Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Page D'accueil, Contact

  • : Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • : Quelques réflexions de Djipi
  • Contact

Noël

 

 

Recherche

Dimanche prochaine avec MN Thabut

Cliquez sur la photo pour accéder

au commentaire de

Mme Marie Noelle Thabut

MN Thabut 03

On n'oblige pas le piéton...

Je me garderai bien de juger une personne.

Je me fais seulement l’écho de l’enseignement habituel de l’Eglise qui rappelle les principes fondamentaux capables d’éclairer la route de ses fidèles. En installant un lampadaire pour éclairer le trottoir, on n’oblige pas le piéton à marcher sur ce trottoir.

D'après une rubrique du Carême par Serviam
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 10:22

Saint Vincent et les Jésuites 

Quelques passages dans Costes :

 SV avec Livre

Dans l’œuvre de Costes, 14 volumes, voici les renvois au mot « Jésuite » SV XIV,284-286 : (pour consulter toutes les références, cliquez ici) :

 

Ci-après quelques citations de Saint Vincent de Paul

 

Jésuites (Ordre des).

— Estime qu'avait saint Vincent pour cet Institut, III, 577 ; XI, 134.

— Sa caractéristique, IX, 582.

— Nature de leurs vœux, V, 322 ; VI, 621.

— Ils sont religieux, bien que leur règle ne soit pas celle des quatre Ordres mendiants, III, 247 ; V, 320.

— Ils ont patienté longtemps avant d'être approuvés par Rome, V, 396.

— Paul IV les oblige à porter un capuchon, qu'ils quittent après sa mort, III, 390, 454

— Ils acceptèrent, au début, beaucoup d'établissements et ne purent y mettre qu'un personnel insuffisant, III, 153 ;

— sous la direction de supérieurs inexpérimentés, III, 187.

— Saint Ignace envoyait des novices aux armées, X, 555.

— Il congédie plusieurs jésuites, II, 318.

— Saint Vincent les appelle à son aide à Folleville, XI, 4, 170 ; XII, 8 ;

— à Châtillon-les-Dombes, XIII, 51.

— Il leur offre la fondation que Madame de Gondi proposa plus tard pour l'Institut de la Mission ; ils ne peuvent l'accepter, XI, 171.

— Durant la Fronde, les jésuites se portent au secours des populations éprouvées aux environs de Paris, IV, 540.

— Leur participation à la lutte contre le jansénisme, III, 329 ; VI, 533, 575 ; XIII, 109.

— Hostilité des jansénistes contre l'Ordre des jésuites, III, 322, 324 ; IV, 609, 610 ;

— de l'abbé de Saint-Cyran, XIII, 92, 123.

— Violente campagne suscitée contre eux par la publication de l'Apologie des casuistes, VII, 528-533, 614-615.

— «Horrible persécution», XII, 52.

— Mention des jésuites dans les carnets de Mazarin, XIII, 137.

— Succès d'un jésuite à Saint-Nicolas-du-Chardonnet, I, 78.

— Un jésuite abandonne la cour pour évangéliser les pauvres, XI, 136.

— Histoire d'un jésuite mort aux Indes en odeur de sainteté, II, 203.

— Des jésuites sortis de la Compagnie sont en danger de se perdre dans Paris, III, 173.

— Relations des jésuites missionnaires, XII, 27.

— Ils établissent dans les villes la congrégation des Enfants de Marie, VI, 593.

— Leur amour de la chasteté, XI, 166, 209.

— Succès que leur vaut la simplicité de leurs prédications, V, 632.

— Les supérieurs font la visite des classes, VII, 427.

— Leur méthode d'enseignement, II, 234, 240.

— Avertissements réciproques, IX, 296 ; XII, 363.

— Avertissements au réfectoire, XIII, 654.

— On y lit publiquement les pénitences infligées aux délinquants, XII, 62.

— Punition donnée à ceux qui entrent dans les chambres des autres, XII, 408.

— Le noviciat est isolé, XII, 339.

— Les chambres n'ont qu'un loquet, XII, 396.

— Ceux qui étudient sont dispensés de l'office au chœur, XII, 337.

— Ils invitent rarement des externes à dîner, et toujours pour quelque raison particulière, XI, 330 ;

— ont dans chaque maison un inspecteur ou visiteur, XII, 46, 62 ;

— renvoient d'ordinaire les postulants en leurs provinces, VII, 525.

— A ceux qui vont en voyage on donne par écrit un règlement de voyage, XIII, 631.

— Il leur faut la permission pour consulter le médecin, X, 345.

— Leur correspondance passe, ouverte, par les mains du supérieur, X, 405.

— On leur laisse en général la liberté de leurs intentions de messes, VI, 28.

— Ils ont en médiocre estime quiconque n'obéit pas au médecin, X, 391.

— Leur règle leur recommande de s'écrire souvent, V, 339 ; XI, 123.

— Toutefois, à cause des abus, ils ont réduit leur correspondance au nécessaire, V, 339.

— Leurs missionnaires apprennent la langue des pays qu'ils vont évangéliser, V, 228, 359 ; XII, 66.

— Ils ne donnent aucun secours à ceux qui les quittent, III, 381 ;

— ne sont pas élevés à l'épiscopat, II, 415. _

— Leur supérieur général ne fait pas la visite des établissements, II, 500.

— Leurs frères laïcs ont partout le même habit, XI, 158.

— Difficultés qu'ils ont dû surmonter pour s'établir à Paris, III, 626.

— Jésuites de la rue Saint-Antoine à Paris, XI, 199 ;

— de Saint-Louis à Paris, II, 394 ; V, 560.

— Michel Le Gras élève au collège Saint-Louis, I, 102.

— Jésuites d'Agen, III, 577 ;

— d'Amiens, XI, 4, 170 ; XII, 8 ;

— d'Anvers, VIII, 511 ;

— de Bar-le-Duc, II, 23, 31 ;

— de Charleville, IV, 486 ;

— de Péra à Constintinople, III, 42 ;

— d'Ecosse, V, 367 ; XI, 173, 185 ;

— de Gênes, VI, 323, 325, 340 ; VIII, 19, 82, 106 ;

— des Indes, VI, 91, 225 ; XI, 298 ;

— de La Rochelle, VIII, 474 ;

— de Madagascar, VI, 224-225, 564-565 ;

— de Montauban, VIII, 221, 225 ;

— de Pologne, V, 349, 358 ;

— de Rome, II, 152 ; IV, 399 ; XIII, 175 ;

— de Saint-Mihiel, II, 213.

— Autres mentions, II, 198, 263, 427 ; IV, 557 ; V, 257 ; VI, 233, 284, 482, 508 ; VII, 121 ; VIII, 18, 54 ; XI, 398 ; XII, 315, 316.

— Voir Charlet, Dinet, du Bourg, etc.

 

SV III,577 : estime de Saint Vincent pour l’ordre des jésuites :

1180. — A GUILLAUME DELATTRE, SUPÉRIEUR, A AGEN

Du 6 février 1650.

Je crois bien que ce que l’on vous a imputé au sujet des Pères Jésuites n’est qu’une calomnie, et que vous ne voudriez pas choquer une compagnie si sainte et tant utile à l’Église de Dieu comme elle est. Je loue Dieu de ce qu’on a aussi reconnu la vérité. J’espère que ce qui s’est passé ne servira que pour vous lier plus intimement avec ces Pères, auxquels je souhaite que vous témoigniez grande estime, affection et déférence, comme je tâche de faire ici ; ce que je fais avec grande consolation.

 

SV IX,582 : « Aux Jésuites Dieu a donné un esprit de science pour la communiquer à autrui. »

 

SV IX,296 : il conseille aux Filles de la Charité de prendre exemple sur les jésuites :

 

Le cinquième moyen pour empêcher les plaintes et faire que chacun se corrige, c’est, je pense, de ne se point avertir. J’ai déjà dit de ne point avertir celle qui parle mal de quelqu’un je vais plus loin maintenant : n’avertissez jamais. Les Pères jésuites, qui sont des gens sages, s’il y en a au monde, s’entr’avertissaient au commencement de leur Institut, comme ils ne laissaient pas de faire des fautes ils voulurent essayer d’un autre moyen à savoir de ne se point avertir mais seulement, en cas de faute notable, en avertir le supérieur. Ils s’aperçurent qu’il en arrivait de meilleurs effets qu’au temps où ils s’avertissaient et résolurent de ne se plus avertir et ils ne le font point, de sorte que, je pense, si nous prenons cette pratique, infailliblement nous en verrons du profit.

 

Saint Vincent prend conseille auprès d’un jésuite :

SV VI,91-92 : 2145. — AU PÈRE BAGOT

24 septembre 1656.

Mon très Révérend Père,

Je vous supplie très humblement d’agréer le renouvellement que je vous fais des offres de mon obéissance, avec tout le respect et la soumission que je le dois, et de m’excuser de ce que je ne suis allé, longtemps y a, vous rendre ce devoir en personne, à cause des embarras que j’ai eus et des exercices spirituels où je suis entré et où je suis encore.

Je vous supplie aussi, mon très Révérend Père, de me faire la grâce de me mander si vos Pères des Indes envoient quelques fois de jeunes Indiens en l’Europe, soit en Italie, soit en Portugal, ou ailleurs, pour y étudier et être élevés à l’état ecclésiastique ; et, s’ils rie le font pas, d’avoir agréable de me mander les raisons qu’ils ont pour en user ainsi ; ce sera une nouvelle obligation que nous vous aurons.

 

Je suis cependant, du cœur que Dieu sait, en son amour, mon très Révérend Père, votre…

VINCENT DEPAUL,

i. p. d. l. M.

 

SV XI,136 : Un jésuite abandonne la cour pour évangéliser les pauvres

O mes frères, je sais des vieillards qui, au jour du jugement, s'élèveront contre nous, entre autres un saint homme, un bon Père jésuite, qui avait prêché à la cour pendant près de dix ans. Ayant près de soixante ans, il eut une maladie qui le mena à deux doigts de la mort, et comme Dieu lui fit connaître la vanité de ses discours relevés et de ses fanfares, qui délectent bien, mais profitent peu, et qu'il lui en donna des remords de conscience, étant revenu en santé, il demanda permission d'aller à la campagne catéchiser et prêcher familièrement ces bons paysans, et y persévéra pendant vingt ans jusqu'à la mort. Avant de mourir, il demanda qu'on lui fît une faveur après sa mort, savoir d'enterrer avec son corps la baguette avec laquelle il appelait les enfants, comme c'est la coutume de ces paysans-là, pour les faire répondre au catéchisme, afin que cette baguette, disait-il, rendît témoignage comment il avait quitté la cour pour suivre Notre-Seigneur dans la campagne.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Saint Vincent de Paul
commenter cet article

commentaires

Q.C.M.

Q.C.M.KTO.jpg
Un jeu de connaissances auquel les téléspectateurs de toutes générations peuvent participer. Trois candidats viennent chaque semaine tenter de se qualifier pour la finale du mois. Ecriture, Histoire de l'Eglise, saints et témoins de la foi...l'occasion en cette année de la foi de tester - et d'enrichir ! - ses connaissances, en s'amusant, sous la conduite souriante de Charlie Clarck.

 

Cliquez sur le logo KTO pour accéder aux vidéo

 

 

Chapitres & Thèmes Du Blog

Option préférentielle

Aux yeux de l'Eglise, l'"option préférentielle pour les pauvres" n'est pas un simple slogan.
C'est un impératif évangélique auquel j'ai essayé de me conformer tout au long de ma vie et de mes missions.
[...] Il est difficile de parler des pauvres -et aux pauvres- si l'on ne se solidarise pas avec leur vie.

Cardinal Roger Etchegaray
J'ai senti battre le coeur du monde
p. 216