «Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité.» Cette vérité qui est l'amour sans limites de Dieu pour l'humanité, ou, si vous préférez, ce fameux «dessein bienveillant» dont parle la lettre aux Ephésiens.

 

Mais, voilà, il y a quand même une chose étrange dans tout cela : on peut se demander en quoi ce message est-il si dérangeant que Jésus l'ait payé de sa vie, comme de nombreux prophètes avant lui et ses apôtres ensuite. Jésus aborde précisément cette question dans les dernières phrases de notre texte de ce dimanche ; il dit : «Père juste, le monde ne t'a pas connu.» Pour lui, l'explication est là, c'est le drame de la méconnaissance. 

 

C'est cette méconnaissance de l'amour de Dieu qui est la racine du malheur de l'humanité, méditait déjà le livre de la Genèse. Et le prophète Isaïe notait : «Un bœuf connaît son propriétaire et un âne la mangeoire chez son maître. Mais Israël ne connaît pas, mon peuple ne comprend pas» (Is 1,3).

 

C'est bien ce que Saint Jean dit dans le prologue de son évangile : «Il était dans le monde, et le monde fut par lui, et le monde ne l'a pas reconnu. Il est venu dans son propre bien et les siens ne l'ont pas accueilli.» (Jn 1,10-11).

 

Comme Jésus, les disciples vivront ce déchirement, ce drame du refus par ceux à qui ils annonceront pourtant la meilleure nouvelle qui soit. Le monde est l'objet de l'amour de Dieu et de ses prophètes mais aussi et en même temps le lieu du refus de cet amour. Jésus a exprimé ce drame à plusieurs reprises : d'une part, «Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils, son unique... Dieu n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.» (3,16...17 ; 12,47). D'autre part, «Si le monde vous hait, sachez qu'il m'a haï le premier... (Mais) prenez courage, j'ai vaincu le monde !» (15,18 ; 16,33). 

 

C'est sur ce cri de victoire qu'il nous faut rester : nous savons que le chant d'amour de Dieu pour l'humanité finira bien par être entendu. A l'instant même où Jésus fait cette grande prière, où il se confie ainsi à son Père devant ses disciples, il sait bien qu'il est déjà exaucé ; lui qui a dit : «Père, je sais bien que tu m'exauces toujours.» (Jn 11,42). C'est seulement pour hâter le jour qu'il insiste tant sur la consigne d'unité qu'il donne à ses envoyés : «Qu'ils soient un en nous eux aussi, pour que le monde croie que tu m'as envoyé».

 

Jusqu'au jour où l'ange fera sonner sa trompette pour annoncer «Le royaume du monde est maintenant à notre Seigneur et à son Christ et il régnera pour les siècles des siècles.» (Ap 11,15).

C'est pour cela que Jean attache de l'importance au sens du nom de la piscine de Siloé : cela signifie «L'Envoyé», justement. Et Jean le fait remarquer au moment où il guérit l'aveugle de naissance et reproche leur aveuglement spirituel à ceux qui refusent de croire en lui. (Jn 9).

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Archives CMV
commenter cet article

commentaires

Q.C.M.

Q.C.M.KTO.jpg
Un jeu de connaissances auquel les téléspectateurs de toutes générations peuvent participer. Trois candidats viennent chaque semaine tenter de se qualifier pour la finale du mois. Ecriture, Histoire de l'Eglise, saints et témoins de la foi...l'occasion en cette année de la foi de tester - et d'enrichir ! - ses connaissances, en s'amusant, sous la conduite souriante de Charlie Clarck.

 

Cliquez sur le logo KTO pour accéder aux vidéo

 

 

Chapitres & Thèmes Du Blog

Option préférentielle

Aux yeux de l'Eglise, l'"option préférentielle pour les pauvres" n'est pas un simple slogan.
C'est un impératif évangélique auquel j'ai essayé de me conformer tout au long de ma vie et de mes missions.
[...] Il est difficile de parler des pauvres -et aux pauvres- si l'on ne se solidarise pas avec leur vie.

Cardinal Roger Etchegaray
J'ai senti battre le coeur du monde
p. 216