Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Page D'accueil, Contact

  • : Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • : Quelques réflexions de Djipi
  • Contact

Noël

 

 

Recherche

Dimanche prochaine avec MN Thabut

Cliquez sur la photo pour accéder

au commentaire de

Mme Marie Noelle Thabut

MN Thabut 03

On n'oblige pas le piéton...

Je me garderai bien de juger une personne.

Je me fais seulement l’écho de l’enseignement habituel de l’Eglise qui rappelle les principes fondamentaux capables d’éclairer la route de ses fidèles. En installant un lampadaire pour éclairer le trottoir, on n’oblige pas le piéton à marcher sur ce trottoir.

D'après une rubrique du Carême par Serviam
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 10:00

Cornee_portrait.jpg

OBSÈQUES du Père Pierre CORNÉE
en la Chapelle de la Maison-Mère
le mercredi 7 septembre 2011

 

La Chapelle était pleine jusque dans les tribunes. Étaient là, la nombreuse famille de Pierre, et beaucoup de Filles de la Charité de la Province France-Nord et de la Maison-Mère. Une cinquantaine de Confrères , venus de toutes les maisons de la Province, ainsi que Monseigneur Georges BOU JAOUDÉ, Archevêque maronite de Tripoli du Liban, ancien condisciple de Pierre, accompagnaient notre Confrère



Au début de la célébration :

 

Témoignages ses nièces :

Pierre, Toi, que nous avons tant aimé !
Aujourd'hui nous allons nous séparer définitivement de ta présence physique.
Tu as été pour nous un frère, un ami fidèle avec qui, nous avons partagé tant d'événements importants.
Trop vite tu nous as quitté, telle une feuille emportée par le vent. Entouré par ta famille, tes confrères et tes amis, tu as pris un visage serein et apaisé et tu es parti tout doucement rejoindre celui qui t'a toujours guidé sur ta route, Jésus-Christ.
Aujourd'hui tu reposes en paix et nous nous retrouvons tous orphelins !
Pourquoi a-t-il fallu que tu t'en ailles déjà, alors que tu étais plongé dans un ardent désir de vivre, d'aimer et de servir ?


Tu nous manques aujourd'hui et tu nous manqueras demain ...
Puisses-tu cependant, habiter au milieu de nous et nous faire vivre de ta confiance en la vie pour nous donner le courage d'avancer d'une autre manière à tes côtés.
Alors que nous restera-t-il de toi Pierre ?


Un grand homme ! Un sage ! Un confrère, un frère, un ami. Un homme d'une grande bonté à l'égard de tous. Ta droiture abritait l'indulgence, ta générosité laissera des traces dans la mémoire de chacun d'entre nous. Sans cesse tu as eu à cœur, d'être au service des autres, en particulier des plus petits et des plus pauvres, Tu étais modeste et humble à l'image de ton patron St Vincent.


Tu étais aussi un rayon de soleil pour ceux qui te côtoyaient, tu savais les écouter, les conseiller, les guider, te rendre disponible pour chacun.
Telle, une étoile, ton cœur chaleureux a éclairé ta voie et celle de tant d'autres. Au service de ton prochain, ton regard et ta voix savaient compatir et écouter
Alors oui, que nous restera-t-il de toi, Pierre ?

 

Pierre,
tu as acquis auprès de ta famille, des tiens, au fil de tes rencontres, de tes voyages... une qualité d'écoute que nous avons ressentie auprès de toi.


De ton ouverture sur le monde, ta tolérance, ta disponibilité, ta présence, ta sagesse nous gardons un souvenir fort et puissant.
Tu nous as donné beaucoup au travers de tes paroles, ton regard, ton sourire, nous apportant ton soutien, toujours avec humour.
Tu t'es nommé parfois comme étant un véritable vagabond, sur les routes pour venir voir les uns et les autres, toujours dans une démarche d'écoute et de partage et nous t'en remercions.
Tu possédais une belle richesse intérieure, tu as toujours su mettre l'amour du prochain en avant dans ta vie.
Ce savoir-être que nous avons retenu auprès de toi, chacun à notre façon, nous le gardons( en nous) et souhaitons lui donner sens dans notre vie au quotidien et au fil des générations.
"Aujourd'hui nous tenons a notre tour, a te transmettre toute notre reconnaissance et notre amour, comme un  même lien qui nous lie encore a toi. 


Continues a nous guider, nous, tes neveux et nièces , qui nous attacherons à suivre ton exemple.


Tu restes dans nos cœurs.

 

Il restera de toi, tout ce que tu as donné, tout ce que tu as semé, tout ce que nous avons partagé ensemble. Un trésor inestimable ! «Ton sourire, ta joie de vivre, ton sens profond de l'accueil, ta bonté, ta grande foi...»
Il restera mille et une étoiles qui scintilleront tout au long de notre route, pour nous rappeler sans cesse ta présence.


Il restera ton Esprit qui continuera à veiller sur nous.
Merci et à Dieu, Pierrot.

 


 

Comm_Tribune.jpgPierre CORNÉE

Homélie du Père Élie DELPLACE


«Revêtez l’esprit de Jésus-Christ…
…votre vie reste cachée avec lui en Dieu »
Col 3, 1-11 — Ps 144 (145) — Lc 6, 20-26

 

Dans ce texte tout simple et unifié de Luc, avec cette opposition entre les riches et les pauvres, le royaume de Dieu revient aux pauvres parce qu’ils sont ouverts à Dieu, parce qu’ils ont placé toute leur espérance en cette heure où il régnera, parce que leur regard est libre pour Dieu, parce qu’ils n’ont pas succombé à l’illusion du pouvoir et de la possession…

 

Vincent de Paul a longuement entretenu les Filles de la Charité des vertus des Filles de villages… Ne pourrions-nous pas évoquer les vertus de ce fils de Saint Vincent dont les racines puisent largement dans la terre de Bretagne et du Limousin ? Reprenant les mots de Monsieur Vincent, on pourrait dire que «l’esprit [des fils et] des filles de village est extrêmement simple : point de finesse, point de parole à double entente…». «Il se remarque […] une grande humilité ; elles [ ou ils] ne se glorifient point de ce qu’elles ont, ne parlent pas de leur parenté, ne pensent point avoir de l’esprit, vont tout bonnement…». Ce n’est pas l’ambition qui les guide… «Elles [ils] ne veulent que ce que Dieu leur a donné, n’ambitionne ni plus de grandeur, ni plus de richesses, que ce qu’elles ont […] Encore moins songent-elles [songent-ils] à dire de belles paroles, mais parlent avec humilités… » Monsieur Vincent ajoutait : «Servez-vous bonnement des dons de Dieu ; attribuez-lui la gloire…»

 

Nous voulons évoquer cet itinéraire du Père Pierre Cornée dont nous sommes tous et toutes comme les facettes d’un diamant brillant de mille couleurs…
Une Fille de la charité me partageait : «Combien j’ai apprécié le Père Cornée par toutes ses délicatesse, sa simplicité et sa façon de dédramatiser toutes choses.»


Un confrère écrivait au matin du 2 septembre : «Pierre était pour moi, un être extraordinaire dans sa simplicité. Nous avons fait un bout de chemin ensemble dans les études à Dax et à Saint-Lazare et après, dans le ministère, en collaboration dans la formation des nôtres. Ce matin, en apprenant son décès, j’ai remercié le Seigneur de nous avoir donné ce frère à aimer. Il nous a fait du bien dans notre vie par ce qu’il était. Son nom est inscrit pour l’éternité dans le cœur de Dieu.»


Sœur Evelyne Franc – Supérieure Générale des Filles de la Charité – envoyait, en début de semaine, ces mots : «Le départ si rapide du Père Cornée m’a vivement touchée et je partage votre peine […] Le Père Cornée nous laissera un témoignage de bonté et de simplicité. Il était pour les sœurs un accompagnateur spirituel et vincentien de qualité, un homme d’écoute, de paix.» Résumant les avis des confrères de la Province, le Supérieur Général avait eu l’occasion de dire : «Tous unanimement reconnaissent les qualités humaines de bonté, d’accueil, d’écoute, de proximité, de simplicité et de fraternité». A tout cela il faudrait encore ajouter son humour et ce mot qui jaillissait au terme des communications : «courage ! »

 

«Revêtez l’homme nouveau, celui que le Créateur refait toujours neuf à son image» nous dit Saint Paul. Cette vie nouvelle, n’est-elle pas constituée de ces dons reçus, des choix, des combats et de la souffrance aussi que Pierre à pu vivre à la suite du Christ ? «Il faut se revêtir de l’esprit de Jésus-Christ», répète Monsieur Vincent ! Pierre avait fait ce choix…

 

Pierre est né le 29 avril 1940 à Moutiers en Iles et Vilaine dans une famille nombreuse : 8 frères et 6 sœurs. Dans le document d’entrée au Séminaire interne, on précise simplement : «Famille paysanne laborieuse». La vie ne devait pas être facile car ces mêmes formateurs d’ajouter : «Pierre Cornée a commencé à 14 ans ses études secondaires avec des bases très déficientes. Il a travaillé courageusement et a obtenu un acquit intellectuel moyen. Sa conduite a toujours été excellente. Bon camarade ; très dévoué».

 

Après ses études secondaires à Gentilly et à Villebon de 1954 à 1960, Pierre écrivait : «Arrivé au terme de mes études secondaires et désireux de réaliser ma vocation d’enfants de Saint Vincent pour laquelle je n’ai jamais hésité, je viens solliciter de votre bienveillance mon admission au Séminaire Interne.» Il était admis au Séminaire Interne à Dax le 2 octobre 1960. Après une interruption à cause du Service militaire, il reprend le cours des études : «Il semble se réadapter sans trop de peine, et il parait un bon exemple pour les plus jeunes qui le voient se remettre à la règle». Au terme de cette étape, il redira : «Servir Dieu en Fils de Saint Vincent». Il émet le bon propos le 27 septembre 1963 à Dax. Commence alors le parcours exigeant de philosophie à Dax puis celui de Théologie. Ses formateurs furent invités à donner leur avis : «Très bonne impression d’ensemble. Garçon sérieux, bien attaché à sa vocation, dévoué. Très estimé de tous […] Convictions profondes et solides ; aura un grand rayonnement personnel. Sera un excellent confrère ; saura travailler en équipe ; humble et dévoué.»


Après les vœux temporaires (16 juillet 1964), il s’engage définitivement selon les coutumes de la Congrégation le 6 janvier 1968. C’est le Père André Paquereau, visiteur de la Province de Paris, qui l’appelle à recevoir l’ordination diaconale le 30 juin 1968. Juste avant l’ordre du sous-diaconat, l’Église demandait alors de prononcer un serment de spontanéité : «Je promets […] d’être prêt à donner l’exemple de la vertu, tant en actes qu’en paroles, de sorte qu’en me chargeant d’un si grand service je mérite la récompense divine». Ces mots prononcés un jour semblent résumer tout ce qu’a été son engagement quotidien !

 

Il n’y a aucun doute sur sa destination : c’est la Mission ! Cependant avec peut-être un peu de malice, le Visiteur - dans une lettre du 1er novembre 1968 – lui posait la question : «C’est toujours avec intérêt que nous voyons la relève s’inquiéter de son avenir. Mais nous aurions aimé, avant de nous prononcer, avoir une explication plus précise sur ce que vous entendez par «les Missions». Il est un fait que nos maisons de missions en France n’ont pas eu de renfort depuis plus de dix ans et se sentent coupées de nos maisons de formation et de vos aspirations. Il est un fait aussi que nos missions «ad gentes» manquent de bras et attendent avec impatience la venue de jeunes».

 

Le Père Paquereau en réponse à sa demande d’ordination sacerdotale — «la grande date de votre existence» — lui répondit : «Nous nous réjouissons tous de vous présenter à l’Église pour qu’elle vous introduise au nombre de ses prêtres. Nous sommes en effet, persuadés que, dans toute votre vie sacerdotale, vous apporterez ce dévouement modeste et efficace dont vous avez fait preuve au long de vos années de formation.


Vous avez quelques contacts ave cette équipe de Loos qui sera, sans doute, votre première équipe de travail sacerdotal : elle, elle est heureuse à l’idée de vous voir venir vous intégrer à elle. Vivez donc cette ligne d’avenir.»

 

Pierre demeurera fidèle à cette aventure de «l’intervention missionnaire itinérante». Il a sillonné la France. Il devint supérieur de la Communauté de Bondues et lorsqu’il ne peut plus l’être, il est nommé coordinateur de la mission itinérante… Il ne recherche pas les honneurs, mais assume ses responsabilités. Lorsqu’il est nommé supérieur pour un nouveau mandat, il écrit au Visiteur : «Je m’en sens indigne et crois-moi, je le prends comme un service à rendre à la Mission au sens large et non comme une promotion. Certainement que d’autres feraient aussi bien que moi et sans effort de leur part». «Je l’accepte, réellement comme un service de la Mission et de mes confrères, connaissant bien mes limites». Il participe au Conseil Provincial de Paris «en espérant aider la Province à rester fidèle à sa vocation. Je ferai ce que je pourrai, bien conscient de mes limites» Le 22 décembre 1997, il était nommé Visiteur de la Province de Paris. Au terme, il sera reconduit pour trois années. Pierre n’a eu de cesse de faire de sa vie un service : «Je prends cette responsabilité comme un service». À ce titre, en tant que Visiteur, il découvre et s’investit dans la Mission à l’étranger : au Vietnam et au Cameroun, en Grèce, en Turquie ou en Algérie…

 

On lui confie encore d’autres responsabilités : À partir de juin 1993, il devint aumônier national de la Jeunesse Mariale pour cinq ans, puis à partir du 1er octobre 2001, Aumônier National des Équipes Saint-Vincent pour six ans. En 2007, il est nommé supérieur de la Communauté de Bondues et il y a un peu plus d’une année, alors qu’il animait déjà des retraites et rendaient de nombreux services aux Filles de la Charité, il consent à devenir Directeur Provincial de la Province France-Nord (il prenait ses fonctions le 26 juin 2010).

 

ET si c’était toujours ce même service qui l’animait alors que la maladie faisait son œuvre de destruction ? Une dernière fois, plonger ses racines dans cette terre familière et familiale pour répondre «oui» à l’appel du Seigneur…

Enfin ces mots de Saint Vincent de Paul pour ses fils : «Vous croyez peut-être,[…] qu’un homme est bien humble et qu’il s’est beaucoup abaissé lorsqu’il a pris la dernière place. Eh quoi ! un homme s’humilie-t-il prenant la place de Notre-Seigneur ? Oui, mes frères, la place de Notre Seigneur c’est la dernière. […] Ce divin Sauveur n’est point venu au monde pour être servi, mais pour servir les autres.»


…Et ce cri d’espérance de l’apôtre Paul : «Vous êtes morts avec le Christ, et votre vie reste cachée avec lui en Dieu...Vous êtes ressuscités avec le Christ…»

 


Chapelle_Tribune.jpgPrière universelle
      Priée par les Sœurs de la Province de France-Nord

 

Célébrant : Le Seigneur nous comble de son amour. Avec confiance, présentons-lui notre prière pour le salut des hommes,

 

Septembre, début d'une nouvelle année ! Pour revitaliser notre mission au Conseil Provincial, le Père CORNÉE nous a proposé quelques pistes de réflexions et d'approfondissement sur le thème : «Prendre le Temps». Ce jour, nous reprenons quelques paroles fortes pour introduire notre prière :

«... Lors du temps fort du conseil provincial d'août dernier, le Père CORNÉE nous interpellait sur notre manière d'accueillir l'inattendu... »

 

Seigneur, tu nous provoques à vivre aujourd'hui, cet inattendu : que notre démarche et notre célébration s'enracine dans la foi, l'espérance et la charité ; que le témoignage du Père CORNÉE nous oriente toujours vers les œuvres de Dieu et le souci de l'avancement du Royaume.

Seigneur, nous te prions : O Seigneur, entends nos prières, Écoute-les, exauce-les !

 

« ... Le temps que Dieu nous donne nous invite à être créateur avec Lui... »

Seigneur, nous avons été témoins de la foi du Père CORNÉE, cette attitude simple, confiante en un Dieu qui nous aime. Nous te prions pour l'Eglise, que nous soyons de vrais témoins et que nous ayons la force de nous engager toujours mieux au service des Pauvres.

 

Seigneur, nous te prions :

«... Etre serviteur de Dieu, consacrer son temps, sa vie, son travail à la Gloire du Christ... »

Seigneur, nous te prions pour le Père CORNÉE et nous te rendons grâce pour sa vie toute donnée à Toi et aux autres ; pour tout ce qu'il a apporté à la Congrégation de la Mission, et à la Province France Nord ; pour son engagement missionnaire, très soucieux de rejoindre tout homme pour cheminer avec lui vers le vrai sens de la vie.

 

Seigneur, nous te prions :

«.. Prendre le temps de la rencontre, donner le temps nécessaire à l'autre, c'est cela qui permet une relation vraie et féconde... »

Seigneur, nous avons apprécié les qualités fraternelles du Père CORNÉE, nous te prions pour tous ceux qui l'ont rencontré et qui aujourd'hui sont dans la peine et plus particulièrement sa Famille, ses Confrères lazaristes, les Filles de la Charité de notre Province, le monde médical et ses nombreux Amis.

Seigneur, nous te prions :

Célébrant : Seigneur, nous croyons en la puissance de ton amour. Accueille notre prière et dons ta bonté, daigne l'exaucer. Toi qui règnes pour les siècles des siècles.


Absoute.jpgAvant l'absoute, de nouveaux témoignages furent donnés

Ses neveux et nièces :

PIERRE,
TU ES NOTRE BELLE ET BONNE ÉTOILE
TU RESTES AVEC NOUS. TU NOUS AS TRANSMIS TA JOIE, TA GÉNÉROSITÉ , TA SIMPLICITÉ, TA SAGESSE, le tout dans un très grand respect.
MERCI PIERRE, POUR TOUTE TA DISPONIBILITÉ ET TOUTE TA TOLÉRANCE
 
LA VIE DE PIERRE
PIERRE EST LE 5ème D'UNE GRANDE FAMILLE. EN PENSION, CHEZ SA MARRAINE. IL A POURSUIVI SES ÉTUDES À PARIS POUR DEVENIR LAZARISTE ET RENTRER DANS LA CONGRÉGATION CE QUI LUI A PERMIS DE FAIRE DES MISSIONS DANS DE TOUTE LA FRANCE
IL EST DEVENU VISITEUR PROVINCIAL DE PARIS, CE QUI L'A AMENÉ À POURSUIVRE SA MISSION À TRAVERS LE MONDE ET À APPORTER TOUTE SA CONVICTION, SA JOIE, SA BONNE HUMEUR ET SA BONNE PAROLE.
À BONDUES, À SA RETRAITE, IL EST DEVENU AUMÔNIER NATIONAL DE LA JEUNESSE MARIALE ET DES ÉQUIPES SAINT VINCENT DE PAUL, RESPONSABLE DES DAMES DE LA CHARITÉ
MALGRÉ TOUTES SES ACTIVITÉS, IL RESTAIT TOUJOURS DISPONIBLE POUR TOUS.  

 

Le DIRECTEUR de l'école maternelle et primaire de la “Croix Blanche” à Bondues.

Vivre, c'est étreindre des personnes et des choses
Puis les laisser aller,
Pour qu'elles puissent croître et fleurir
Sous le regard de Dieu.

Vivre, c'est dire merci pour la lumière
Et pour l'amour,
Pour la chaleur et pour la tendresse
Qui sont données si simplement
Dans les personnes et dans les choses.

Vivre, c'est regarder toute chose comme un don de Dieu ;
C'est laisser toute chose être don de Dieu ;
C'est ne posséder rien ni personne
Et pousser des cris de joie
Pour chaque étoile qui tombe du ciel.


Père Cornée, cher Pierre
Lorsque déjà tu avais quitté la Communauté de Bondues et La Croix Blanche pendant 9 années pour assumer la responsabilité de Provincial des Lazaristes, tu avais laissé un grand vide et tu nous avais déjà beaucoup manqué.
Cette fois-ci, tu nous quittes définitivement pour rejoindre le Père auquel tu as consacré toute ta vie de prêtre et de missionnaire à la suite de St Vincent.
Tu ne participeras plus à nos conseils d'administration d'OGEC. Avec ton sourire et ta bienveillance, tu nous accompagnais sereinement posant souvent la bonne question qui nous permettait d'aller un peu plus loin dans la réflexion.


Tu n'animeras plus nos célébrations de Noël et de Pâques, ni la messe de fin d'année et tu manqueras beaucoup à Carole, aux enseignantes, aux mamans catéchistes et aux élèves.


Tu n'accompagneras plus les enfants qui se préparent à la première communion et nous n'aurons plus ces rencontres passionnantes de réflexion et de partage avec leurs parents.


Nous ne fêterons plus ensemble comme chaque année en septembre Saint Vincent de Paul qui nous permettait de nous réunir pour un temps de prière, de convivialité et d'amitié.


Pour tout cela et bien plus encore, je veux te dire merci au nom de toute notre communauté éducative.


A titre personnel enfin, je te suis infiniment reconnaissant car tu as été à mes côtés et tu m'as soutenu, il y a trois ans quand Marie Annick a elle aussi été vaincue par la maladie. C'est toi qui m'as permis de garder l'espérance et la confiance en demain.


Aujourd'hui, tu t'éloignes de nous. Cependant, je sais bien que tu seras toujours présent dans nos cœurs et toujours présents pour nous guider, pour nous permettre de poursuivre un chemin que durant toute ta vie tu as tracé.


Je sais que là où tu es désormais, dans la Paix éternelle, tu continueras à veiller sur nous, sur notre Institution et sur chacun des élèves qui nous est confié.


A ... Dieu, Pierre. Nous t'embrassons affectueusement.

 

Michel LASSON
le 07 Septembre 2011

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Q.C.M.

Q.C.M.KTO.jpg
Un jeu de connaissances auquel les téléspectateurs de toutes générations peuvent participer. Trois candidats viennent chaque semaine tenter de se qualifier pour la finale du mois. Ecriture, Histoire de l'Eglise, saints et témoins de la foi...l'occasion en cette année de la foi de tester - et d'enrichir ! - ses connaissances, en s'amusant, sous la conduite souriante de Charlie Clarck.

 

Cliquez sur le logo KTO pour accéder aux vidéo

 

 

Chapitres & Thèmes Du Blog

Option préférentielle

Aux yeux de l'Eglise, l'"option préférentielle pour les pauvres" n'est pas un simple slogan.
C'est un impératif évangélique auquel j'ai essayé de me conformer tout au long de ma vie et de mes missions.
[...] Il est difficile de parler des pauvres -et aux pauvres- si l'on ne se solidarise pas avec leur vie.

Cardinal Roger Etchegaray
J'ai senti battre le coeur du monde
p. 216