Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Page D'accueil, Contact

  • : Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • : Quelques réflexions de Djipi
  • Contact

Noël

 

 

Recherche

Dimanche prochaine avec MN Thabut

Cliquez sur la photo pour accéder

au commentaire de

Mme Marie Noelle Thabut

MN Thabut 03

On n'oblige pas le piéton...

Je me garderai bien de juger une personne.

Je me fais seulement l’écho de l’enseignement habituel de l’Eglise qui rappelle les principes fondamentaux capables d’éclairer la route de ses fidèles. En installant un lampadaire pour éclairer le trottoir, on n’oblige pas le piéton à marcher sur ce trottoir.

D'après une rubrique du Carême par Serviam
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 09:14

Se mettre en ordre de marche :

Nous lisons souvent trop vite les textes bibliques. Prenons le temps de les méditer, de nous laisser pétrir par la Parole de Dieu.

 

Avez-vous remarqué un verbe au tout début du récit biblique de Mt 25 ? Je voudrai attirer votre attention sur ce verbe. Un verbe est utilisé au tout début de l’épisode du jugement dernier pour caractériser l’action du Fils de l’homme. Ce verbe rappelle, comme je l’ai annoncé dans l’introduction, la création du monde selon le premier chapitre de la Genèse.

 

Reprenons le texte de Saint Matthieu. Le berger fait une action particulière avec son troupeau mélangé. Vous l’avez compris, il «sépare»(Mt 25,32) les brebis des chèvres. Il met les brebis à droite et les chèvres à gauche.

 

Ce verbe «séparer», c’est ce verbe qui est utilisé pour décrire la création. Nous le rencontrons à plusieurs endroits :

 

- Dieu sépare la lumière et les ténèbres : «Dieu sépara la lumière des ténèbres» (Gn 1,4)

- Dieu sépare les eaux : 06 Et Dieu dit : «Qu'il y ait un firmament au milieu des eaux, et qu'il sépare les eaux.» 07 Dieu fit le firmament, il sépara les eaux qui sont au-dessous du firmament et les eaux qui sont au-dessus. Et ce fut ainsi». (Gn 1,6-7)

- Dieu sépare le jour et la nuit : Et Dieu dit : «Qu'il y ait des luminaires au firmament du ciel, pour séparer le jour de la nuit ; qu'ils servent de signes pour marquer les fêtes, les jours et les années.» (Gn 1,14)

 

Cette action de «séparer» n’est pas une action d’isoler. Ce n’est pas de l’apartheid. Au contraire, c’est une action d’ordonnancement. Dieu met de l’ordre dans la création qui était tohu-bohu (Gn 1,2a : «2La terre était informe et vide […]» וְהָאָרֶץ, הָיְתָה תֹהוּ וָבֹהוּ). Dieu met de l’ordre dans la vie des hommes avant d’entrer dans le Paradis. Il n’est pas difficile de voir que dans nos vies il y a des choses qui ne tiennent pas devant le regard de Dieu. Que j’aimerai être passé au crible pour me nettoyer… de passer l’or de ma vie au feu de la forge pour en bruler les impuretés («car l'or est vérifié par le feu, et les hommes agréables à Dieu, par le creuset de la pauvreté. » (Ben Sirac le Sage, 2,5)). Eh ! Mais, n’est-ce pas ce que nous appelons «le sacrement de Réconciliation» (quand nous sommes encore en pèlerinage sur terre) ?

Quoi qu’il en soit, avant de paraître face à Dieu, il faudra bien abandonner les scories de nos vies. Il sera nécessaire d’abandonner ce qui est mal dans nos vies, de s’en séparer, pour ne garder que ce qui est bien, ce qui est beau pour vivre en Dieu.

 

Dieu met en ordre de marche la création. Il nous met en ordre de marche pour vivre en communion avec son dessein sur la Création. Tout comme il demande à Moïse de mettre le peuple en ordre de marche pour sortir d’Egypte : «26Ce sont eux, Aaron et Moïse, qui reçurent du Seigneur cet ordre : “Faites sortir d’Égypte les fils d’Israël, en ordre de bataille !”» (Ex 6,26)

 

 

Nous pouvons dire que cette invitation au service des plus démunis est un acte participatif à la création du monde. En pratiquant la solidarité, la charité, nous participons à l’acte créateur de Dieu. C’est aussi participer à l’ordonnancement du peuple de Dieu, à sa mise en route.

 

Alors, marchons !

 

 

* * * * * * * * * *

Trinite.jpg

Abraham, Saint Vincent de Paul, Bienheureux Frédéric Ozanam

En introduction à ma conclusion, je vous renvoie au texte de la Genèse à la rencontre d’Abraham avec le Seigneur au chêne de Mambré :

 

«1Aux chênes de Mambré, le Seigneur apparut à Abraham, qui était assis à l'entrée de la tente. C'était l'heure la plus chaude du jour. 2Abraham leva les yeux, et il vit trois hommes qui se tenaient debout près de lui. Aussitôt, il courut à leur rencontre, se prosterna jusqu'à terre et dit: 3«Seigneur, si j'ai pu trouver grâce à tes yeux, ne passe pas sans t'arrêter près de ton serviteur. 4On va vous apporter un peu d'eau, vous vous laverez les pieds, et vous vous étendrez sous cet arbre. 5Je vais chercher du pain, et vous reprendrez des forces avant d'aller plus loin, puisque vous êtes passés près de votre serviteur !» Ils répondirent : «C'est bien. Fais ce que tu as dit.» 6Abraham se hâta d'aller trouver Sara dans sa tente, et il lui dit : «Prends vite trois grandes mesures de farine, pétris la pâte et fais des galettes.» 7Puis Abraham courut au troupeau, il prit un veau gras et tendre, et le donna à un serviteur, qui se hâta de le préparer. 8Il prit du fromage blanc, du lait, le veau qu'on avait apprêté, et les déposa devant eux ; il se tenait debout près d'eux, sous l'arbre, pendant qu'ils mangeaient. 9Ils lui demandèrent : «Où est Sara, ta femme ?» Il répondit : «Elle est à l'intérieur de la tente.» 10Le voyageur reprit : «Je reviendrai chez toi dans un an, et à ce moment-là, Sara, ta femme, aura un fils.» Or, Sara écoutait par derrière, à l'entrée de la tente. 11(Abraham et Sara étaient très avancés en âge, et Sara était vraiment une vieille femme.) 12Elle se mit à rire silencieusement ; elle se disait : «J'ai pourtant passé l'âge de l'amour, et mon seigneur est un vieillard !» 13Le Seigneur Dieu dit à Abraham : «Pourquoi Sara a-t-elle ri, en disant : 'Est-ce que vraiment j'aurais un enfant, vieille comme je suis ?' 14Y-a-t-il une merveille que le Seigneur ne puisse accomplir ? Au moment fixé, je reviendrai chez toi, et dans un an, Sara aura un fils.» 15Saisie de crainte, Sara se défendit en disant : «Je n'ai pas ri.» Mais le Seigneur répliqua : «Si, tu as ri.» 16Les hommes se levèrent pour se rendre à Sodome. Abraham marchait avec eux pour les reconduire. 17Le Seigneur s'était dit: «Est-ce que je vais cacher à Abraham ce que je veux faire ? 18Non, car Abraham doit devenir une nation grande et puissante, et toutes les nations de la terre doivent être bénies en lui. 19En effet, je l'ai choisi pour qu'il ordonne à ses fils et à sa descendance de garder le chemin du Seigneur, en pratiquant la justice et le droit, afin que le Seigneur réalise ce qu'il avait promis en faveur d'Abraham.» (Gn 18,1-25)

 

 

Abraham était en prière, en extase, il était en présence du Seigneur (Gn 18,1). Lorsqu’apparaît les trois visiteurs, il quitte sa prière pour les servir. C’est ainsi qu’il rencontre le Seigneur. Abraham a quitté Dieu pour rencontrer Dieu, selon la formule chère à Saint Vincent de Paul.

 

Cette formule, Saint Vincent de Paul l’utilise à l’adresse des Filles de la Charité. Il expliquait qu’il ne faut point se culpabiliser de quitter la prière commune pour aller servir les pauvres car ce n’est rien d’autre que de «quitter Dieu pour Dieu. Saint Vincent de Paul souligne par-là que l’importance de la charité est une manière, sinon LA manière, de rencontrer Dieu.

 

Voici les paroles de Saint Vincent :

Saint Vincent«O mes filles, pour la consolation de celles qui sont dans des emplois difficiles, je vous dirai qu’il ne faut pas de retardement en ce qui est du service des pauvres. Si, à l’heure de votre oraison, le matin vous devez aller porter une médecine, oh ! allez-y en repos ; après un acte de résignation a la sainte volonté de Dieu, offrez-lui votre action, unissez votre intention à l’oraison qui se fait à la maison ou ailleurs, et allez-vous-en sans inquiétude.

Si, quand vous serez de retour, votre commodité vous permet de faire quelque peu d’oraison ou de lecture spirituelle, à la bonne heure ! Mais il ne vous faut point inquiéter, ni croire avoir manqué, quand vous la perdrez ; car on ne la perd pas quand on la quitte pour un sujet légitime. Et s’il y a un sujet légitime, mes chères filles c’est le service du prochain. Ce n’est point quitter Dieu que quitter Dieu pour Dieu, c’est-à-dire une œuvre de Dieu pour en faire une autre, ou de plus grande obligation, ou de plus grand mérite. Vous quittez l’oraison ou la lecture, ou vous perdez le silence pour assister un pauvre, oh ! sachez, mes filles, que faire tout cela, c’est le servir. Quelle consolation a une bonne Fille de la Charité de penser : «Je vais assister mes pauvres malades, mais Dieu agréera cela au lieu de l’oraison que je devrais faire à présent», et de s’en aller gaiement où Dieu l’appelle ! »(SV IX,319)

 

Je me permets de souligner la phrase qui est souvent omise quand on site «quitter Dieu pour Dieu», Saint Vincent y met une condition : «Si, quand vous serez de retour, votre commodité vous permet de faire quelque peu d’oraison ou de lecture spirituelle, à la bonne heure !». Pour Saint Vincent et donc pour nous s’il est bon que savoir quitter Dieu pour Dieu, il n’en est pas moins important de faire son oraison et de fréquenter la Parole de Dieu. L’exercice même de la charité ne peut devenir le prétexte de ne plus aller à la messe ou de ne plus prier ou de ne plus fréquent la Parole de Dieu. C’est en fréquentant la Parole de Dieu, c’est en étant assidue à la prière quotidienne, c’est en répondant à l’invitation Eucharistique que nous pourrons être sensible à la rencontre du pauvre. Cette rencontre sera l’occasion de servir le Christ lui-même.

 

Ce n’est pas par hasard si le Bienheureux Frédéric Ozanam et ses amis ont voulus que chaque rencontre des conférences commence et se termine par la prière et la méditation de la Parole de Dieu. Je ne peux donc que vous encourager à persévérer dans cette règle de vie. Tout en sachant quitter Dieu pour Dieu et tout en sachant rencontrer Dieu dans sa Parole et dans les pauvres.

 

Le témoignage de la vie du Bienheureux Frédéric Ozanam peut nous donner les moyens d’agir. Je site un travail de Paulette Leblanc : «En fait, la pensée politique et sociale d'Ozanam est beaucoup moins le fait d'un théoricien que d'un chrétien vivant sa foi: c'est l'esprit du plus rayonnant des fondateurs de la Société de Saint-Vincent de Paul, qui veut donner à son Église un visage fraternel, la rendre attentive à toutes les misères, afin de les soulager temporellement et spirituellement. Peu de catholiques libéraux ont lié, à ce point, leur religion personnelle à leurs préoccupations sociales.

ozanamA bien des reprises, Frédéric demande à ses correspondants que l'esprit social l'emporte chez eux sur les opinions et les théories politiques. C'est qu'il voudrait unir, pour le soulagement des innombrables misères, tous ceux qui tendent à un monde plus solidaire. Dans sa pensée, les chrétiens doivent se placer en première ligne, puisque leur religion elle-même est à base de fraternité et d'esprit de sacrifice.

Quand il réclame l'égalité, c'est-à-dire la justice sociale, Frédéric n'a garde de lui opposer la Charité chrétienne: à ses yeux, ces deux principes, loin de s'annuler l'un l'autre, s'harmonisent : « 'ordre de la société repose sur deux vertus: justice et charité. Mais la justice suppose déjà beaucoup d'amour; car il faut beaucoup aimer l'homme pour respecter son droit, qui borne notre droit, et sa liberté, qui gêne notre liberté. Cependant la justice a ses limites;  la charité n'en connaît pas... La Charité c'est le Samaritain qui verse l'huile dans les plaies du voyageur attaqué. C'est à la justice de prévenir les attaques."» (http://voiemystique.free.fr/ozanam_vie_07.htm)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Bible - Exégèse
commenter cet article

commentaires

Q.C.M.

Q.C.M.KTO.jpg
Un jeu de connaissances auquel les téléspectateurs de toutes générations peuvent participer. Trois candidats viennent chaque semaine tenter de se qualifier pour la finale du mois. Ecriture, Histoire de l'Eglise, saints et témoins de la foi...l'occasion en cette année de la foi de tester - et d'enrichir ! - ses connaissances, en s'amusant, sous la conduite souriante de Charlie Clarck.

 

Cliquez sur le logo KTO pour accéder aux vidéo

 

 

Chapitres & Thèmes Du Blog

Option préférentielle

Aux yeux de l'Eglise, l'"option préférentielle pour les pauvres" n'est pas un simple slogan.
C'est un impératif évangélique auquel j'ai essayé de me conformer tout au long de ma vie et de mes missions.
[...] Il est difficile de parler des pauvres -et aux pauvres- si l'on ne se solidarise pas avec leur vie.

Cardinal Roger Etchegaray
J'ai senti battre le coeur du monde
p. 216