Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Page D'accueil, Contact

  • : Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • : Quelques réflexions de Djipi
  • Contact

Noël

 

 

Recherche

Dimanche prochaine avec MN Thabut

Cliquez sur la photo pour accéder

au commentaire de

Mme Marie Noelle Thabut

MN Thabut 03

On n'oblige pas le piéton...

Je me garderai bien de juger une personne.

Je me fais seulement l’écho de l’enseignement habituel de l’Eglise qui rappelle les principes fondamentaux capables d’éclairer la route de ses fidèles. En installant un lampadaire pour éclairer le trottoir, on n’oblige pas le piéton à marcher sur ce trottoir.

D'après une rubrique du Carême par Serviam
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 15:31

occident.jpg

 

Hélas oui, l’Occident n’a jamais si bien porté son nom.


Si nous en croyons l’étymologie, le mot « occident » signifie « déclin » « ruine » « tomber » ou même « mort » dans certaines civilisations orientales.

L’Occident serait-il devenu en phase avec sa signification étymologique ?

 

A lire les dépêches relatant les dernières décisions prises en Europe, qui est bien une partie de l'Occident, la réponse est irrésistiblement, dramatiquement, positive.

 

Regardons nos journaux, quels sont les termes qui reviennent le plus souvent ?

Avortement, euthanasie, suicide assisté, etc.

Je n’ose même pas évoquer la déconstruction psychologique de nos enfants dans les écoles de France.

Une véritable société qui prépare un sombre avenir, une véritable culture de mort…

 

Qu’en diraient nos aïeux qui ont combattus pour notre liberté aux siècles derniers ?

Si c’est pour ça qu’ils sont morts, si c’est pour ça qu’ils ont sacrifiés leurs vies…

 

Nous sommes les plus à plaindre car non seulement notre civilisation ne respecte plus ceux qui sont morts pour elle mais en plus, elle ne respecte pas les plus faibles et les plus fragilisés : l’enfant à naître, l’enfant en mal de sens, le handicapé, le malade incurable, le souffrant.

 

Que dire d’une société qui tue ses enfants à naître ?

 

Que dire d’une société qui tue ses anciens, ses malades, ses handicapés,

ceux qui sont différents ?

 

Que dire d’une société qui n’a plus d’espoir

ni dans sa jeunesse, ni dans ses anciens ?

 

Que dire ? sinon qu’elle est morte ?

 

 

Je ne peux croire en l’avenir d’une société qui n’a pour seule solution à celui qui souffre que de l’aider à mourir.

 

Si nous voulons construire une société qui prenne tout son sens, qui valorise la personne humaine (toute personne humaine), elle n’aura de réponse face à la souffrance que la solidarité et l’amour.

 

La dignité d’une personne ne réside pas dans sa forme physique ou mentale, elle réside dans son être même.

C’est parce qu’une personne EST qu’elle est DIGNE.

 

Refusons un Occident porteur de mort.

 

Construisons un Occident porteur

de solidarité, de fraternité et de charité.

 

 

Jean-Pierre Tellier

Diacre Permanent Vincentien

Le 14 février 2015


Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Questions de société
commenter cet article

commentaires

Q.C.M.

Q.C.M.KTO.jpg
Un jeu de connaissances auquel les téléspectateurs de toutes générations peuvent participer. Trois candidats viennent chaque semaine tenter de se qualifier pour la finale du mois. Ecriture, Histoire de l'Eglise, saints et témoins de la foi...l'occasion en cette année de la foi de tester - et d'enrichir ! - ses connaissances, en s'amusant, sous la conduite souriante de Charlie Clarck.

 

Cliquez sur le logo KTO pour accéder aux vidéo

 

 

Chapitres & Thèmes Du Blog

Option préférentielle

Aux yeux de l'Eglise, l'"option préférentielle pour les pauvres" n'est pas un simple slogan.
C'est un impératif évangélique auquel j'ai essayé de me conformer tout au long de ma vie et de mes missions.
[...] Il est difficile de parler des pauvres -et aux pauvres- si l'on ne se solidarise pas avec leur vie.

Cardinal Roger Etchegaray
J'ai senti battre le coeur du monde
p. 216