Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Page D'accueil, Contact

  • : Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • : Quelques réflexions de Djipi
  • Contact

Noël

 

 

Recherche

Dimanche prochaine avec MN Thabut

Cliquez sur la photo pour accéder

au commentaire de

Mme Marie Noelle Thabut

MN Thabut 03

On n'oblige pas le piéton...

Je me garderai bien de juger une personne.

Je me fais seulement l’écho de l’enseignement habituel de l’Eglise qui rappelle les principes fondamentaux capables d’éclairer la route de ses fidèles. En installant un lampadaire pour éclairer le trottoir, on n’oblige pas le piéton à marcher sur ce trottoir.

D'après une rubrique du Carême par Serviam
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 08:53

Nous voici au terme de notre réflexion commencée il y a maintenant 8 semaines.

batailles.jpg

Et maintenant, que faire ? :

A l’heure où j’avais commencé à écrire quelques lignes pour cette médiation, le but était d’encourager les Vincentiens à enraciner leur agir dans la Parole de Dieu. Quelques semaines après et quelques heures d’écriture et de médiation, la conclusion prendra une nouvelle forme. Si la première partie reste la même : quelques moyens pour enraciner notre agir dans la Parole de Dieu, une seconde partie verra le jour en lançant une invitation à ce que cette médiation, cet enracinement dans la Parole de Dieu prenne vie dans l’agir quotidien au service de son prochain et des plus pauvres en particulier. Se mettre à la suite du Christ évangélisateur des pauvres, à la manière de Saint Vincent de Paul, de Sainte Louise de Marillac et du Bienheureux Frédéric Ozanam… Vaste programme… que chacun imaginera selon ses moyens, ses capacités et ses goûts. Pour ce qui est des moyens d’agir, j’en ai largement parlé dans les pages précédentes, je n’y reviendrai pas, sinon qu’à travers les paroles de Jean Anouilh tiré du film «Monsieur Vincent» ( http://lagedorducinemafrancais.blogspot.fr/2012/11/monsieur-vincent-de-maurice-cloche-1947.html).

 

 

Fidèle à la lecture de la Bible :

Je vous propose ici quelques moyens pour être fidèle à lecture de la Parole de Dieu (liste non limitative). Cette fidélité à la lecture de la Parole de Dieu est essentielle pour comprendre l’action de Dieu dans notre monde, pour comprendre notre vocation chrétienne dans ce monde tant aimé de Dieu (Jn 3,16a : «Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique»). Cette fidélité est essentielle. Notre évêque, Monseigneur Yves Le Saux nous le rappelle : «Si nous nous laissons visiter, travailler par les textes que nous lisons, notre vie peut en être modifiée» (Lettre pastorale "Que votre bonté soit connue de tous les hommes", Mgr Yves Le Saux, 19 octobre 2013).

 

Que chacun choisisse le ou les moyens qui lui correspondent et lui permette de se laisser interpeller par la Parole de Dieu :

Au sein des conférences, ou même lors de chaque rencontre d’équipe, veiller à être fidèle à la spiritualité (à la SSVP, les réunions commencent et se termines par un temps de prière).

Sur le diocèse du Mans : participer aux équipes Quo Vadis

Prière et médiation du chapelet

Eucharistie dominicale et quotidienne quand on le peut

Prière de la liturgie des heures

Lire une page de la Bible ou des Evangiles chaque jour (dans une Bible, le lectionnaire, les revues liturgique (prions en Eglise ou autres))

Il existe des sites internet qui envoient par mail ou par SMS un verset biblique pour chaque jour.

 

A chacun de trouver le ou les moyens qui lui conviennent, seul ou en groupe.

 

 

J’ai écrit ces lignes parce que je suis convaincu que, pour un chrétien, étudier la Bible sans agir n’est rien et qu’agir sans reposer son action sur la Parole de Dieu n’est rien.

 

 

Fidèle à l’engagement :

Du côté du service, soyons tranquille, ne cherchons ni prétextes ni excuses, nous ne ferons jamais assez. La tâche est immense. Ne culpabilisons pas par avance et ne nous décourageons pas par avance, nous n’y arriverons pas. A ceux qui se découragent, je leur dit «grenouille» (cf parabole des grenouilles cliquez ici) ou encore la phrase de Mark Twain (qui a grandement inspiré Frère Roger de Taizé) : «Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait».

Jésus lui-même l’a dit : «Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous» (Mt 26,11a) et il nous a dit également : «chaque fois que vous ne l'avez pas fait à l'un de ces petits, à moi non plus vous ne l'avez pas fait» (Mt 25,45) Allons-nous refuser d’agir auprès du Christ ? C’est impensable.

 

De grâce, ne nous empêchons pas d’agir et n’empêchons pas les autres d’agir avec nous, ou sans nous ou même encore différemment de nous. Encourageons, Agissons, Mobilisons-nous. Debout ! Nous devons OSER ! En vous le disant, c’est avant tout à moi que je le dit, comme tout ce qui est contenu dans ce livret.

 

 

Découvrir son Saint Vincent et sa Sainte Louise

A l’image de Saint Vincent et de Sainte Louise, je souhaite à chacun de trouver une Sainte Louise ou un Saint Vincent qui lui permette d’avancer et de se mettre au service des plus pauvres. J’entends par là deux choses : première approche : avoir un saint de référence qui nous pousse à la réflexion et à l’agir. D’aucuns parleront de «mentor» (Guide attentif et sage, conseiller expérimenté). Pour moi, c’est Saint Vincent de Paul. Je l’ai rencontré au Lycée Saint Bénigne de Dijon les 6 et 7 juin 1978 à la rue du Bac de Paris. Depuis, Saint Vincent de Paul (et la famille vincentienne) m’a apporté une manière particulière de comprendre l’Evangile et me donne les moyens d’agir aujourd’hui. Depuis que je le connais, je n’ai jamais quitté cet esprit Vincentien. Je précise au passage que l’esprit Vincentien n’est pas un slogan mais un engagement de toute une vie. Je n’ai toujours pas fini de découvrir toute la richesse de cet esprit. Une vraie force spirituelle qui pousse à agir.

Deuxième approche : connaître (le mot est faible) une personne dans son entourage proche avec qui la relation est forte, pratiquement une communion et une complémentarité dans la compréhension et dans l’agir. C’est une relation particulière, unique peut être. Agir ensemble, comme saint Vincent et sainte Louise, toute proportion gardée bien entendu […].

 

 

«Nous sommes terriblement négligents !»

Depuis que je suis dans la famille vincentienne, ça fait plus de 35 ans, j’ai toujours été très touché par le film «Monsieur Vincent» de Maurice Cloche. C’est un film fort dans son ensemble. Le dialogue final entre la reine Anne d’Autriche et Monsieur Vincent apporte un regard humble sur l’engagement. Ce dialogue porte toutes les valeurs de l’engagement et de l’encouragement, toujours agir, toujours se mobiliser, faire toujours plus.

 

 vincent.jpg

 

Voici comment Maurice Cloche et Jean Anouilh décrivent la scène :

À la suite d'un malaise, la Reine Anne d’Autriche a retenu Monsieur Vincent, après la réunion du Conseil de Conscience. Tous deux sont assis devant un immense feu de cheminée. La Reine demande :

«Et Nous, Monsieur Vincent ?... Nous qui n'avons pensé qu'à notre plaisir, à notre appétit de jouissance ? et qui, sans vous, aurions toujours gardé fermés nos yeux ?... J’ai tout voulu, Monsieur Vincent, et j’ai eu tout : l’or et la puissance, et puis l'amour. Tout ce que rêvait la petite Infante autrefois dans son Escurial : le plus beau royaume du monde, le plus bel amour, eût-elle risqué de perdre son royaume pour lui ; les plus beaux diamants, elle les a eus... Mais, entre cette petite fille avide et cette vieille reine lourde de gloire et de bijoux, qui rêve en ce moment en face de vous, il me semble maintenant qu'il n'y a eu qu'un grand songe vide : je n'ai rien fait !...

Répondez-moi, vous qui n'avez pensé qu'à donner, vous qui avez renoncé au bonheur et à la puissance toujours, vous qui avez bâti autre chose que de vains palais, qu'une vaine gloire : sentez-vous, au seuil de la mort, ce grand trou vide derrière vous, vous aussi ?

— Oui, Madame, je n'ai rien fait.

— Que faut-il alors faire dans une vie, Monsieur, pour faire quelque chose ?

— Davantage, Madame !... Nous sommes terriblement négligents !...»

 

 

Si Saint Vincent n’a «rien fait» alors qu’avons-nous fait ?

 

 

Pour le dire autrement, ne soyons pas obnubilé par le tombeau vide alors que le Christ ressuscité se tient devant nous (Jn 20,15-16 : «Jésus lui dit : “Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ?” Elle croit que c’est le jardinier, et elle lui répond : “Seigneur, si c’est toi qui l’as enlevé, dis-moi où tu l’as déposé, que j’aille le prendre.”  Jésus lui dit : “Marie !” Et elle se retourne et lui dit en hébreu : “Rabbouni !” C’est-à-dire : Maître !»).

 

Se tourner vers notre prochain, c’est participer à la vie. Le fait d’aider son prochain est facteur de vie. Pour celui qui reçoit, c’est évident. Ce qu’il reçoit l’aide à vivre. Pour celui qui donne, il reçoit bien plus. Il reçoit le sens de sa vie. Plus grand est le cadeau que fait le pauvre à celui qui lui donne parce qu’en recevant, il donne sens à la vie de celui qui donne.

 

Quoi de plus beau que de recevoir le sens à notre vie ?

 

 

Retroussons nos manches, mettons la main à la pâte et travaillons à la Solidarité, travaillons à la Charité.

 

entraide.png

 

 

 

* * * * * * * * * *

 

 

Un jour, dit une légende amérindienne,

il y eut un immense incendie de forêt.

Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait,

allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu.

Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit :

«Colibri ! Tu n’es pas fou ?

Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu !»

 

Et le colibri lui répondit : «Je le sais, mais je fais ma part.»

 

 

 

A chacun de répondre à ces deux questions :

 

Qu’elle est ma part ?

 

Quels sont les moyens que j’utilise pour remplir ma part ?

 

 

 

 

Sœur Emmanuelle aimait interpeller ses interviewers par cette question :

«et toi, qu’as-tu fait aujourd’hui pour les pauvres ?»

 

 

* * * * * * * * * *

 

Je termine par une citation de l’Ancien Testament du prophète Tobie pour l’exercice de la charité :

 

«Donne généreusement de tout ce que tu as en abondance

et, lorsque tu fais l’aumône, ne regrette rien».

(Tb 4,16c)

 

 

Que cette clausule puisse nous fortifier tous et chacun.

Donnons sens à notre vie.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Bible - Exégèse
commenter cet article

commentaires

Q.C.M.

Q.C.M.KTO.jpg
Un jeu de connaissances auquel les téléspectateurs de toutes générations peuvent participer. Trois candidats viennent chaque semaine tenter de se qualifier pour la finale du mois. Ecriture, Histoire de l'Eglise, saints et témoins de la foi...l'occasion en cette année de la foi de tester - et d'enrichir ! - ses connaissances, en s'amusant, sous la conduite souriante de Charlie Clarck.

 

Cliquez sur le logo KTO pour accéder aux vidéo

 

 

Chapitres & Thèmes Du Blog

Option préférentielle

Aux yeux de l'Eglise, l'"option préférentielle pour les pauvres" n'est pas un simple slogan.
C'est un impératif évangélique auquel j'ai essayé de me conformer tout au long de ma vie et de mes missions.
[...] Il est difficile de parler des pauvres -et aux pauvres- si l'on ne se solidarise pas avec leur vie.

Cardinal Roger Etchegaray
J'ai senti battre le coeur du monde
p. 216