Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Page D'accueil, Contact

  • : Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • : Quelques réflexions de Djipi
  • Contact

Noël

 

 

Recherche

Dimanche prochaine avec MN Thabut

Cliquez sur la photo pour accéder

au commentaire de

Mme Marie Noelle Thabut

MN Thabut 03

On n'oblige pas le piéton...

Je me garderai bien de juger une personne.

Je me fais seulement l’écho de l’enseignement habituel de l’Eglise qui rappelle les principes fondamentaux capables d’éclairer la route de ses fidèles. En installant un lampadaire pour éclairer le trottoir, on n’oblige pas le piéton à marcher sur ce trottoir.

D'après une rubrique du Carême par Serviam
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 10:38

terre-aride.jpg

2ème situation : La soif :

Comme nous l’avons évoqué avec la faim, il est impossible de vivre sans boire, une semaine tout au plus.

 

La soif est la sensation du besoin de boire et caractérise un manque d'eau chez l'organisme (d’après wikipédia).

 

Etre assoiffé, c’est être desséché. Ce dessèchement nous prive de vie tout comme les os desséchés raconté par Ezéchiel (Ez 37,1-6) «1La main du Seigneur fut sur moi. Le Seigneur me fit sortir par son esprit. Il me déposa au milieu de la vallée, et voici qu’elle était pleine d’ossements. 2Il me fit parcourir la vallée en tout sens ; les ossements étaient très nombreux à la surface du sol, et ils étaient complètement secs. 3Alors il me dit : “Fils d’homme, ces ossements pourront-ils revivre ?” Je répondis : “Seigneur, c’est toi qui le sais.” 4Il me dit : Prophétise sur ces ossements, tu leur diras : Ossements desséchés, écoutez la parole du Seigneur ! 5Voici ce que dit le Seigneur à ces ossements : Je vais faire qu’un esprit entre en vous, et vous vivrez. 6Je mettrai sur vous des nerfs, je ferai pousser sur vous la chair, j’étendrai sur vous la peau, je mettrai en vous un esprit et vous vivrez : et vous saurez que je suis Le Seigneur.”»

 

 

Ancien Testament :

Elie est envoyée par Dieu auprès du terrent de Kérith pour ne pas manquer d’eau (1 R 17,3).

 

Pendant l’Exode, Dieu donne de l’eau à son peuple : «Massa et Meriba» eau amère puis «27Puis ils arrivèrent à Élim, où il y a 12 sources et 70 palmiers, et ils campèrent au bord de l’eau». (Ex 15,22-27)

 

Dieu donne de l’eau à Agar pendant sa fuite au désert :

«14Le lendemain matin, Abraham prit du pain et une outre d'eau, il les posa sur l'épaule d'Agar, il lui remit l'enfant, puis il la renvoya. Elle partit et alla errer dans le désert de Bershéba. 15Quand l'eau de l'outre fut épuisée, elle laissa l'enfant sous un buisson, 16et alla s'asseoir non loin de là, à la distance d'une portée de flèche. Elle se disait : «Je ne veux pas voir mourir l'enfant !» Elle s'assit non loin de là, et elle se mit à gémir et à pleurer. 17Dieu entendit les cris de l'enfant ; et du ciel, l'ange de Dieu appela Agar : «Qu'as-tu, Agar ? Sois sans crainte, car Dieu a entendu l'enfant crier, sous le buisson où il était. 18Debout ! Prends l'enfant et tiens-le par la main, car je ferai de lui une grande nation.» 19Alors, Dieu ouvrit les yeux d'Agar, et elle aperçut un puits. Elle alla remplir l'outre et fit boire l'enfant.» (Gn 21,14-19)

 

La vrai soif :

«Comme une biche assoiffée cherche l’eau vive ainsi mon âme te cherche toi, mon Dieu. Mon âme a soif du Dieu vivant.» (Psaume 42,2.3).

 

 

Nouveau Testament :

Le cri de Jésus en croix : «J’ai soif» (Jn 19,28)

Donner à boire à son ennemi qui a soif tel est la demande de Saint Paul : Rm 12,20 : «Mais si ton ennemi a faim, donne-lui à manger ; s'il a soif, donne-lui à boire : ce sera comme si tu entassais sur sa tête des charbons ardents».

Le risque de la soif, du déshonneur, est évoqué aux noces de Cana. Cette soif en devenir sera comblée au-delà de toute espérance par le changement de l’eau en vin dans une quantité plus que généreuse (plus de 600 litres de vins (Jn 2,6), excusez du peu). Marie se tourne vers Jésus et lui dit «ils n’ont pas de vin» (Jn 2,3b). Marie invite les serviteurs (entendons chacun de nous) à agir : «Faites tout ce qu'il vous dira» (Jn 2,5b).

 

La faim et la soif peuvent symboliser la recherche d'un autre objet qui est ardemment désiré. Les passages de la Bible nous montrent la faim de Dieu, de sa Parole et même d’être affamé et assoiffé de justice. (http://www.interbible.org/interBible/ecritures/symboles/2011/sym_110617.html)

 

Comme pour la faim, celui qui comble la vraie soif, c’est le Christ. Nous l’apprenons dans la suite du verset cité à propos de la faim : «Jésus leur répondit : «Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n'aura plus jamais faim ; celui qui croit en moi n'aura plus jamais soif.» C’est ce qu’il a dit également à la Samaritaine (Jn 4,5-42, traduction Bible de la liturgie). Au verset 7 : «Arrive une femme de Samarie, qui venait puiser de l'eau. Jésus lui dit : «Donne-moi à boire.» Au verset 14, Jésus lui indique l’eau véritable : «celui qui boira de l'eau que moi je lui donnerai n'aura plus jamais soif ; et l'eau que je lui donnerai deviendra en lui source jaillissante pour la vie éternelle.» La réponse de la Samaritaine ne se fait pas attendre : «La femme lui dit : «Seigneur, donne-la-moi, cette eau : que je n'aie plus soif, et que je n'aie plus à venir ici pour puiser.» (Jn 4,15)

 

 

Saint Vincent de Paul :

Au temps de Saint Vincent de Paul, point d’eau courante, point d’eau en bouteille. Bien souvent l’eau n’était pas potable. Voyons quels sont les conseils qu’il donne aux séminaristes de la Congrégation de la Mission dans une conférence sur la sobriété le 23 août 1658 :

«[…] de s’accoutumer à tremper son vin, en sorte que l’eau ne soit que rougie. Et à ce sujet, je prie nos frères les dépensiers (Frères chargés de l’approvisionnement de la communauté) de ne point donner, au déjeuner, à chacun plus de deux ou trois doigts de vin au plus. Croiriez-vous, mes frères, que l’on voit à vue d’œil qu’entre les séminaristes ce qui trempent le plus leur vin (car, par la grâce de Dieu, il y en a qui le font, mais de la bonne manière, et où il n’y a rien à redire), croiriez-vous, dis-je, que ceux-là avancent à grands pas à la perfection ; Pour moi, je remarque cela, que ceux que je vois qui trempent le plus leur vin, je vois, dis-je, que ces personnes-là avancent de vertu en vertu ; cela se voit clairement. Et dites-moi, la plupart d’entre nous, auparavant que d’entrer en la Compagnie, buvaient-ils du vin ? Point du tout, ou du moins fort rarement. Eh ! Quoi donc ? Un peu de bière, et de l’eau peut-être le plus souvent […]»(SV XII,46)

 

 Soif

William-Adolphe Bouguereau (1825-1905) : la soif

 

 

Pour agir aujourd’hui :

Combler la soif, oui mais attention, pas n’importe comment. Certains peuvent même tomber dans la maladie qu’est l’alcoolisme. Etre attentif à son prochain aussi dans ce domaine est chose délicate et peuvent parfois nous échapper. Combien de collègues plongent dans l’alcoolisme sans même que nous nous en apercevions.

Pour combattre cette soif mal comblée, il existe de nombreuses associations dont la plus célèbre les Alcooliques Anonymes. En Sarthe, je pense à Vie Libre qui agit avec discrétion dans nos villes et villages. Et d’autres encore.

 

En France, nous avons la chance d’avoir de l’eau à volonté si je puis dire. Seulement, nous avons pris conscience avec la canicule de 2003 que l’on peut mourir de soif dans notre pays. Les gouvernements successifs ont pris la mesure de la crise et ont mis en place un «plan canicule» (http://www.sante.gouv.fr/les-niveaux-d-alerte-du-plan-national-canicule.htm ). Mais les lois ou directives venues d’en haut peuvent se révéler inefficace si nous n’y mettons pas la première main. Encore une fois, l’attention envers son voisinage est primordiale. Les personnes âgées n’ont plus la même faculté de gérer la sensation de soif. Des mesures bien expliquées par les communes nous montrent comment se soucier avec efficacité de son entourage et en particulier des personnes âgées ou des nourrissons.

 

Pour l’Afrique, il est coutumier chez les scouts (de quelque obédience soient-ils) de partir creuser des puits ou de réhabiliter des puits en mauvais état. Par exemple, les compagnons Scouts de France de Vannes, sont partis au Cameroun en 2013 pour creuser un puits.(http://coupdpouce-luxembourg-cameroun.over-blog.com/article-rehabilitation-d-un-puits-cameroun-compagnons-de-vannes-113005838.html)

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Bible - Exégèse
commenter cet article

commentaires

Q.C.M.

Q.C.M.KTO.jpg
Un jeu de connaissances auquel les téléspectateurs de toutes générations peuvent participer. Trois candidats viennent chaque semaine tenter de se qualifier pour la finale du mois. Ecriture, Histoire de l'Eglise, saints et témoins de la foi...l'occasion en cette année de la foi de tester - et d'enrichir ! - ses connaissances, en s'amusant, sous la conduite souriante de Charlie Clarck.

 

Cliquez sur le logo KTO pour accéder aux vidéo

 

 

Chapitres & Thèmes Du Blog

Option préférentielle

Aux yeux de l'Eglise, l'"option préférentielle pour les pauvres" n'est pas un simple slogan.
C'est un impératif évangélique auquel j'ai essayé de me conformer tout au long de ma vie et de mes missions.
[...] Il est difficile de parler des pauvres -et aux pauvres- si l'on ne se solidarise pas avec leur vie.

Cardinal Roger Etchegaray
J'ai senti battre le coeur du monde
p. 216