Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Page D'accueil, Contact

  • : Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • : Quelques réflexions de Djipi
  • Contact

Noël

 

 

Recherche

Dimanche prochaine avec MN Thabut

Cliquez sur la photo pour accéder

au commentaire de

Mme Marie Noelle Thabut

MN Thabut 03

On n'oblige pas le piéton...

Je me garderai bien de juger une personne.

Je me fais seulement l’écho de l’enseignement habituel de l’Eglise qui rappelle les principes fondamentaux capables d’éclairer la route de ses fidèles. En installant un lampadaire pour éclairer le trottoir, on n’oblige pas le piéton à marcher sur ce trottoir.

D'après une rubrique du Carême par Serviam
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 17:50

Une "étude" vient de publier les chiffres de l'avortement en France pour 2012.

Il y a plus de 220 000 avortements rien qu'en 2012.

Cela représente, pour une année, l'équivalent de la ville du Mans et de sa couronne qui n'a pu naître par la seule volonté humaine.

Pour deux années, c'est l'équivalent du département de la Sarthe qui n'a pu naître à cause de l'avortement...

 

Que de dégats depuis la "libéralisation" de l'avortement.


 


 

La question de l'avortement est à aborder avec beaucoup d'humilité car il révèle de lourdes souffrances et des situations de détresse.

 

L'avortement, c'est avant tout le constat d'échec d'une société :

- échec de la fraternité : la société est incapable d'accueillir l'autre dans ce qu'il est.

- échec de la solidarité : la société est incapable d'aider une femme en détresse. Que penser d'une société qui n'a d'autre solution que de proposer l'avortement comme libération ?

- échec de la charité : la société est incapable de dire à l'autre qu'il est aimé dans ce qu'il est et non pas dans ses performances physiques ou économiques.

 

Que propose la société pour aider ces femmes qui se posent la question de l'avortement ?

Que propose la société pour aider ces femmes qui ont avortées ?

Que propose la société pour aider ces femmes qui ont refusées d'avorter ?

 

Les propos de Stéphane Audran sont fort ! Propos tenus en 2009 qui gardent 5 ans après toutes leurs forces. Agissons pour une société pour tous !

 

 

 


L'actrice Stéphane Audran a reconnu au cours de l'émission « On nest pas couchés » de Laurent Ruquier sur France 2, le 25/4/09, quelle ne signerait plus le « Manifeste des 343 salopes », déclaration féministe qui avait contribué à l'adoption de la loi Veil autorisant l'avortement volontaire (IVG en Novlangue) en 1974.


Stéphane Audran l'avait signé à l'époque en compagnie de féministes connues et inconnues, telles Simone de Beauvoir, Gisèle Halimi, Catherine Deneuve, Marguerite Duras, Jeanne Moreau ou Marie-France Pisier.


Aujourd'hui, l'actrice souligne qu'elle regrette ses avortements : « Je n'avais aucune idée de ce que c'était », a-t-elle avoué sur France 2. « C'est terrible de se faire avorter », a-t-elle ajouté. L'actrice appelle à une aide, entre autre matérielle et actuellement inexistante, pour les femmes confrontées à l'avortement.


 

 

Pape François, le 13 janvier 2014 :

« La paix, de plus, est blessée par certaines négations de la dignité humaine, en premier lieu par l’impossibilité de se nourrir de manière suffisante. Les visages de tant de personnes qui souffrent de la faim, surtout des enfants, ne peuvent nous laisser indifférents, si l’on pense à tant de nourriture gaspillée chaque jour en de nombreux endroits dans le monde, immergés dans ce que j’ai plusieurs fois défini comme « la culture du déchet ». Malheureusement, ce ne sont pas seulement la nourriture ou les biens superflus qui sont objet de déchet, mais souvent les êtres humains eux-mêmes, qui sont « jetés » comme s’ils étaient des « choses non nécessaires ». Par exemple, la seule pensée que des enfants ne pourront jamais voir la lumière, victimes de l’avortement, nous fait horreur ; ou encore ceux qui sont utilisés comme soldats, violentés ou tués dans les conflits armés, ou ceux qui sont objets de marché dans cette terrible forme d’esclavage moderne qu’est la traite des êtres humains, qui est un crime contre l’humanité. »

Repost 0
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 20:33

"La vie est ce qu'on en fait". Ce n'est pas moi qui le dit c'est Nick Vijicic.

 

Si ça peut vous donner du courage, alors voici quelques vidéos...

 

Nick Vijicic est conférencier et montre par sa vie inspirante et exemplaire que le handicap n'est pas une fin. Les barrière et les limites, ce sont nous même qui nous les fixons, l'état d'esprit fait toute la différence entre rester immobile et avancer. Cet exemple est une grande métaphore de notre vie à tous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 07:13

Alliance VITA

 

Cycle de formation bioéthique 

d'Alliance VITA

 Venez vous former sur les sujets bioéthiques

5 soirées du 13 janvier au 10 février 2014

 

J-8 pour vous inscrire et inviter vos amis !

 

Partagez ce message à vos contacts 

 

Le thème 2014 : QUI EST L'HOMME ?

Quelle vision de l’homme se dessine, quelle culture est en train de s’élaborer : une culture de la toute-puissance, ou de la vulnérabilité ?

 

Au programme :

- A l’origine de la vie humaine : anthropologie, procréation, maternité, paternité,

- Homme ou femme : interchangeables ?

- Fragilité, dépendance et interdépendance

- Un temps pour vivre, un temps pour mourir

- Le transhumanisme : vers une “intégration homme – machine” ?

 

OU ?

Dans 50 villes en France en simultanée par visioconférence. 

> consulter la liste des villes

 

 QUAND ?

5 lundis soir du 13 janvier au 10 février 2014 de 20h15 à 22h30

> Voir le détail du programme

 

COMMENT ?

Une formation inédite en visioconférence, interactive et participative

 

AVEC QUI ?

Tugdual Derville, le Dr Xavier Mirabel, des philosophes, experts et témoins 

 

Pour vous inscrire, rendez-vous sur le site www.universitedelavie.fr

 

 

N'hésitez pas à en parler largement autour de vous  ! 

Repost 0
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 15:04

A l'occasion de l'arrivée du tour de France de l'OCH (Office Chrétien des personnes Handicapées) à Paris, KTO donne la parole aux acteurs et aux personnes handicapées.

 

Dans le monde actuel où la performance semble être le seul but, le témoignage de personnes ayant un handicap est précieux. Il permet d'aller à la rencontre de l'autre, de porter un regard différent sur nos propres fragilités, dont nous n'avons pas forcément conscience.

 

En partenariat avec l'OCH.


 

 

 

 

 

Repost 0
17 juin 2013 1 17 /06 /juin /2013 13:47

La foi prise au mot : La Vie

Diffusé le 16/06/2013 / Durée 52 mn

 

 

"La vie est un don de Dieu"

ne cesse d'enseigner l'Église depuis ses origines.

 

Cette vérité, répétée à temps et à contretemps, se pose comme une limite à la conception nihiliste de la vie, qui veut chaque personne soit le propre référent de sa propre vie.

 

Dans cette perspective égocentrée, chacun devrait pouvoir décider du moment de sa mort et donc avoir recours à l'euthanasie.

 

Ce numéro de "La Foi prise au mot" arrive à point dans le débat sur la fin de vie en permettant à deux spécialistes de reprendre posément cette question.

Le premier, le professeur Didier de Broucker, est chef de service d'une unité de soins palliatifs à Lille.

Le second, le père Patrick Verspieren, prêtre et jésuite, est spécialiste d'éthique biomédicale qu'il enseigne au Centre Sèvres, à Paris.

 

Avec eux, "La Foi prise au mot" revient sur les grands enjeux du débat et sur la réalité pratique dans les hôpitaux. Loin des mises en scène médiatiques à l'affût des émotions, cette émission donne un éclairage éthique chrétien qui pourra intéresser toute personne désirant approfondir cet enjeu de société.

 

 

Repost 0
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 08:48

francesco 10

PAPE FRANÇOIS

REGINA CŒLI 

Place Saint-Pierre
VIIe Dimanche de Pâques, 12
 mai 2013

[Vidéo]

 

Chers frères et sœurs,


Au terme de cette célébration, je désire vous saluer, vous tous qui êtes venus rendre hommage aux nouveaux saints, en particulier les délégations officielles d’Italie, de Colombie et du Mexique.


Que les martyrs d’Otrante aident le cher peuple italien à regarder avec espérance vers l’avenir, confiant dans la proximité de Dieu qui n’abandonne jamais, même dans les moments difficiles.


Que par l’intercession de Mère Laura Montoya, le Seigneur accorde un nouvel élan missionnaire et évangélisateur à l’Église et que, inspirés par l’exemple de concorde et de réconciliation de cette nouvelle sainte, les bien-aimés fils de Colombie continuent d’œuvrer pour la paix et le juste développement de leur pays.


Nous confions entre les mains de sainte Guadalupe García Zavala tous les pauvres, les malades et tous ceux qui les assistent, et nous confions à son intercession la noble nation mexicaine, afin qu’elle bannisse toute forme de violence et d’insécurité, et avance toujours plus sur le chemin de la solidarité et de la coexistence fraternelle.


Je suis heureux de rappeler également qu’hier, à Rome, a été proclamé bienheureux le prêtre Luigi Novarese, fondateur du Centre des volontaires de la Souffrance et des Ouvriers silencieux de la Croix. Je m’unis à l’action de grâce pour ce prêtre exemplaire, qui a su renouveler la pastorale des malades en faisant d’eux des sujets actifs dans l’Église.

 

Je salue les participants à la « Marche pour la vie » qui a eu lieu ce matin à Rome et j’invite à maintenir vive l’attention de tous sur le thème si important du respect pour la vie humaine dès le moment de sa conception. À ce propos, j’ai plaisir à rappeler également la pétition qui se tient aujourd’hui dans de nombreuses paroisses italiennes, afin de soutenir l’initiative européenne « Un de nous », pour garantir une protection juridique à l’embryon, en protégeant chaque être humain dès le premier instant de son existence. Un moment spécial pour ceux qui ont à cœur la défense du caractère sacré de la vie sera la « Journée d’Evangelium vitæ », qui aura lieu ici au Vatican, dans le cadre de l’Année de la foi, les 15 et 16 juin prochains.


Je salue avec affection tous les groupes paroissiaux, les familles, les écoles, les jeunes présents. Avec un amour filial, nous nous tournons à présent vers la Vierge Marie, mère et modèle de tous les chrétiens.

Repost 0
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 09:11

philippe-airaud-cure.jpgLe nouveau curé de Parthenay, en Deux-Sèvres, a refusé que deux concerts habituels en faveur du Téléthon se tiennent dans les églises de Châtillon-sur-Thouet et Le Tallud.

 

«Je ne suis pas contre le Téléthon dans le principe, mais est-ce qu'aujourd'hui il y a encore un espace où on peut poser des questions ? La recherche, le progrès, la science, oui, mais pas à n'importe quel prix !», affirme le père Philippe Airaud.

 

Il pointe la recherche autour des cellules souches et «le tri que cela pourrait amener. Vous vous rendez compte qu'ainsi, 97 % des enfants trisomiques qui devraient naître, ne naissent pas ? Cela pourrait être une forme d'eugénisme».

 

Voir l'article de La Croix du 26 novembre 2012

 


Le Père Philippe Airaud rappelle l'importance du respect de la personne humaine, quelque soit sa condition physique et mentale. Je profite de cette chronique pour rappeler les travaux de la fondation Jérome Lejeune en faveur de la trisomie 21 et autres maladies génétiques. Cette fondation respecte pleinement la nature humaine. Pour ceux qui ne se sentent pas en phase avec le Téléthon mais qui sont désireux de participer à la recherche scientifique, iles peuvent s'adresser à la fondation Jérôme Lejeune.

 

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez visiter son site Internet : Jerome-Lejeune.jpg

En 1959, le Pr Jérôme Lejeune médecin et chercheur, a découvert l’origine génétique de la trisomie 21. A sa suite, la Fondation Jérôme Lejeune, reconnue d’utilité publique depuis 1996, agit pour les personnes atteintes de maladie génétique de l’intelligence (trisomie 21, Williams-Beuren, X-fragile, maladie du cri du chat, autres trisomies, monosomies, retards mentaux inexpliqués…).

 

Au service des malades et de leur famille, la Fondation Jérôme Lejeune poursuit trois objectifs : chercher, soigner, défendre.

 

- Chercher

1er financeur en France de la recherche sur les maladies génétiques de l’intelligence, la Fondation Jérôme Lejeune développe et coordonne les travaux de chercheurs et finance des programmes en France comme à l’étranger (financement représentant un budget global de 3 à 3,5 millions d’euros selon les années).

 

=> Vous êtes chercheur : comment demander un financement à la Fondation ?

Avec la collaboration volontaire de patients, une banque de données biologiques – le laboratoire BioJeL– a été mise en place : il permet à des chercheurs du monde entier de se procurer les matériaux génétiques nécessaires à l’avancée de leurs recherches.

 

- Soigner

L’Institut Jérôme Lejeune est l’organisme de la Fondation dédié au soin des malades. Ce centre de consultations médicales spécialisées prévient et traite en particulier les sur-handicaps affectant fréquemment les trisomiques 21. Au-delà du suivi médical proprement dit, d’autres spécialistes (psychologue, pédagogue, assistante sociale, etc.) accompagnent les malades pour faciliter leur insertion, notamment en milieu scolaire.

 

- Défendre

La Fondation Jérôme Lejeune défend la vie des personnes handicapées dès la conception.

 

Elle est donc vigilante aux questions de bioéthique : dans un contexte où l’accélération des progrès scientifiques pose à la société des interrogations fondamentales, la Fondation apporte son expérience d’accompagnement des malades et participe au débat scientifique et éthique.

 

Elle agit également auprès des responsables politiques, des médias et du grand public pour promouvoir la recherche thérapeutique, seul moyen de parvenir à traiter la déficience intellectuelle des malades et de les conduire à l’autonomie

 

Repost 0
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 19:56

Mardi 22 mai 2012

Veillé de prière pour la Vie, en la cathédrale Notre-Dame avec les évêques de la Région Ile-de-France – Diffusée sur KTO-TV

Homélie du cardinal André Vingt-Trois

Jn 6, 28-33

 

Frères et Sœurs,

 

Mgr 23«Que faut-il faire pour travailler aux œuvres de Dieu ?» (Jn 6,28). À différents moments de notre vie, chacune et chacun d’entre nous est amené à se poser cette question. Aujourd’hui, dans le temps que nous vivons, beaucoup de chrétiens se la posent avec perplexité, quelquefois avec une certaine angoisse. Ils nous la posent à nous, vos évêques, et nous demandent : «Que devons-nous faire ? Pouvez-vous nous dire ce qu’il faut faire, (et nous le ferons) ? Dites-nous ! Mobilisez-nous !»

 

«L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’Il a envoyé» (Jn 6,29). Cette réponse ne correspond pas du tout à la question posée. Pourquoi donc la foi au Christ, le fait de «croire en celui que Dieu a envoyé», serait-elle vraiment la réponse à ces interrogations ? Et quels signes le Seigneur va-t-il nous donner pour que nous puissions vérifier que telle est bien la solution, et pour que nous croyions en Lui ? Que va-t-il changer et retourner dans la situation présente pour que nous puissions être certains qu’Il est vraiment Celui qui seul peut dominer ce qui nous échappe ?

 

Dans le désert, Moïse a accompli des signes : il faisait descendre la manne pour permettre au peuple juif de survivre. Mais, même si c’est Moïse qui a intercédé pour que Dieu nourrisse son peuple, c’est bien Dieu lui-même qui a donné la manne, et pas Moïse ! C’est ce que Jésus rappelle aux juifs qui l’interrogent. De même, si nous pensons qu’il y a dans l’histoire des hommes, des peuples et des sociétés des résistances et des dynamismes destructeurs de vie et ancrés dans le cœur de l’être humain, ce n’est ni vous ni moi qui pouvons les supprimer. Ce n’est pas nous qui allons changer les cœurs de pierre en cœurs de chair.

 

Sommes-nous donc convaincus que le renouveau de l’existence humaine dépend de la mort et de la résurrection du Christ ? Sommes-nous convaincus que notre vie, que nous avons reçue et que nous essayons de conduire du mieux que nous pouvons est un don de Dieu lui-même, et pas simplement de ceux qui nous ont engendré ? Sommes-nous convaincus qu’il y a au cœur de l’existence de chaque homme et de chaque femme un mystère qui dépasse la simple tactique de l’action humaine ? Si nous ne le sommes pas, nous pourrons faire beaucoup de choses, mais nous ne changerons pas la réalité.

 

Voilà pourquoi, dans la défense de la vie à laquelle nous sommes tous attachés, nous, vos évêques, nous vous invitons, année après année, à cette démarche de foi. Nous savons que les véritables forces qui peuvent changer le monde viennent de l’acte de foi que nous posons, de la prière que nous faisons monter ce soir vers Dieu en action de grâce et en supplication, de la remise de nous-mêmes à la volonté de Dieu, de l’ouverture de notre vie et de notre cœur au service de nos frères.

 

Le changement du cœur de l’homme repose sur la possibilité offerte à la grâce de toucher la liberté de chacun. Mais si nous ne maitrisons pas cette rencontre mystérieuse, nous pouvons y contribuer, d’abord en implorant cette grâce pour nos frères et bien-sûr en l’accueillant dans notre propre vie. Il faut que nous comprenions bien que les mentalités n’évoluent pas simplement parce que l’on crie fort et parce que l’on répète des idées toutes faites, mais parce qu’il y a des hommes et des femmes qui sont profondément convaincus que la vie humaine révèle un mystère que nous ne possédons pas.

 

Toute l’ingéniosité humaine qui atteint aujourd’hui un si haut degré peut être mise au service de la vie pour réparer les accidents et améliorer notre existence, pourvu qu’elle ne s’érige pas elle-même en instrument de domination de la vie. De même, chacun et chacune d’entre-nous peut se mettre au service de ses frères par amour, ou utiliser ses talents et ses capacités pour maîtriser et dominer ses frères. L’intelligence humaine peut produire des fruits magnifiques au service de l’homme, et être source de vie. Elle peut aussi devenir facteur de mort. C’est pourtant la même intelligence et la même ingéniosité. La même grandeur de l’homme peut devenir noblesse du maître qui se met aux pieds de ses disciples pour se faire leur serviteur, ou ambition perverse du serviteur qui veut prendre la place du maître.

 

D’où vient notre vie ? Il ne faut pas nous tromper ! Que des gens qui ne connaissent pas Dieu, qui l’ont oublié ou se sont détournés de Lui puissent vivre comme s’ils étaient les maîtres de la vie, nous le comprenons. Mais il ne doit pas en être ainsi de ceux et celles qui font profession de croire en Dieu, source de toute vie, de ceux et celles qui croient au Christ, Sauveur du monde, pain vivant pour la vie du monde. Nous savons que chaque vie humaine est précieuse aux yeux de Dieu puisqu’il l’a acquise au prix de la vie du Fils unique. Offrons-nous donc généreusement pour rendre témoignage à la dignité de chaque existence humaine, de sa conception à son terme et au long de chacun de ses jours. Nous ne pouvons avoir un regard d’indifférence pour aucun être humain en ce monde. Ni envers ceux qui sont sans force, les nourrissons, les vieillards ou les malades en fin de vie. Ni non plus envers ceux qui sont pécheurs, coupables, et qui attendent miséricorde. Ni non plus, envers ceux qui sont différents de nous, étrangers, rejetés aux marges de notre société prospère, dans la pauvreté et parfois dans la misère. Aucune de ces existences ne peut être indifférente à nos yeux. C’est de l’amour même du Christ que nous vénérons l’enfant à naître, l’homme en passe de mourir, et chaque être humaine tout au long de sa vie.

 

Frères et sœurs, Dieu a nourri les Juifs au désert et ils sont morts (Jn 6, 49). Il nous donne le pain vivant dans la personne du Christ pour que nous ne mourions pas et pour que nous vivions. Il nous donne le pain vivant : « celui qui donne la vie au monde » (Jn 6, 33). Nous avons ce soir renouvelé cet acte de foi par l’intercession de Notre Dame. Nous voulons le prolonger dans notre prière, dans notre méditation personnelle, en nous mettant à la disposition de Dieu pour que sa vie porte du fruit. C’est pourquoi maintenant, ceux qui le désirent et s’y sentent appelés seront invités à faire un acte d’engagement devant Dieu pour se mettre au service de la vie des hommes. Malgré notre faiblesse nous voulons, par le don de l’Esprit, reconnaître l’Évangile de la vie, la Bonne Nouvelle de la vie. Nous demandons à Dieu qu’il nous soutienne dans les choix qui se présentent à nous pour ce service de la vie. Amen.

 

Ensuite, après un silence le Cardinal a repris :

Frères et sœurs, levons-nous et confions-nous au Seigneur, confions-Lui notre humanité et spécialement notre pays, confions-nous les uns et les autres à la puissance de Sa grâce.

 

Nous prononcerons tous ensemble la prière d’intercession et ceux qui le veulent diront, chacun à voix basse, la prière d’engagement. Ceux qui ne se sentent pas prêts ce soir, ceux qui ne souhaitent pas s’engager ainsi, qu’ils prient pour que les autres soient fidèles à ce qu’ils vont promettre.

 

Tous ensemble :

Dieu vivant, Dieu Père, Fils et Saint-Esprit, Tu es le Dieu des vivants et non le Dieu des morts.

 

Tu donnes aux hommes de s’engendrer les uns les autres mais aussi de s’aider à vivre et même de se rendre plus vivants les uns les autres.

 

La science et la technique ont acquis une capacité extraordinaire de comprendre les mécanismes de la vie et de les maîtriser.

 

Nous te prions, inspire aux hommes un profond respect de la vie humaine.

 

Inspire-nous comment nous aider les uns les autres à accueillir toute vie humaine comme un don.

 

Inspire aux médecins et aux chercheurs les voies de recherche utiles qui permettront de soigner les maladies les plus graves et de soulager la souffrance.

 

Inspire à nos responsables politiques et sociaux le courage et la lucidité de chercher le bien de tous, la liberté pour entendre la voix de la raison.

 

Surtout, inspire à tous d’aimer la vie. Donne à chacun d’apprendre à aimer y compris la fragilité de son corps. Donne à chacun de recueillir le fruit de chaque âge de la vie sans chercher à l’esquiver. Mets dans le cœur de tous la générosité nécessaire, la confiance mutuelle et le souci d’autrui pour entourer de respect et d’amour les commencements de la vie et de tendresse les grand dépouillements de la fin de la vie.

 

Nous, tes enfants, baptisés dans la mort et la résurrection de Jésus, nous Te demandons d’affermir en nous le respect de la vie humaine. Que Ton Esprit-Saint nous fortifie pour que nous sachions par nos actes de chaque jour, par notre manière de regarder les autres et de nous regarder nous-mêmes, témoigner de la beauté de la vie humaine à chacune de ses étapes.

 

Ceux qui le désirent poursuivent à voix basse :

Dieu très bon, me confiant à l’intercession de la Vierge Marie, porté dans la communion de ton Église, je m’engage à garder tes commandements. Je m’engage à mettre en œuvre l’Évangile de la vie en chacun de mes actes : par l’accueil inconditionnel de tout être humain, dès sa conception et jusqu’à sa mort ; par un regard sans concupiscence sur les autres ; par le respect du mariage tel que Tu en as fait le don aux hommes ; par l’attention à mes paroles et à mes gestes pour me garder de tout mépris ou jugement ; par le service des plus fragiles et la reconnaissance de leur haute dignité.

 

Je m’engage à un effort continu pour chercher à connaître et à comprendre le discernement de ton Église sur les pouvoirs que l’humanité acquiert et pour m’y conformer.

 

Seigneur, Dieu créateur et rédempteur, je connais ma faiblesse. Je te rends grâce pour le don de l’Esprit-Saint qui me permet de reconnaître l’Évangile de la vie. Que cet Esprit me soutienne dans les choix qui se présenteront à moi au long des années. Qu’Il m’aide à grandir dans la confiance dans le jugement de l’Église. Qu’Il transforme mon cœur de pierre en cœur de chair.

 

Tous ensemble

Sainte Vierge Marie, mère de Dieu, mère des croyants, mère de l’Église, toi qui as accueilli dans ta chair le Verbe de Dieu, toi qui as accompagné ton Fils jusqu’au pied de la croix, toi qui as reçu ses disciples comme s’ils étaient ton Fils, que ton intercession maternelle nous entoure toujours. Qu’elle nous soutienne dans les temps d’épreuve, qu’elle nous donne de goûter pleinement la joie en rendant grâce, qu’elle nous assure toujours du pardon à recevoir. Veille sur ceux et celles qui, aujourd’hui, sont devant des décisions délicates et qui se demandent où est le bien. Demande pour eux l’Esprit de lumière et de force. Prie pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.

 

Amen.

Repost 0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 19:58

Appel aux candidats à l’élection présidentielle

 Carton rouge à l'euthanasie - pétitionMesdames et Messieurs les candidats,

Nous constatons que certains candidats à l’élection présidentielle 2012 intègrent à leur programme la légalisation de l’euthanasie. C’est une grave menace pour la vie des citoyens les plus fragiles et pour la société tout entière. Cette menace est d’autant plus insidieuse que le mot euthanasie n’est pas toujours employé, alors que cette euthanasie serait possible pour des personnes qui ne sont même pas en fin de vie ou qui exprimeraient uniquement des « souffrances psychiques » !

La protection des personnes dépendantes ou gravement malades est un impératif humanitaire. Aucune loi ne devrait se permettre de transgresser cette exigence fondamentale de la démocratie. Par un vote historique, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe vient de le rappeler : «L’euthanasie, dans le sens de l’usage de procédés par action ou par omission permettant de provoquer intentionnellement la mort d’une personne dépendante dans l’intérêt allégué de celle-ci, doit toujours être interdite.» (Résolution du 25 janvier 2012)
 Aujourd’hui, nous vous demandons solennellement de vous engager dans un plan de prévention du suicide, d’aide aux personnes dépendantes, de développement des soins palliatifs et de lutte contre l’acharnement thérapeutique excluant explicitement toute pratique euthanasique.

Soigner n’est pas tuer : nous sommes décidés à ne pas voter pour un candidat qui persisterait à présenter l’euthanasie comme solution aux épreuves de la dépendance et de la fin de vie.

 

Repost 0
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 16:00

logo_collectif.jpgMadame, Monsieur,

 

La proposition 21* du programme de François Hollande vient de relancer le débat sur la légalisation de l'euthanasie dans l'espace public. Sa formulation, ambiguë, est déjà propice à toutes les interprétations: une nouvelle mobilisation s'impose.

Une fois encore, elle ne procède pas d’une revendication partisane. Chacun connait la diversité des convictions politiques, philosophiques ou religieuses qui nous animent le Collectif Plus digne la vie. Elles sont représentatives de l’ensemble des opinions de la société française.

 

Nous souhaitons vous associer à notre Appel pour la dignité de la personne, légalité et la solidarité en fin de vie. Cette initiative affirme à nouveau les principes fondateurs de non-abandon, de sollicitude et de fraternité dans les situations de grande vulnérabilité et de fin de vie, dans une période où ils semblent se retourner contre eux-mêmes.

Il est ainsi capital de rappeler les implications réelles de la légalisation de l'euthanasie sur le plan démocratique (place de la personne vulnérable, égalité d'accès aux soins, principe de fraternité) comme en termes de santé publique (à travers notamment les graves dérives observées dans les pays qui l’on légalisée).

En vous mobilisant et en faisant connaître cet Appel à vos amis et à votre entourage, vous affirmez avec nous des valeurs démocratiques qui fondent les termes de notre société.

 

Signer l'Appel pour la dignité de la personne, légalité et la solidarité en fin de vie

 

Bien sincèrement

 

L'équipe du Collectif Plus digne la vie

 

 

*Nous vous invitons à ce propos à consulter l'éditorial du site, Comment comprendre la proposition 21 du programme de François Hollande ?

 


Sur le même sujet voir la vidéo de KTO sur les manipulations médiatiques autours des personnes euthanasiées dont les médias ont fait grand cas :

 

 

KTO.jpg 

 

Repost 0

Q.C.M.

Q.C.M.KTO.jpg
Un jeu de connaissances auquel les téléspectateurs de toutes générations peuvent participer. Trois candidats viennent chaque semaine tenter de se qualifier pour la finale du mois. Ecriture, Histoire de l'Eglise, saints et témoins de la foi...l'occasion en cette année de la foi de tester - et d'enrichir ! - ses connaissances, en s'amusant, sous la conduite souriante de Charlie Clarck.

 

Cliquez sur le logo KTO pour accéder aux vidéo

 

 

Chapitres & Thèmes Du Blog

Option préférentielle

Aux yeux de l'Eglise, l'"option préférentielle pour les pauvres" n'est pas un simple slogan.
C'est un impératif évangélique auquel j'ai essayé de me conformer tout au long de ma vie et de mes missions.
[...] Il est difficile de parler des pauvres -et aux pauvres- si l'on ne se solidarise pas avec leur vie.

Cardinal Roger Etchegaray
J'ai senti battre le coeur du monde
p. 216