Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Page D'accueil, Contact

  • : Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • : Quelques réflexions de Djipi
  • Contact

Noël

 

 

Recherche

Dimanche prochaine avec MN Thabut

Cliquez sur la photo pour accéder

au commentaire de

Mme Marie Noelle Thabut

MN Thabut 03

On n'oblige pas le piéton...

Je me garderai bien de juger une personne.

Je me fais seulement l’écho de l’enseignement habituel de l’Eglise qui rappelle les principes fondamentaux capables d’éclairer la route de ses fidèles. En installant un lampadaire pour éclairer le trottoir, on n’oblige pas le piéton à marcher sur ce trottoir.

D'après une rubrique du Carême par Serviam
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 20:02

arrivee-a-la-gare-des-pelerins-pour-le-pelerinage-national-Bloc-notes de Mgr Bernard Podvin paru dans la Croix du Nord le Vendredi 17 juin 2011 au sujet du risque de suppression des trains de pèlerinage.

 

Ami pèlerin ferroviaire, tu l'aimes ton "train de Lourdes". Tu vibres à la perspective de le prendre annuellement. Il porte un nom de couleur ou de région auquel tu t'identifies. Une ambiance sans pareille y règne durant le voyage. Tu te lies à des amis. Vous vous retrouvez entre deux pèlés dans une convivialité, une union de prière.

 

Ami pèlerin, tu l'aimes ton train marial. Il n'est franchement pas comme les autres dans tous les sens du terme : il roule à "pas d'heure". Il te plante parfois en rase campagne. Il n'a pas toujours la jeunesse ou le confort des trains de chaque jour. Un autre contact s'y noue cependant avec les membres du personnel. Ami pèlerin, tu en fais des économies pour t'inscrire à ce départ tant attendu ! Tu t'y ressources joyeusement. Dans ton existence pas facile, tu fais l'expérience, avec d'autres, d'un ensoleillement. Tu es souvent de condition modeste. Tu es parfois handicapé, malade, chômeur. Le climat fraternel te redonne confiance en l'autre... Les miracles ne s'accomplissent pas qu'à Lourdes. Des miracles, tu en es témoin dans ces compartiments où les coeurs se parlent, rient, cassent la croûte, prient, se confient...

 

Le matin de Pentecôte, se susurrait au plus haut niveau de la SNCF, en direct à la radio, que ces trains pas comme les autres, trains roses, verts, jaunes, auraient vécu ? Véritable séisme pour des centaines de milliers de personnes. Propos contradictoires avec les assurances données début juin aux différents directeurs de pèlerinages. Où est la vérité ? «On ne peut plus assumer ces déplacements massifs aujourd'hui en de bonnes conditions techniques de sécurité», plaide un des dirigeants des chemins de fer. On ne peut plus ou on ne veut plus ?

 

Ami pèlerin, le sort s'acharne sur toi. Jusqu'à présent, ton train accusait de fréquents retards. Tu prenais ton mal en patience. Voici que disparaîtrait ce que tu connais depuis tant d'années ? Evidemment tu es catho, donc en principe compréhensif et miséricordieux devant les tracas à répétition. Mais je sens monter en toi, comme en de multiples autres semblables, un véritable ras le bol. Tout ceci est d'autant plus injuste que les pèlerins de Lourdes sont «bons publics» depuis des lustres. Ils consentent des frustrations qu'aucun autre groupe de clients ne supporterait. Des non croyants le disent. Ceci est d'autant plus incompréhensible que les responsables de pèlerinage acceptent une hausse tarifaire supérieure à la hausse contractuelle. Ceci est d'autant plus inadmissible que les organisateurs religieux travaillent de concert avec la SNCF à une rationalisation des trains de pèlerinage.

 

Les catholiques ne sont pas de doux rêveurs. Ils savent que nous ne sommes plus en 1950. Ils n'ignorent pas les impératifs de compétitivité et de rénovation des voies auxquels est acculée la grande maison du train français. Ils ne demandent pas la lune contre rien. Ajoutons qu'ils représentent une clientèle potentielle et symbolique non négligeable. Que l'on s'explique donc franchement sur la faisabilité des choses pour le bonheur de tous. Beaucoup de personnes humbles voient tout cela se décider au dessus de leur tête. En cette société marquée par l'individualisme, n'y a-t-il pas un signe fort à se rendre ensemble vers le même but ? En pèlerins participant à la même démarche.

 

Celui qui écrit ce bloc notes a lui-même une carte de «très grand voyageur». Son papier n'est donc pas désincarné, n'éludant pas les contraintes qui pèsent fortement dans la mondialisation. Raison de plus pour toujours humaniser ce qui peut l'être.

 

Ami pèlerin, tu tiens à ton train, non par égoïsme mais par altruisme, n'est-ce pas ? Seras-tu entendu ?

 

Père Bernard Podvin

 

Beaucoup de personnes humbles voient tout cela se décider au dessus de leur tête.

 


 

J'ajoute ma propre réflexion : 

 De mon côté, je peux témoigner que cette question est récurente à la SNCF. A croire qu'elle n'aime pas les clients qui paient rubis sur l'ongle, qui respectent les consignes de sécurité, qui ne posent pas de problèmes de vandalisme... Dans les années 80, j'ai été brancardier au diocèse de Dijon. Déjà à ce moment là la SNCF envisageait de supprimer ces trains…

 

Nous, Catholiques, ne sommes-nous pas des citoyens comme les autres ou sommes-nous des citoyens de seconde zone ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Q.C.M.

Q.C.M.KTO.jpg
Un jeu de connaissances auquel les téléspectateurs de toutes générations peuvent participer. Trois candidats viennent chaque semaine tenter de se qualifier pour la finale du mois. Ecriture, Histoire de l'Eglise, saints et témoins de la foi...l'occasion en cette année de la foi de tester - et d'enrichir ! - ses connaissances, en s'amusant, sous la conduite souriante de Charlie Clarck.

 

Cliquez sur le logo KTO pour accéder aux vidéo

 

 

Chapitres & Thèmes Du Blog

Option préférentielle

Aux yeux de l'Eglise, l'"option préférentielle pour les pauvres" n'est pas un simple slogan.
C'est un impératif évangélique auquel j'ai essayé de me conformer tout au long de ma vie et de mes missions.
[...] Il est difficile de parler des pauvres -et aux pauvres- si l'on ne se solidarise pas avec leur vie.

Cardinal Roger Etchegaray
J'ai senti battre le coeur du monde
p. 216