Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Page D'accueil, Contact

  • : Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • : Quelques réflexions de Djipi
  • Contact

Noël

 

 

Recherche

Dimanche prochaine avec MN Thabut

Cliquez sur la photo pour accéder

au commentaire de

Mme Marie Noelle Thabut

MN Thabut 03

On n'oblige pas le piéton...

Je me garderai bien de juger une personne.

Je me fais seulement l’écho de l’enseignement habituel de l’Eglise qui rappelle les principes fondamentaux capables d’éclairer la route de ses fidèles. En installant un lampadaire pour éclairer le trottoir, on n’oblige pas le piéton à marcher sur ce trottoir.

D'après une rubrique du Carême par Serviam
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 19:10

La Chambre Haute au temps de Jésus :
Cénacle 002Le dernier repas de Jésus, appelé la Cène, fut pris au premier étage d'une demeure de Jérusalem, dans une salle qui avait été réservée par les apôtres à la demande de Jésus (Mc 14,12-17)[1]. Pierre et Jean s'étant rendus en ville, ils suivirent "un homme portant une cruche d'eau". Entrés à sa suite dans une habitation, ils demandèrent à réserver la salle du haut, "une grande pièce garnie de coussins". Les apôtres y préparèrent le repas prévu pour le soir même.
 
En grec, dans les textes du Nouveau testament autres que les Actes des Apôtres, nous rencontrons le terme ἀνώγεον (anógeon) qui signifie "la pièce du haut" et non le terme ὑπερῷον. Du point de vue de l'étude exégétique, il ne convient pas faire le rapprochement entre ces deux termes et donc de ces deux réalités. Peut-on conclure que tant que Jésus est présent physiquement avec ses apôtres la chambre haute est une "pièce du haut", ἀνώγεον (anógeon), pas besoin de s'isoler, de s'élever pour rencontrer Dieu puisque Jésus est là ? Ce n'est qu'après l'Ascension que les apôtres se réunissent dans la "chambre haute", ὑπερῷον l'huperôon. Spirituellement, nous pouvons dire qu'il est alors nécessaire de "s'élever" pour rencontrer Dieu.
 
 
La Chambre Haute au temps des Apôtres :
En Ac 1,13[2], la chambre haute est clairement le lieu où les apôtres ont pris l'habitude de se retrouver. C'est le quartier général. C'est le lieu de réunion et de refuge pour les apôtres et les premiers chrétiens. Rien d'étonnant puisque c'est là qu'aurait eu lieu, selon la Tradition, une apparition de Jésus ressuscité, et c'est également là que se déroula la Pentecôte.
Le Cénacle apparaît sur la mosaïque de la carte de Madaba ou mosaïque de Madaba (référence 5 sur l'image ci-dessus). Cette mosaïque se trouve dans l'église Saint-Georges de Madaba, en Jordanie. Elle est connue pour être la plus vieille représentation cartographique qui nous soit parvenue de la terre sainte et en particulier de Jérusalem, et de la Décapole. Elle date de la fin du VIesiècle.
 
 
Le cénacle au cours des siècles jusqu'en 1947 :
Au cours des siècles suivants, la "chambre haute" fut démolie et reconstruite. Au XIVème siècle on lui donna la forme d'une chapelle gothique à plan carré, avec une magnifique voûte en ogives.
 
Au IVesiècle, Épiphane de Salamine écrit en se basant sur des documents du IIesiècle qu'Hadrien trouva la ville rasée, à l'exception d'une église, le Cénacle, qui aurait initialement été une synagogue. Ce bâtiment fut restauré par Maxime de Jérusalem puis, suivant la décision de Théodose Ier, reconstruite par Jean II de Jérusalem qui le consacra en 394, et en 415 y fit revenir les reliques de Saint Etienne.
 
Les Perses la détruisirent en 614 sous le roi Khosro II. Sur ses fondations, les croisés construisirent l'église et le monastère de Sainte-Marie, appelée par eux Mater omnium Ecclesiarum. Épargnés par Saladin en 1187, ils seront détruits en 1219 par le sultan Malik al-Mu'azzam Musa.
 
En 1335, les Franciscains firent l'acquisition du bâtiment du Cénacle et le restaurèrent, avec une voûte gothique. Au XIVesiècle, ils eurent à subir une certaine pression en vue de leur expulsion. Finalement, en 1523, les Franciscains furent chassés du bâtiment et la chambre haute fut convertie en mosquée.
 
Dans l'attente de pouvoir récupérer le Cénacle, les Franciscains ont construit un autre sanctuaire ad Cœnaculum. En outre, une église du Mont-Sion, avec une crypte commémorant la Dormition de Marie, a été construite au début du XXesiècle non loin du Cénacle.
 
Jusqu'en 1948, ce site fut confié à la famille Dajani.
 
 
Le cénacle depuis 1947 :
Le bâtiment actuel, construit par les Croisés sur les vestiges d'une église byzantine du IVème siècle qui recouvrait un terrain bien plus vaste, est un concentré des trois religions monothéistes à lui tout seul. C'est là que la tradition juive situe le tombeau de David situé au rez-de-chaussée ; le Cénacle est à l'étage ; et sur le toit, jaillit le minaret d'une mosquée.
 
À partir de la Guerre israélo-arabe (autrement désigné comme guerre d'indépendance d'Israël) de 1948-1949 et jusqu'en 1967 (guerre des Six Jours), seul ce site de la vieille ville était accessible aux Israéliens, le reste étant contrôlé par la Jordanie.
 
La bâtisse présentée aujourd'hui comme étant le cénacle se trouve sur la colline de Sion, à quelques mètres au sud de la muraille actuelle de la ville et de la porte de Sion. Le bâtiment est un petit édifice de deux étages situé dans un ensemble de bâtiments plus important
 
La salle du rez-de-chaussée située sous le Cénacle contient un cénotaphe qui, depuis le XIIe siècle, est considéré comme le tombeau du roi David.
 
tombeau-de-David-001.jpg
Tombeau de David
 
 
Sous le tombeau de David, une salle souterraine a été découverte en 1859 par le Docteur Ermete Pierroti, architecte du Pacha Turc entre 1854 et 1862.
 
 
Sous le niveau du sol actuel, se trouvent des fondations plus anciennes remontant aux époques romaines, byzantines et croisées. Derrière le cénotaphe, une abside longe le mont du Temple, suscitant l'hypothèse que cette partie du bâtiment était peut-être une synagogue, voire la synagogue mentionnée par le Pèlerin de Bordeaux en 333[3]. Une salle adjacente est consacrée à la mémoire des six millions de Juifs victimes de l'Holocauste. Les rouleaux profanés de la Torah qui y sont exposés évoquent ces événements terrifiants.
 
Au premier étage, il en reste une pièce presque carrée -15 m x 12 m- est assez petite. La voûte à nervures du plafond est caractéristique des Lusignan ou du gothique chypriote. Le mihrab sculpté, la niche de prière musulmane, fut ajouté en 1523, lorsque les Franciscains furent chassés du bâtiment et la pièce convertie en mosquée. Sur la colonne droite de l’entrée se dessine un bouclier des Croisés portant le nom de la ville allemande Regensbourg[4](Ratisbonne)[5]. Les piliers à l’entrée de la chambre supérieure sont plus anciens que la Cenacle-003.jpgstructure des Croisés. Au-dessus du palier, en haut des escaliers se trouvent des colonnes en marbre qui soutiennent une petite coupole voûtée. Sur l’une des colonnes on peut voir un chapiteau avec deux pélicans (poussins) tirer doucement sur la poitrine d’un troisième, un motif chrétien qui représente l’expiation. La construction en forme de coupole et le mihrab datent de l’époque mamelouke.
 
Sur le toit se trouve une minuscule pièce transformée en musée qui reste toujours fermée. C’est à cet endroit que le premier président d’Israël Chaim Weizmann[6]venait se réfugier pour admirer la ville de Jérusalem
 
Depuis 2005, des pourparlers sont en cours pour une éventuelle restitution à l'Eglise Catholique, certains évoquent un éventuel échange avec la Synagogue Santa María La Blanca de Tolède[7]. Nous pouvons lire sur wikipédia : "La synagogue est toujours propriété de l'Église qui aurait voulu l'échanger avec les autorités israéliennes contre une salle du monument connu comme la «tombe du roi David» à Jérusalem". Cette salle n'est autre que le Cénacle, sujet de la présente étude.
 
Le Père Jaeger, de la custodie de Terre Sainte, participe aux négociations bilatérales. Il précise: «L’Eglise universelle est au fond la propriétaire légitime du Cénacle depuis 1342, date de son achat par les rois de Naples, Roberto et Sancha, qui le donnèrent, avec l’approbation du pape, aux Franciscains, qui y établirent leur maison mère en Terre Sainte. En effet, le premier titre du supérieur franciscain en Terre Sainte est Gardien de la sainte montagne de Sion. Les experts des deux parties de l’Eglise catholique et de l’Etat d’Israël, dans le contexte des négociations bilatérales, ont depuis quelque temps élaboré le mécanisme juridique qui permettrait au gouvernement israélien, dans les conditions actuelles, de restituer la propriété du Cénacle à l’Eglise catholique par l’intermédiaire de la custodie franciscaine. Il suffit maintenant que le gouvernement d’Israël décide de le faire et l’occasion fournie par le synode (en 2010) serait un moment favorable». A ce jour, 16 avril 2012, les négociations se poursuivent toujours…
 
 
Les Papes depuis 1962 et le cénacle :
Parler du Cénacle sans parler des différents Papes qui l’ont visité au XXème et début XXIème siècles me paraîtrait incomplet. Trois Papes se sont rendus en Israël au cours des 50 dernières années : Paul VI en 1964, Jean-Paul II en l’an 2000 et Benoît XVI en 2009 (pour les voyages comportant une étape au Cénacle). Allons sur les pas des Saints Pères.
 
* Paul VI :
Paul-VI.jpgLe pèlerinage du pape Paul VI en Terre sainte se déroula du 4 au 6 janvier 1964. C'est la première fois depuis le pape Pie VII[8] que le souverain pontife quittait l'Italie pour participer à un voyage à l'étranger. C'est aussi la première fois depuis Saint Pierre qu'un pape se rendait au Cénacle. Ce pèlerinage en Terre sainte contribua à donner à Paul VI l'image d'un pape pèlerin.
 
* Jean-Paul II :
Le Pape Jean-Paul II s'est rendue au Cénacle le jeudi 23 mars 2000. Exceptionnellement, le saint père a pu célébrer l'Eucharistie dans le Cénacle alors que ce lieu est interdit à tout culte religieux[9]. Le Saint Père a prononcé une homélie[10] au cours de l'Eucharistie où il déclara :
 
jp II et rabins«Réunis dans la Salle supérieure, nous avons écouté le récit évangélique de la Dernière Cène […]. C'est avec une profonde émotion que nous écoutons encore une fois les paroles prononcées ici, dans la Salle supérieure, il y a deux mille ans. Depuis cette époque, elles ont été répétées, génération après génération, par ceux qui partagent le sacerdoce du Christ à travers le Sacrement de l'Ordre Sacré. De cette façon, le Christ lui-même répète constamment ces paroles, à travers la voix de ses prêtres, dans chaque lieu du monde. […].
En célébrant cette Eucharistie dans la Salle supérieure à Jérusalem, nous sommes unis à l'Eglise de chaque époque et de chaque lieu. Unis au Chef, nous sommes en communion avec Pierre, avec les Apôtres et leurs Successeurs au cours des siècles. En union avec Marie, avec les saints, avec les martyrs et avec tous les baptisés qui ont vécu dans la grâce de l'Esprit Saint, nous disons avec force: Marana tha! "Viens Seigneur Jésus!" (cf. Ap 22,20). […]».
 
 
* Benoît XVI :
Le pape Benoît XVI s'est rendu en pèlerinage au Cénacle le mardi 12 mai 2009. Il n'y a pas célébré l'Eucharistie. Le Saint Père pria le Régina Caeli[11]    avec les évêques de Terre Sainte. Dans le discours qu'il prononça, le Saint Père nous dit[12]:
 
«Je vous salue avec grande joie, vous les Évêques de Terre Sainte, en cette Chambre Haute où le Seigneur ouvrit son cœur aux disciples qu’il s’était choisis et où il célébra le Mystère pascal. […] La Chambre Haute évoque pour nous le souvenir de la dernière Cène de notre Seigneur avec Pierre et les autres Apôtres, et l'Église y est invitée à une contemplation priante. […] Dans la Chambre Haute, le mystère de la grâce et du salut, dont nous sommes les bénéficiaires en même temps que les hérauts et les ministres, ne peut s’exprimer que par l'amour. […]»
Visite du Saint Père Benoît XVI au Cénacle, une vidéo de KTO
 

Conclusion :
En résumé, l'expression "Cénacle" est la traduction, via le latin, pour désigner la chambre haute. Géographiquement, c'est le lieu admis par la Tradition pour trois événements majeurs pour le christianisme : le lieu de la première Cène ou institution de l'Eucharistie, le lieu de l'apparition du Christ ressuscité à ses apôtres et enfin le lieu de la Pentecôte.
 
Dans l'Ancien Testament, la Chambre Haute est, pour l'idolâtre, un lieu de mort et pour le croyant le lieu de la rencontre personnelle avec Dieu.
 
* * *
 
En conclusion, je retiens l'image du Cénacle rassemblant en un seul lieu les trois religions monothéismes.
 
Autre point qui me parle au cœur de ma foi, c'est le monument même du Cénacle. Il rassemble le mémorial de David et le mémorial de la première Cène. Jésus Christ, de la lignée de David[13], se retrouve avec lui dans ce lieu.
 
Autre souvenir plus personnel, ma visite au Cénacle en 1989 pendant mon temps de service à Ein Karem. Ce travail de recherche m'a permis de replonger dans mes notes et d'effectuer, en esprit, un pèlerinage sur les pas du Christ et les premiers temps de l'Eglise. Un pèlerinage d'autant plus attachant pour moi que je revois les enfants polyhandicapés que j'ai servis avec celle qui est devenue mon épouse.
 
Pour toutes ces raisons je remercie mes collègues du lycée Sainte Catherine. Je leur dédie ce travail. Par un mot prononcé au cours d'une discussion, c'est l'occasion d'une relecture de la Bible qui m'est offerte. A partir d'un simple mot, c'est toute la Bible, toute l'histoire d'Israël, toute l'histoire de l'Eglise qui sont parcourus.
 
J'ai également une pensée émue pour notre évêque du Mans Monseigneur Yves Le Saux en pèlerinage en Terre Sainte avec la majorité des diacres du diocèse pendant que j'effectue ce travail de recherche.
Jean-Pierre Tellier
diacre permanent vincentien
15-18 avril 2012

[1]Alors il envoie deux de ses disciples en leur disant : “Allez à la ville ; un homme portant une cruche d’eau vous rejoindra : suivez-le.  14 Et là où il entrera, dites au propriétaire : Le Maître te fait dire : Où est ma salle où je mangerai la Pâque avec mes disciples ?  15 Il vous montrera à l’étage une grande pièce garnie de coussins, bien aménagée ; vous y préparerez tout ce qu’il nous faut.”
[2]Rentrés en ville, ils montèrent à la chambre haute où ils se tenaient habituellement. C'étaient Pierre, Jean, Jacques, André, Philippe et Thomas, Barthélemy et Matthieu, Jacques fils d'Alphée et Simon le Zélote, et Jude fils de Jacques
[3]L'Anonyme de Bordeaux (ou Pèlerin de Bordeaux ou Burdigalensis) est un récit en langue latine. C'est la plus ancienne description d’un pèlerinage en Terre sainte par un chrétien d’Occident. Ecrit au début du IVe siècle (en l’an 333), un homme dont on ignore le nom partit de Bordeaux en direction de Jérusalem note scrupuleusement toutes les étapes de son itinéraire et laissa ce précieux Itinerarium Burdigalense.
Le texte original en latin se compose principalement d’une liste de localités et la distance les séparant. Les localités sont subdivisées en villes, lieux de séjour et relais où le voyageur pouvait s’arrêter, se reposer, prendre un repas, ou seulement changer de monture avant de poursuivre la route.
Au vue de l'exactitude des mesures données dans cet itinéraire ce récit n’a probablement pas été fait par un particulier. L'auteur a extrait les arpentages très exacts dans les recueils d’itinéraires dressés par les ordres des empereurs. Ces mesures étaient exécutées dans tout l’empire pour l’usage des fonctionnaires publics et pour la marche des troupes. À l’énoncé un peu sec des étapes, l’auteur ajoute une description minutieuse des lieux saints et quelques remarques sur les routes qu’il a extraites des itinéraires impériaux.
[4]Cf. annexe 3 : histoire de Reinhard Von Regensburg
[5]Ratisbonne (en allemand : Regensburg), est une ville allemande, située dans le Land de Bavière. Elle est baignée par le Danube et est la capitale tant du district du Haut-Palatinat que du Landkreis de Regensburg.
[6]Chaim Weizmann ou Haim Weizmann (חיים ויצמן  ), né le 27 novembre 1874 et mort le 9 novembre 1952, chimiste et homme politique britannique puis israélien, fut le premier président de l'État d'Israël entre 1949 et 1952, élu le 16 mai 1948.
[7]Elle appartient à l'Église catholique qui en a fait un musée d'art et d'architecture ouvert au public.
[8]Luigi Barnaba Chiaramonti (en religion Gregorio), né le 14 août 1742 à Cesena (Romagne) et mort le 20 août 1823 à Rome, était un moine bénédictin, élu pape le 14 mars 1800. Il prit le nom de Pie VII (en latin Pius VII, en italien Pio VII).
[9]Le Pèlerin, 5 avril 2012, p. 21
[11]Durant le temps pascal (de Pâques à la Pentecôte), la prière du Regina cæli remplace les prières de l’Angelus et du Salve Regina pour les Complies.
[13]Mt 1,1-17: 1 Document sur les origines de Jésus-Christ, fils de David et fils d'Abraham… (Traduction la Bible des Peuples).

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Bible - Exégèse
commenter cet article

commentaires

Q.C.M.

Q.C.M.KTO.jpg
Un jeu de connaissances auquel les téléspectateurs de toutes générations peuvent participer. Trois candidats viennent chaque semaine tenter de se qualifier pour la finale du mois. Ecriture, Histoire de l'Eglise, saints et témoins de la foi...l'occasion en cette année de la foi de tester - et d'enrichir ! - ses connaissances, en s'amusant, sous la conduite souriante de Charlie Clarck.

 

Cliquez sur le logo KTO pour accéder aux vidéo

 

 

Chapitres & Thèmes Du Blog

Option préférentielle

Aux yeux de l'Eglise, l'"option préférentielle pour les pauvres" n'est pas un simple slogan.
C'est un impératif évangélique auquel j'ai essayé de me conformer tout au long de ma vie et de mes missions.
[...] Il est difficile de parler des pauvres -et aux pauvres- si l'on ne se solidarise pas avec leur vie.

Cardinal Roger Etchegaray
J'ai senti battre le coeur du monde
p. 216