Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Page D'accueil, Contact

  • : Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • : Quelques réflexions de Djipi
  • Contact

Noël

 

 

Recherche

Dimanche prochaine avec MN Thabut

Cliquez sur la photo pour accéder

au commentaire de

Mme Marie Noelle Thabut

MN Thabut 03

On n'oblige pas le piéton...

Je me garderai bien de juger une personne.

Je me fais seulement l’écho de l’enseignement habituel de l’Eglise qui rappelle les principes fondamentaux capables d’éclairer la route de ses fidèles. En installant un lampadaire pour éclairer le trottoir, on n’oblige pas le piéton à marcher sur ce trottoir.

D'après une rubrique du Carême par Serviam
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 19:08

Un cœur qui écoute : Laurent Landete

17/02/2014, 26 mn

 

Laurent Landete est marié et père de 6 enfants. Infirmier en libéral de profession, il a été élu, en 2009, modérateur international de la Communauté de l'Emmanuel. La Communauté de l'Emmanuel, forte de ses 9000 membres répartis dans une soixantaine de pays, rassemble en son sein des laïcs, mariés, célibataires consacré(e)s ou non, et des prêtres, qui se mettent ensemble à la suite du Christ et au service de la mission de l'Église. Laurent Landete vient de publier aux éditions de l'Emmanuel un ouvrage intitulé : "Comment prier chaque jour ?"

Il revient sur son parcours et sur la méthode qu'il propose pour prier au quotidien au milieu du stress et des préoccupations.

 

 

 

emmanuel-jp.jpg

 

Laurent et Christel Landete, sont parents de six enfants dont les deux aînés sont atteints d’une maladie génétique orpheline incurable. Tous les deux sont infirmiers de profession. Laurent est modérateur de la communauté de l’Emmanuel depuis quatre ans, Christel est mère au foyer. Ils évoquent comment la Parole de Dieu les a guidés au cœur de l’épreuve.

 

Alors que nous attendions notre troisième enfant, nous avons découvert que nos deux aînés – âgés de quinze et quatre mois, étaient atteints dune maladie génétique orpheline incurable, qui se manifestait par des troubles neurologiques, des troubles de lintelligence et psychomoteurs. Nos enfants sont restés de longues semaines à l’hôpital. Ce fut un coup de tonnerre pour notre jeune couple. Nous ne nous attendions pas à cela, même si mystérieusement, le Seigneur nous avait sans doute préparés : hospitalier à Lourdes, j’avais eu l’occasion d’accompagner pendant de longues années une personne handicapée. Quant à Christel, elle a une sœur handicapée.

 

Dans ce tourment, nous étions assaillis par des questions qui planaient autour de nous, dans nos familles, dans notre entourage : Pourquoi nous ? Qu’avions-nous fait de mal pour qu’il nous arrive cela ? Nous avons trouvé dans la prière et la Parole de Dieu notre refuge. Et particulièrement dans le psaume 111 : "Il ne faut pas dire : pourquoi cela. Tout doit être étudié en son temps." Autrement dit, il ne faut pas dire pourquoi mais : pour quoi ? Cette sagesse nous enseigne à chercher pas à pas, humblement, le sens de chacune de nos épreuves, quelles qu’elles soient.

 

A qui la faute ?

Je me souviens d’une voisine, qui m’avait demandé : "Alors c’est la faute à qui ? A vous, ou à votre femme ?" Elle voulait dire, peut-être maladroitement : qui a transmis la maladie ? Le lendemain dans notre prière, l’évangile de l’aveugle-né nous a vraiment rejoints dans notre détresse : "Qui a péché ? lui ou ses parents ? Jésus répondit : ni lui ni ses parents n’ont péché, mais c’est afin que soient manifestées en lui les œuvres de Dieu." (Jean 9, 2-3) Cette parole nous a placés dans une nouvelle perspective, comme une espèce d’inversion des pôles. Nous avons pu trouver pas à pas, au cœur de notre épreuve, dans la parole de Dieu, la boussole de notre vie. Après cela, nous avons reçu une paix véritable, comme une nouvelle dimension, pour affronter, accueillir cette nouvelle réalité au quotidien.

 

Brasier de charité

Ce qui a beaucoup contribué à cette paix, c’est que nous n’avons jamais été seuls. Nous sommes encore très émus quand nous pensons à toutes ces personnes, à ce brasier de charité qui s’est déployé autour de nous, autant grâce à nos frères de la communauté de l’Emmanuel, qu'à notre famille et à notre paroisse : toutes ces personnes qui se sont relayées pour nous remplacer quand nous voulions aller à la messe ou prendre un repas ensemble. Il nous fallait tenir dans la durée.

 

Un jour, notre fille Marie n’avait pas pu être anesthésiée pour un examen : les médecins l’avaient ficelée avec une sorte de sparadrap sur la table. Seule sa petite tétine bougeait. C’était trop dur pour moi, Laurent, et le médecin m’avait demandé de sortir. Plutôt que d’errer dans les couloirs, je suis allé prier à la chapelle. Et là, au fond, il y avait un couple de la communauté que je connaissais depuis peu. Je suis allé vers eux en leur demandant s’ils visitaient des malades, ou s’ils avaient quelqu’un de leur famille hospitalisé ici. Ils m’ont répondu : "Nous sommes là pour toi." Ça a été comme un baume extraordinaire sur nos cœurs.

 

Lors d’une retraite, Jean Vanier nous avait interpellés : "Est-ce que vous connaissez les premières paroles de Jésus ressuscité ? C’est : pourquoi pleures-tu ?" Ce n’est pas une parole de reproche, mais une parole de compassion. Un peu comme cette parole : "On est là pour toi."

 

Un acte de foi

Ensuite, s’est bien sûr posée la question de l’accueil de la vie. Dans la prière, nous nous sommes aperçus que nous étions freinés, dans notre cœur et dans notre raison, à cet accueil d’un nouvel enfant. Ce moment a été un carrefour important dans notre vie. Nous avions déjà deux enfants malades, il y avait pour nous un choix à poser, un acte de foi : celui que nous proposait le monde médical – la contraception –, ou le mode de vie que nous proposait l’Eglise pour avancer sur cette route sans verrouiller la liberté du don de la vie. Nous avons découvert que la contraception, c’était ne pas intégrer cette réalité biologique, et finalement, toute la loi naturelle. Grâce à Dieu, nos autres enfants ont été épargnés par cette maladie. Mais à chaque fois, nous avons senti qu’il fallait que nous soyons prêts à accueillir à nouveau le handicap. C’était un appel particulier… Peut-être que tout le monde n’est pas appelé à cela.

 

Nous le croyons, c’est au cœur même de l’épreuve, au cœur même du tombeau que vient surgir la vie. La victoire de la vie n’est pas dans le triomphe de nos forces humaines : elle est dans le triomphe de l’amour de Dieu. L’amour de Dieu pour qui la seule réponse est notre pauvre foi. La force de la résurrection ne peut l’emporter que dans l’acceptation de nos propres faiblesses, de nos propres blessures, de notre propre vulnérabilité.

 

Laurent et Christel Landete

Extraits de la conférence donnée par l'OCH en avril 2013. CD à demander à l'OCH.

 

och.png

 

 

Repost 0
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 14:40
Le pape reçoit le «Conseil» le 3 février 2011 pour les 20 ans de la mort du fondateur Pierre Goursat
 
ROME, Jeudi 3 février 2011 (ZENIT.org) - Benoît XVI a encouragé ce jeudi les membres de la Communauté de l'Emmanuel à faire «mûrir» en eux «le désir passionné de la mission».
 
Le pape a reçu le « Conseil » de la Communauté, ce matin en audience au Vatican à l'occasion du 20e anniversaire de la mort du fondateur de l'association, le serviteur de Dieu Pierre Goursat (15 août 1914-25 mars 1991). Le cardinal archevêque de Paris, André Vingt-Trois, a approuvé l'introduction de la cause de béatification et canonisation de Pierre Goursat, qui a eu lieu le 7 janvier 2010, en l'église de la Sainte-Trinité.
 
«Chers amis, la grâce profonde de votre Communauté vient de l'adoration eucharistique. De cette adoration naît la compassion pour tous les hommes et de cette compassion naît la soif d'évangéliser», a affirmé Benoît XVI.
 
«Dans l'esprit de votre charisme propre, je vous encourage donc à approfondir votre vie spirituelle en donnant une place essentielle à la rencontre personnelle avec le Christ, l'Emmanuel, Dieu-avec-nous, afin de vous laisser transformer par lui et de faire mûrir en vous le désir passionné de la mission», a-t-il ajouté.
 
«Dans un monde souvent désorienté et à la recherche de nouvelles raisons de vivre, la lumière du Christ doit être portée à tous. Soyez au milieu des hommes et des femmes d'aujourd'hui d'ardents missionnaires de l'Evangile, soutenus par une vie radicalement saisie par le Christ ! Ayez soif d'annoncer la Parole de Dieu !» a-t-il exhorté.
 
Le pape a évoqué le 20e anniversaire de la mort du fondateur de la Communauté mais aussi «les 30 ans du service de Fidesco auprès des pays plus défavorisés, puis les 40 ans de la fondation de la Communauté et les 20 ans de la reconnaissance de ses statuts par le Conseil pontifical pour les Laïcs».
 
«Avec vous, je rends grâce à Dieu pour cette œuvre !» a ajouté Benoît XVI.
 
«J'invite particulièrement votre Communauté à vivre une authentique communion entre ses membres, a-t-il recommandé. Cette communion, qui n'est pas simple solidarité humaine entre membres d'une même famille spirituelle, est fondée sur votre relation au Christ et sur un engagement commun à le servir».
 
Et de préciser l'importance de la communion pour le témoignage de l'Evangile : «La vie communautaire que vous souhaitez développer, dans le respect de l'état de vie de chacun, sera alors pour la société un témoignage vivant de l'amour fraternel qui doit animer toutes les relations humaines. La communion fraternelle est déjà une annonce du monde nouveau que le Christ est venu instaurer».
 
Une communion dont le pape souligne la dimension ecclésiale : «Que cette même communion, qui n'est pas repliement sur soi-même, soit aussi effective avec les Eglises locales. En effet, chaque charisme se rapporte à la croissance du Corps du Christ tout entier. L'action missionnaire doit donc sans cesse s'adapter aux réalités de l'Église locale, dans un souci permanent de concertation et de collaboration avec les pasteurs, sous l'autorité de l'Evêque. Par ailleurs, la reconnaissance mutuelle de la diversité des vocations dans l'Eglise et de leur apport indispensable pour l'évangélisation, est un signe éloquent de l'unité des disciples du Christ et de la crédibilité de leur témoignage.»
 
Benoît XVI a insisté sur l'annonce de la Bonne Nouvelle aux familles, «si souvent éclatées», aux jeunes ou «dans les milieux intellectuels».
 
Il a aussi souligné l'importance du renouvellement des paroisses : «Contribuez à renouveler de l'intérieur le dynamisme apostolique des paroisses, en développant leurs orientations spirituelles et missionnaires !»
 
Il a par ailleurs insisté sur la catéchèse des baptisés et la présence auprès des plus nécessiteux : «Je vous encourage encore à être attentifs aux personnes qui reviennent vers l'Eglise et qui n'ont pas bénéficié d'une catéchèse approfondie. Aidez-les à enraciner leur foi dans une vie authentiquement théologale, sacramentelle et ecclésiale ! Le travail réalisé en particulier par Fidesco témoigne aussi de votre engagement auprès des populations des pays plus démunis».
 
Le pape a résumé ses recommandations en disant : «Que partout votre charité rayonne de l'amour du Christ et devienne ainsi une force pour la construction d'un monde plus juste et plus fraternel!»
Repost 0
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 09:14
Pierre et l'Emmanuel
Diffusé le 21/03/2011 / Durée 52 mn
 
«Je suis heureux de vous accueillir alors que la Communauté de l'Emmanuel se prépare à célébrer le vingtième anniversaire de la mort de son fondateur, Pierre Goursat, dont la cause de béatification a été introduite l'an dernier.»
 
Ces paroles prononcées par Benoît XVI le 3 février 2011 lors d'une audience privée lancent l'enquête sur un personnage aussi discret qu'énigmatique, à l'origine d'une des communautés nouvelles les plus dynamiques. Au fil des rencontres, en France, en Belgique, au Brésil et en Haïti, nous découvrons de l'intérieur le secret de cette Communauté qui rassemble toutes les vocations, familles, célibataires, prêtres et consacrés, pour une même aventure : annoncer que la sainteté est à la portée de tous.
Repost 0
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 19:56
E La communauté de l’Emmanuel est entrée le jour de l’Annonciation dans une année jubilaire, commémorant plusieurs anniversaires: les 20 ans de la mort de son fondateur Pierre Goursat, les 30 ans de Fidesco, les 20 ans de la première reconnaissance canonique de la communauté et les 30 ans des premières consécrations dans le célibat. Son actuel modérateur a été reçu par Benoît XVI début février.
 

C Au fil des ans, cette communauté charismatique a pris une place croissante dans la vie de l’Eglise, notamment en France. Plusieurs évêques en sont issus (Mgr Rey de Fréjus-Toulon, Mgr Le Saux du Mans, Mgr de Kerimel de Grenoble, Mgr Jacques Benoît-Gonnin de Beauvais et Mgr de Monléon à Meaux, auxquels il faut ajouter Mgr Laffitte, secrétaire du Coneil pontifical pour la famille). Par ailleurs, leur rôle au sein des séminaires français croît régulièrement. Actuellement, la communauté regroupe -toutes nationalités confondues- 216 prêtres et 95 séminaristes (plus 21 en propédeutique), dont 27 Français, ce qui dans l’hiver des vocations actuel constitue une force d’appoint considérable. 15 ont été ordonnés en 2010.

On connaît le rôle de la communauté dans le renouveau de l’adoration eucharistique au sein de l’Eglise de France. On connaît également son engagement en matière de bioéthique ou en matière de mission. Le rôle de son ONG Fidesco est également bien connu.

 

La communauté s’intéresse également de près à l’enseignement supérieur. En particulier, elle est de plus en plus active au sein de l’Institut catholique d’études supérieures de La Roche sur Yon (connu sous le sobriquet de “fac Villiers”).

Repost 0
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 07:59
emmanuel-jp.jpgBenoît XVI a reçu ce matin (3 février 2011) les dirigeants de la Communauté de l'Emmanuel, qui va célébrer le vingtième anniversaire de la mort de son fondateur, Pierre Goursat (photo), dont la cause de béatification a été introduite l'an dernier. Dans son discours, le Pape a déclaré :

"Dans l'esprit de votre charisme propre, je vous encourage donc à approfondir votre vie spirituelle en donnant une place essentielle à la rencontre personnelle avec le Christ, l'Emmanuel, Dieu avec nous... Une vie authentiquement eucharistique est une vie missionnaire.

 

Dans un monde souvent désorienté et à la recherche de nouvelles raisons de vivre, la lumière du Christ doit être portée à tous. Soyez au milieu des hommes et des femmes d'aujourd'hui d'ardents missionnaires de l'Evangile, soutenus par une vie radicalement saisie par le Christ !...  

 

Aujourd'hui, l'urgence de cette annonce se fait particulièrement sentir dans les familles, si souvent éclatées, chez les jeunes ou dans les milieux intellectuels. Contribuez à renouveler de l'intérieur le dynamisme apostolique des paroisses, en développant leurs orientations spirituelles et missionnaires !

 

Je vous encourage encore à être attentifs aux personnes qui reviennent vers l'Eglise et qui n'ont pas bénéficié d'une catéchèse approfondie. Aidez-les à enraciner leur foi dans une vie authentiquement théologale, sacramentelle et ecclésiale !"

 

G "La vie communautaire que vous souhaitez développer, dans le respect de l'état de vie de chacun, sera alors pour la société un témoignage vivant de l'amour fraternel qui doit animer toutes les relations humaines. La communion fraternelle est déjà une annonce du monde nouveau que le Christ est venu instaurer. Que cette même communion, qui n'est pas repliement sur soi-même, soit aussi effective avec les Eglises locales. En effet, chaque charisme se rapporte à la croissance du Corps du Christ tout entier. L'action missionnaire doit donc sans cesse s'adapter aux réalités de l'Eglise locale, dans un souci permanent de concertation et de collaboration avec les pasteurs, sous l'autorité de l'évêque.

 

Par ailleurs, la reconnaissance mutuelle de la diversité des vocations dans l'Eglise et de leur apport indispensable pour l'évangélisation, est un signe éloquent de l'unité des disciples du Christ et de la crédibilité de leur témoignage".

Repost 0
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 16:10

emmanuel-jp.jpg

Avec l’accord du Cardinal André Vingt-Trois, Archevêque de Paris, la cause de canonisation de Pierre Goursat, fondateur de la Communauté de l’Emmanuel et de la Fraternité de Jésus, a été officiellement introduite le jeudi 7 janvier 2010.

 

Voici la prière pour la Béatification du Serviteur de Dieu Pierre Goursat

 

 

"Seigneur Jésus, nous te prions pour la béatification de Pierre Goursat.

 

Animé d’un vif désir du salut des âmes et d’un grand amour pour ton Eglise, il a œuvré avec foi et espérance pour son renouveau spirituel et apostolique.

 

Par son intercession, obtiens-nous Seigneur, la grâce de te faire pleinement confiance, de te servir généreusement et de faire ta volonté.

 

Donne-nous un cœur ouvert à l’adoration, débordant de compassion pour tous les hommes, et embrase-nous du feu de ta charité pour l’évangélisation du monde.

 

Par l’intercession du Serviteur de Dieu, Pierre Goursat, nous te demandons instamment Seigneur, d’accorder de nombreuses faveurs à tous nos frères et sœurs en humanité, spécialement de soutenir les pauvres et les «blessés de la vie», de consoler les affligés, de fortifier les faibles, de guérir les malades.

 

Nous te confions en particulier …

 

Seigneur Jésus, nous te prions de révéler à tous ceux qui sont éloignés de toi ou qui ne te connaissent pas encore l’amour infini de ton Cœur, doux et humble."

 

 

 

 

Repost 0

Q.C.M.

Q.C.M.KTO.jpg
Un jeu de connaissances auquel les téléspectateurs de toutes générations peuvent participer. Trois candidats viennent chaque semaine tenter de se qualifier pour la finale du mois. Ecriture, Histoire de l'Eglise, saints et témoins de la foi...l'occasion en cette année de la foi de tester - et d'enrichir ! - ses connaissances, en s'amusant, sous la conduite souriante de Charlie Clarck.

 

Cliquez sur le logo KTO pour accéder aux vidéo

 

 

Chapitres & Thèmes Du Blog

Option préférentielle

Aux yeux de l'Eglise, l'"option préférentielle pour les pauvres" n'est pas un simple slogan.
C'est un impératif évangélique auquel j'ai essayé de me conformer tout au long de ma vie et de mes missions.
[...] Il est difficile de parler des pauvres -et aux pauvres- si l'on ne se solidarise pas avec leur vie.

Cardinal Roger Etchegaray
J'ai senti battre le coeur du monde
p. 216