Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Page D'accueil, Contact

  • : Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • : Quelques réflexions de Djipi
  • Contact

Noël

 

 

Recherche

Dimanche prochaine avec MN Thabut

Cliquez sur la photo pour accéder

au commentaire de

Mme Marie Noelle Thabut

MN Thabut 03

On n'oblige pas le piéton...

Je me garderai bien de juger une personne.

Je me fais seulement l’écho de l’enseignement habituel de l’Eglise qui rappelle les principes fondamentaux capables d’éclairer la route de ses fidèles. En installant un lampadaire pour éclairer le trottoir, on n’oblige pas le piéton à marcher sur ce trottoir.

D'après une rubrique du Carême par Serviam
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 12:30

tob-copie-1

Quelles sont les relations entre la Traduction Oecuménique de la Bible (TOB) et le Concile Vatican II ?

 

Avant de répondre à cette délicate question, il est nécessaire de reprendre la chronologie des faits.

 

En 1961, du côté catholique, des exégètes envisagent de revoir la traduction et les notes de la Bible de Jérusalem (BJ) (la BJ a été éditée tout d’abord sous forme de 43 fascicules de 1945 à 1955 et pour la première fois sous le format d’un seul livre relié en 1956). A la même date, du côté protestant, des exégètes envisagent le même travail sur la Bible Segond (première parution en 1880 et revue en 1910). C’est le 18 décembre 1961 avec la rencontre de deux amis : du Père Jean Starcky, l'un des spécialistes de Qumran, et du Pasteur André Morel que prend naissance ce projet. Ils s'informèrent mutuellement des projets de révisions en cours du côté protestant et du côté catholique

 

* * * * * * *

 

Jean-XXIII.jpgParallèlement et indépendamment de cette rencontre, le pape Jean XXIII exprime l’idée d’un nouveau concile pour la première le 2 novembre 1958. Après un long temps de préparation, Jean XXIII convoque officiellement le concile par la bulle d'indiction «Humanae salutis» le 25 décembre 1961.

 

* * * * * * *

 

En 1963, l’école biblique de Jérusalem donne son accord pour la révision de la Bible de Jérusalem par une équipe d’exégètes catholiques et protestants.

 

Aussitôt, le premier groupe constitué décide de commencer par le texte le plus sensible : l’Epître aux Romains ; et il se met au travail. Travail qui aboutit le 16 janvier 1967 par la présentation solennelle du fascicule de l’épître aux Romains dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne.

 

* * * * * * *

 

Nous voyons ici que l’imbrication des deux événements, le Concile et la Traduction de la TOB, est intimement lié.

 

En conclusion,

-      Selon moi, dire que la TOB est un fruit du Concile Vatican II serait un raccourcit historique que ni la chronologie ni l’intention des différentes parties ne confirment. Dire que la TOB est un fruit du Concile ne me semble pas respecter ni les Protestants ni les Orthodoxes dans leurs identités propres (à lire : enjeux ecclésiologique de la TOB, Bible-service.net).

- Pour ma part, j’irai jusqu’à dire que les travaux de l’équipe à l’origine de la TOB ont influencés les Pères du Concile sur la question de l’œcuménisme et sur la traduction exégétique de la Bible.

- Les conclusions du Concile et en particulier le Décret sur l’œcuménisme Unitatis Redintegratio proclamée le 21 novembre 1964 et la Constitution Dogmatique Dei Verbum, approuvée le 18 novembre 1965 ont été un vif encouragement aux travaux de traductions qui devaient aboutir à la TOB.

- Je préfère voire ici l’expression du souffle de l’Esprit Saint sur le Concile et sur la traduction de la Bible. L’un et l’autre étant intimement liés par ce souffle de l’Esprit Saint.

 

 


LA Conclusion qui s’impose à moi est la suivante :

le Concile Vatican II et la Traduction Œcuménique de la Bible (TOB)

sont l’un et l’autre

le fruit de l’Esprit Saint.


Histoire de la Tob :

http://www.la-bible.net/doc/TELECHARGEMENTS8.pdf

 

La TOB en quelques dates…

http://www.bible-service.net/site/1109.html

 

 


Unitatis Redintegratio paragraphe 21. Étude de l’Écriture

L’amour et la vénération –presque le culte– de nos frères pour les Saintes Écritures les portent à l’étude constante et diligente du texte sacré : l’Évangile «est en effet la force de Dieu opérant le salut pour tout croyant, pour le Juif d’abord et puis pour le Grec» (cf. Rm 1,16).

Invoquant l’Esprit Saint, c’est dans les Saintes Écritures mêmes qu’ils cherchent Dieu comme celui qui leur parle dans le Christ qu’avaient annoncé les prophètes et qui est le Verbe de Dieu incarné pour nous. Ils y contemplent la vie du Christ, ainsi que les enseignements et les faits accomplis par le divin Maître pour le salut des hommes, surtout les mystères de sa mort et de sa résurrection.

Mais, si les chrétiens séparés de nous affirment l’autorité divine des Saints Livres, ils ont une opinion différente de la nôtre (et différente aussi entre eux), au sujet de la relation entre Écritures et Église. Dans celle-ci, selon la foi catholique, le magistère authentique occupe une place particulière pour l’explication et la proclamation de la Parole de Dieu écrite.

Cependant, les paroles sacrées sont, dans le dialogue lui-même, des instruments insignes dans la main puissante de Dieu pour atteindre cette unité que le Sauveur offre à tous les hommes.

 

Dei Verbum paragraphe 22.Nécessité des différentes versions et traductions

Il faut que l’accès à la Sainte Écriture soit largement ouvert aux fidèles du Christ. Pour cette raison l’Église, dès le commencement, a fait sienne cette antique version grecque de l’Ancien Testament, appelée des Septante ; elle tient toujours en honneur les autres versions, orientales et latines, principalement celle qu’on nomme la Vulgate. Comme la Parole de Dieu doit être à la disposition de tous les temps, l’Église, avec une sollicitude maternelle, veille à ce que des traductions appropriées et exactes soient faites dans les diverses langues, de préférence à partir des textes originaux des Livres sacrés. S’il se trouve que pour une raison d’opportunité et avec l’approbation des autorités ecclésiastiques ces traductions soient le fruit d’une collaboration avec des frères séparés, elles pourront être utilisées par tous les chrétiens.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Bible - Exégèse
commenter cet article

commentaires

Q.C.M.

Q.C.M.KTO.jpg
Un jeu de connaissances auquel les téléspectateurs de toutes générations peuvent participer. Trois candidats viennent chaque semaine tenter de se qualifier pour la finale du mois. Ecriture, Histoire de l'Eglise, saints et témoins de la foi...l'occasion en cette année de la foi de tester - et d'enrichir ! - ses connaissances, en s'amusant, sous la conduite souriante de Charlie Clarck.

 

Cliquez sur le logo KTO pour accéder aux vidéo

 

 

Chapitres & Thèmes Du Blog

Option préférentielle

Aux yeux de l'Eglise, l'"option préférentielle pour les pauvres" n'est pas un simple slogan.
C'est un impératif évangélique auquel j'ai essayé de me conformer tout au long de ma vie et de mes missions.
[...] Il est difficile de parler des pauvres -et aux pauvres- si l'on ne se solidarise pas avec leur vie.

Cardinal Roger Etchegaray
J'ai senti battre le coeur du monde
p. 216