Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Page D'accueil, Contact

  • : Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • : Quelques réflexions de Djipi
  • Contact

Noël

 

 

Recherche

Dimanche prochaine avec MN Thabut

Cliquez sur la photo pour accéder

au commentaire de

Mme Marie Noelle Thabut

MN Thabut 03

On n'oblige pas le piéton...

Je me garderai bien de juger une personne.

Je me fais seulement l’écho de l’enseignement habituel de l’Eglise qui rappelle les principes fondamentaux capables d’éclairer la route de ses fidèles. En installant un lampadaire pour éclairer le trottoir, on n’oblige pas le piéton à marcher sur ce trottoir.

D'après une rubrique du Carême par Serviam
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 15:09

Un scandale en cache deux autres

cheval

 

Aujourd’hui, la France et l’Europe dans son ensemble s’émeuvent suite au scandale de la viande de cheval vendue pour de la viande de bœuf.

 

A noter que, sanitairement, les plats cuisinés vendu dans cette affaire sont parfaitement comestible pour l’homme.

 

Le scandale réside, si j’ai bien compris, qu’un escroc a vendu de la viande de cheval au prix de la viande de bœuf… La première étant nettement moins chère que la seconde. Il y a donc tromperie sur la marchandise et le jack pot pour l’escroc et les intermédiaires. Il y a tromperie pour gagner plus d’argent. Ah l’argent, cette divinité qui fait faire n’importe quoi à ses adeptes sur le dos des plus faibles… C’est donc une escroquerie financière et non une intoxication alimentaire comme les farines animales ou la vache folle…

 

Donc, si nos amis Anglais ont criés « I’m choking ». C’est que, non seulement ils (et nous aussi) ont été trompés sur la marchandise. Culturellement, ils n’aiment pas manger de la viande de cheval. Cela peut se comprendre.

 

En conséquence, des milliers de plats cuisinés, parfaitement comestibles, ont été retirés de la vente suite à une escroquerie financière. S’il est indéniable qu’il faille condamner cette escroquerie, ne pouvait-on pas faire autrement que de jeter cette nourriture parfaitement comestible ?

 

Ne pouvait-on pas modifier l’étiquetage des plats (au frais de l’escroc) et les vendre pour ce qu’ils sont réellement ou à défaut les donner aux associations de bienfaisance ?

A l’heure où des millions de personnes sont mal nourries en Europe et a fortiori en France, n’y avait-il pas d’autre solution que de jeter cette nourriture ? Ce gaspillage alimentaire n’est-il pas un nouveau scandale qui s’ajoute au premier ?

 

 

 

Sur le plan économique, les salariés de Spanghero sont jetés en pâture à la vindicte financière… N’y a-t-il pas d’autres solutions que de fermer une entreprise viable ? Ces salariés ont le savoir-faire et sont foncièrement honnêtes. Visiblement, à en croire les médiats et le gouvernement, nous ne pouvons pas en dire autant des intermédiaires et des dirigeants de cette entreprise. Je pense que le gouvernement aurait pu trouver une autre solution que de jeter ces salariés au chômage… Il aurait fait œuvre de développement productif sur ce coup-là.

N’est-ce pas un nouveau scandale qui s’ajoute aux deux premiers ?

 

J’aurai préféré que le responsable de cette escroquerie financière soit poursuivi et non les salariés condamnés.

J’aurai préféré que son entreprise soit nationalisée temporairement au prix de l’euro symbolique et que les emplois soient préservés…

A terme, l’entreprise aurait pu être revendue à un repreneur ou pourquoi pas aux salariés même de l’entreprise. Cela aurait été un beau symbole du développement productif. Cela n’aurait rien coûté à l’Etat alors que la situation actuelle plonge 300 salariés au chômage technique (c’est nous qui payons) et cela aurait évité un autre scandale.

 

Le 14 juillet 2012, le président de la République Française a déclaré : "Oui la première priorité, c'est l'emploi. Tout doit être engagé pour que l'emploi soit le plus haut possible à la fin de mon quinquennat."

Comment les salariés de Spanghero comprennent cette phrase ?

N’est-ce pas un nouveau camouflet ? Des paroles oui, des actes non.

Ah si, pendant ce temps l’Assemblée Nationale a adopté le « mariage pour tous ». Est-ce la réponse de nos élus nationaux aux salariés de Spanghero…

 

 

En cette période de Carême, nous pouvons réfléchir à notre propre devenir, au devenir du monde qui perd la boule.

Se couper de Dieu, mettre l’Argent au sommet de la vie, n’est-ce pas le péché suprême dans cette affaire.

Voilà ce qui arrive quand on se coupe de son Créateur…

Voilà ce qui arrive quand on vide le sens des mots. Le « mariage » n’est pas celui que l’on croit depuis des centaines d’années, la « nationalité » n’a aucune importance, etc.

Car en fin de compte, c’est la course à l’argent, au profit facile qui a poussé à nous faire prendre du cheval pour du bœuf…

 

 

D'aucuns me disent : "Après tout, après l'affaire du "mariage pour tous", il n'y a vraiment pas de quoi se formaliser.

Après tout, un homme et un autre homme ou une femme et une autre femme pourront se "marier", un cheval vaut bien un boeuf... Monsieur le Président, c'est seulement une question de votre volonté. Je vous suggère d'ajouter une 61ème proposition à votre programme présidentiel : "un cheval = un boeuf"."

 homo.jpg

 

Jean-Pierre Tellier

16 février 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Questions de société
commenter cet article

commentaires

Q.C.M.

Q.C.M.KTO.jpg
Un jeu de connaissances auquel les téléspectateurs de toutes générations peuvent participer. Trois candidats viennent chaque semaine tenter de se qualifier pour la finale du mois. Ecriture, Histoire de l'Eglise, saints et témoins de la foi...l'occasion en cette année de la foi de tester - et d'enrichir ! - ses connaissances, en s'amusant, sous la conduite souriante de Charlie Clarck.

 

Cliquez sur le logo KTO pour accéder aux vidéo

 

 

Chapitres & Thèmes Du Blog

Option préférentielle

Aux yeux de l'Eglise, l'"option préférentielle pour les pauvres" n'est pas un simple slogan.
C'est un impératif évangélique auquel j'ai essayé de me conformer tout au long de ma vie et de mes missions.
[...] Il est difficile de parler des pauvres -et aux pauvres- si l'on ne se solidarise pas avec leur vie.

Cardinal Roger Etchegaray
J'ai senti battre le coeur du monde
p. 216