Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Page D'accueil, Contact

  • : Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • : Quelques réflexions de Djipi
  • Contact

Noël

 

 

Recherche

Dimanche prochaine avec MN Thabut

Cliquez sur la photo pour accéder

au commentaire de

Mme Marie Noelle Thabut

MN Thabut 03

On n'oblige pas le piéton...

Je me garderai bien de juger une personne.

Je me fais seulement l’écho de l’enseignement habituel de l’Eglise qui rappelle les principes fondamentaux capables d’éclairer la route de ses fidèles. En installant un lampadaire pour éclairer le trottoir, on n’oblige pas le piéton à marcher sur ce trottoir.

D'après une rubrique du Carême par Serviam
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 16:57

La France vient d'être une nouvelle fois condamnée par le Conseil de l'Europe sur sa politique d'inclusion des enfants autistes dans le système scolaire (cliquez ici). Des solutions existent. Elles sont mises en application dans d'autres pays. Pourquoi pas en France ?

 


Je publie ici une chronique de Hugo Horiot avec son aimable autorisation. Je l’en remercie vivement. (Vous trouverez en fin de chronique un lien vers son site).

Avant de lui laisser la parole, voici une présentation de l’auteur : Hugo Horiot, qui a changé à l'âge de 6 ans son prénom de Julien contre son deuxième prénom, Hugo, " pour tuer en lui le dictateur", est un comédien, qui a surmonté le syndrome d'Asperger, l'une des nombreuses formes de l'autisme.

Il est le fils de la romancière Françoise Lefèvre, qui, alors que son fils avait été orienté dès l'âge de 18 mois en psychiatrie, a choisi de s'en occuper elle-même, puis de le scolariser, et l'a sauvé de l'enfermement.

 Elle a écrit à ce sujet deux magnifiques témoignages: "Le Petit Prince cannibale", prix Goncourt des lycéens, et " Surtout ne me dessine pas un mouton".

Hugo Horiot a publié un récit exceptionnel " L'Empereur, c'est moi", qui est sorti en librairie quelques jours avant la Journée mondiale de la maladie, mardi 2 avril 2013, récit où le mot "autisme" n’apparaît pas une fois, témoignage intense, puissant, bouleversant, de son combat. (cliquez ici)


Il a commencé à parler en 1988, et il est entré en 2000 au Théâtre du jour d'Agen, renaissance et début d'une carrière de comédien.

 

Je laisse la parole à Hugo Horiot :

 


Le dossier de l’autisme est sous-estimé par les politiques. Seule une ministre invisible dans un ministère invisible en a la charge.

 

On assiste à la création de structures spécialisées pour personnes «spéciales» alors qu’il faut aller vers le changement. Le changement du système éducatif en créant une véritable école de la république : une école pour tous. Il s’agit de créer des emplois d’A.V.S (auxiliaire de vie scolaire), former les enseignants au handicap, créer des classes plus petites… rien de techniquement insurmontable. De nombreux pays le font et ça marche !

 

Hors chez nous, les A.V.S manquent et sont extrêmement dévalorisées étant donné la précarité de leur statut. C’est dommage car il y aurait opportunité ici à créer beaucoup d’emplois. En France, 20 % des enfants autistes sont scolarisés contre plus de 80 % dans de nombreux pays européens et dans le monde.

 

L’autisme est avant tout une affaire éducative. Pourquoi le ministère de l’éducation nationale ne s’est-il jamais associé au moindre plan autisme ?

 

Mon histoire s’est déroulée dans les années 80 et je suis effaré de voir qu’aujourd’hui, trente ans après, rien n’a évolué. Les personnes avec autisme et leurs familles ne veulent pas d’un ministère de l’autisme, ils veulent les mêmes droits que les autres. Dans un pays ou le mot «égalité» fait partie de la devise nationale, est-ce trop demander ?

 

Cela fait la cinquième fois que la France est condamnée par Bruxelles pour sa mauvaise prise en charge de l’autisme. Et cette condamnation ne risque pas d’être la dernière. Cela prouve que les changements annoncés n’ont eu lieu que sur le papier.

 

Combien de professionnels continuent-ils à se payer grassement avec de l’argent public en méprisant ouvertement les recommandations de la HAS ?

 

Combien d’écoles continuent-elles à évincer les enfants autistes en toute impunité, préférant ainsi la discrimination à la différence ?

 

Les méthodes comportementales ne sont toujours pas remboursées et demeurent inaccessibles pour de nombreuses familles. Les solutions préconisées par les divers plans autisme sont dérisoires et les budgets ridicules. Figurez-vous que la priorité du 3ème plan autisme est de créer des centres de «répit» pour soulager quelques jours les parents de la présence trop encombrante de leur enfant. Et l’enfant, que fait-il dans ce centre de répit ? On ne sait pas. Du répit sans doute ?

 

Que de solutions fatalistes et d’arrangements à court terme. Aucune vision d’avenir, aucune tentative d’innovation, aucun changement sur le fond. Sur cette question, la France est d’autant plus impardonnable que c’est un pays qui a de l’argent. En France, 8000 enfants naissent chaque année avec des troubles autistiques. S’ils sont diagnostiqués à l’âge de 2 ans et qu’ils décèdent en moyenne à 65 ans, ils coûteront 49,71 Milliards d’euros à la société pendant toute la durée de leur vie, si l’on continue la prise en charge dans sa forme actuelle. En optant pour une école inclusive mêlant méthodes comportementales et éducatives, on économiserait près de 15 milliards d'euros.

 

On a de l’argent, on a la connaissance alors que nous manque-il pour régler le problème ? Le courage politique, peut-être ?

 

Hugo Horiot,

 

Le 8 février 2014

 


Pour accéder au site de Hugo Horiot, cliquez sur la photo :

Hugo Horiot

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Q.C.M.

Q.C.M.KTO.jpg
Un jeu de connaissances auquel les téléspectateurs de toutes générations peuvent participer. Trois candidats viennent chaque semaine tenter de se qualifier pour la finale du mois. Ecriture, Histoire de l'Eglise, saints et témoins de la foi...l'occasion en cette année de la foi de tester - et d'enrichir ! - ses connaissances, en s'amusant, sous la conduite souriante de Charlie Clarck.

 

Cliquez sur le logo KTO pour accéder aux vidéo

 

 

Chapitres & Thèmes Du Blog

Option préférentielle

Aux yeux de l'Eglise, l'"option préférentielle pour les pauvres" n'est pas un simple slogan.
C'est un impératif évangélique auquel j'ai essayé de me conformer tout au long de ma vie et de mes missions.
[...] Il est difficile de parler des pauvres -et aux pauvres- si l'on ne se solidarise pas avec leur vie.

Cardinal Roger Etchegaray
J'ai senti battre le coeur du monde
p. 216