Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Page D'accueil, Contact

  • : Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • : Quelques réflexions de Djipi
  • Contact

Noël

 

 

Recherche

Dimanche prochaine avec MN Thabut

Cliquez sur la photo pour accéder

au commentaire de

Mme Marie Noelle Thabut

MN Thabut 03

On n'oblige pas le piéton...

Je me garderai bien de juger une personne.

Je me fais seulement l’écho de l’enseignement habituel de l’Eglise qui rappelle les principes fondamentaux capables d’éclairer la route de ses fidèles. En installant un lampadaire pour éclairer le trottoir, on n’oblige pas le piéton à marcher sur ce trottoir.

D'après une rubrique du Carême par Serviam
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 20:14
expo_bible-e6656.jpgL’exposition « La Bible, Patrimoine de l’Humanité » a eu lieu en mars 2012, dans la Chapelle de l’Oratoire du Lycée Montesquieu au Mans. Cette exposition a été conçue et réalisée par l’Alliance Biblique Française.
 
Demandée dans le monde entier, l’exposition « La Bible, Patrimoine de l’Humanité » se présente sous la forme de six modules : Genèse de la Bible, La Bible en traductions, Les mondes de la Bible, La Bible transmise, Bible et cultures, Un livre de rencontres.

Cette exposition s’adresse à tous ; son approche est avant tout culturelle, mais elle rejoindra toute personne qui s’attache à lire l’Écriture en vue d’être éclairée sur les questions que tout homme rencontre dans sa vie, notamment celle de Dieu.

Elle est patronnée par le ministère de la Culture et de la Communication et encouragée par le ministère de l’Éducation nationale. De nombreux groupes scolaires devraient pouvoir s’y rendre.

C’est le groupe œcuménique du Mans, en accord avec la communauté Israélite, qui a pris l’initiative de faire venir cette exposition qui, à sa façon, veut favoriser l’unité des chrétiens et, plus largement, inviter les hommes de ce temps à plus de fraternité et de tolérance.
 
Pour les catholiques, l’exposition « La Bible Patrimoine de l’humanité » s’inscrit bien dans la démarche « Quo Vadis » initiée par Mgr Y. Le Saux. Les personnes très nombreuses qui lisent l’évangile de Luc y trouveront de quoi parfaire leur connaissance de l’Écriture.       
 
 
Pour mener à bien ce projet, une association loi 1901 intitulée « La Bible, Patrimoine de l’Humanité » a été créée. Vous pouvez soutenir l’association par vos dons et aussi en venant au mois de mars prochain visiter l’exposition.

Un avis à lire de "Riposte Catholique"

Le Comité de la jupe manipule une exposition sur la Bible

Pour ma part, je regrette qu'une exposition ayant obtenue le soutien de l'évéché et de l'Eglise diocésaine ait été noyautée et manipulée par des extrémistes féministes. Hélas une parfaite illustration du "comment je met la Bible à mon service" et non "comment je suis au service de l'Ecriture". Les services de l'évéché ont-ils été dépassés et ont-ils manqués de vigilance ? On ne pouvait soupçonner l'Alliance Biblique Française d'une telle dérive certes propre à l'aile (extrème) gauche de l'Eglise Catholique. C'est bien dommage que l'Alliance Biblique Française perde un peu de sa crédibilité...

Eléments de preuves  de cette manipulation :

L'auteur de l'article dans Riposte Cahtolique avais évoqué ( le 25 février) l’exposition « La Bible, patrimoine de l’humanité » que GC du diocèse du Mans présentait ainsi :

« Il ne s’agit absolument pas de récupérer des ouailles ! [...] Nous nous plaçons sur le terrain de la connaissance, pas sur celui de la foi [tout en assumant] qu’une exposition sur la Bible aborde forcément la question de la foi et de Dieu. Mais de façon distanciée. »

 

L’un de nos lecteurs y a passé une heure, et nous livre ses impressions.

D’abord le comité d’organisation. Pour la partie catholique, il est noyauté par des membres de le CCBF local, ex « comité de la jupe », rebaptisé « Chrétiens en Marche 72« . Ces trotskistes de l’Eglise avaient réussi à faire démissionner un curé puis exclure des garçons du service de l’autel parce qu’ils étaient revenus, selon eux, à

« des pratiques passées recherchant le confort d’une liturgie et d’une expression de la foi un peu éthérées « , et que  » [en excluant les filles] et [en faisant] la part belle à l’encensement on en arrive à un sacré qui [leur] paraît mal placé, un sacré pathologique ».

 

Un des panneaux de l’exposition s’intitule « La Bible source du vivre ensemble » et comporte cinq thèmes très politiquement corrects, qui ne sont pas vraiment ceux que l’Église retient en premier dans l’étude de l’Écriture Sainte :
– respect de l’environnement
- solidarité humaine
- Bible et politique
- richesse des pauvres
- femmes et hommes
- importance du corps

 

Le rapport avec la foi chrétienne laisse à désirer.

On y lit que  » le milieu de la Bible est patriarcal  » et que ses textes ont  » souvent été utilisés pour légitimer la domination des hommes sur les femmes « . Cette exposition, qui par ailleurs parle du Coran, ne nous instruit pas sur la position de l’Islam sur la femme ! On reconnait quand même que Saint Paul  » est moins conservateur que la réputation qui lui est faites  » – merci pour lui ! Mais que veut dire au juste être plus ou moins conservateur pour un Apôtre du Christ auteur de la Bible ? On comprend encore moins pourquoi ce passage de l’exposition sur  » femmes et hommes  » dans la Parole de Dieu est illustré par une photo de Simone Veil défendant l’IVG à la tribune de l’Assemblée Nationale.

 

Sur  » l’importance du corps  » il faut presque tout citer :

« La vie sur terre et le salut que Dieu offre à l’humain (sic) n’y sont pas spiritualisés, éthérés (on retrouve ce même mot pourtant inusité dans le langage de la CCBF, voir citation au dessus, ndlr), mais toujours incarnés. La Bible recourt d’ailleurs à des images corporelles pour dire sentiments et pensées. Malheureusement, la tradition chrétienne a souvent raccroché au corps et à la sexualité la notion de péché et lu de façon moralisante les textes bibliques. Le corps s’en est trouvé dévalorisé, marqué du sceau du mal. Revenir soi-même aux textes permet de découvrir une autre perspective. »

 

Pour une exposition qui se veut neutre sur un plan religieux c’est un peu fort ! Quid du judaïsme et de l’islam sur le sujet ? Chrétiens passez-vous donc de votre Église qui n’y comprend rien et lisez la Bible seul.

 

Dans  » La tradition de la crèche » on apprend que celle-ci est surtout enracinée dans les évangiles apocryphes (protoévangile de Jacques et pseudo-Matthieu) qui « ont du sens et font œuvre d’interprétation » et « apportent de nouveaux éléments  » aux 2ème et 6ème siècles. Ainsi chaque artiste  » donne libre cours à sa créativité et exprime ses préoccupations du moment « …

Le panneau sur l’invention de l’imprimerie et la diffusion de la Bible présente d’emblée l’étude du texte sacré comme un conflit entre le «  renouveau culturel de la Renaissance et de l’humanisme » et l’Église qui au XVème siècle serait passé de « l’enthousiasme à la censure « . 

 

On y trouve un paragraphe caricatural sur « L’Église catholique [qui] était généralement hostile à l’accès à l’écriture en langue vulgaire par des laïcs sans le contrôle du magistère« . Ce panneau se termine ainsi :

  »Ces conflits du 16ème siècle autour de la Bible se poursuivent aux siècles suivants. Chacun peut-il lire la Bible, au risque d’en malmener le sens ? Ou bien l’Église doit-elle en contrôler l’interprétation ? [...] Derrière cette question de l’accès à la Bible se jouent aussi des enjeux de pouvoir (souligné dans le texte) et de contrôle des consciences. Au 20ème siècle, les débats persistent mais sont apaisés. »

 

On retrouve là un thème cher à la CCBF et autres groupes catholiques quasiment hérétiques qui ne parlent que de pouvoir et d’oppression dans l’Église (la catholique bien sûr).

 

On leur répondra en citant le Concile Vatican II qu’ils estiment être trahi :

« la charge d’interpréter  authentiquement  la parole de Dieu écrite ou transmise a été confiée au seul Magistère vivant de l’Église, dont l’autorité s’exerce au nom de Jésus-Christ  » (Dei Verbum, 10)

 

« ce n’est pas par la Sainte Écriture toute seule que l’Église puise la certitude qu’elle a sur tout ce qui est révélé. C’est pourquoi l’Écriture et la Tradition doivent être reçues et vénérées l’une et l’autre avec un égal sentiment de piété, avec un égal respect. » (Dei Verbum, 9)

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Bible - Exégèse
commenter cet article

commentaires

Q.C.M.

Q.C.M.KTO.jpg
Un jeu de connaissances auquel les téléspectateurs de toutes générations peuvent participer. Trois candidats viennent chaque semaine tenter de se qualifier pour la finale du mois. Ecriture, Histoire de l'Eglise, saints et témoins de la foi...l'occasion en cette année de la foi de tester - et d'enrichir ! - ses connaissances, en s'amusant, sous la conduite souriante de Charlie Clarck.

 

Cliquez sur le logo KTO pour accéder aux vidéo

 

 

Chapitres & Thèmes Du Blog

Option préférentielle

Aux yeux de l'Eglise, l'"option préférentielle pour les pauvres" n'est pas un simple slogan.
C'est un impératif évangélique auquel j'ai essayé de me conformer tout au long de ma vie et de mes missions.
[...] Il est difficile de parler des pauvres -et aux pauvres- si l'on ne se solidarise pas avec leur vie.

Cardinal Roger Etchegaray
J'ai senti battre le coeur du monde
p. 216