Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Page D'accueil, Contact

  • : Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • : Quelques réflexions de Djipi
  • Contact

Noël

 

 

Recherche

Dimanche prochaine avec MN Thabut

Cliquez sur la photo pour accéder

au commentaire de

Mme Marie Noelle Thabut

MN Thabut 03

On n'oblige pas le piéton...

Je me garderai bien de juger une personne.

Je me fais seulement l’écho de l’enseignement habituel de l’Eglise qui rappelle les principes fondamentaux capables d’éclairer la route de ses fidèles. En installant un lampadaire pour éclairer le trottoir, on n’oblige pas le piéton à marcher sur ce trottoir.

D'après une rubrique du Carême par Serviam
22 décembre 2016 4 22 /12 /décembre /2016 08:55
Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Avent - Noel 2016 Liturgie
commenter cet article
18 décembre 2016 7 18 /12 /décembre /2016 19:41

Avec l´Avent commence l´année liturgique 2016-2017 au cours de laquelle on lira l´Évangile de Matthieu. Comment est-il composé ? Quelle est sa théologie ? Quelles sont les différences avec les autres évangiles ? Voici les questions qui seront posées à nos deux invités, Odile Flichy, docteur en théologie, enseignant l´exégèse du nouveau testament au Centre Sèvres, facultés jésuites de Paris, et soeur Yara Matta de l´Institut catholique de Paris.

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Bible - Exégèse Liturgie
commenter cet article
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 09:13

La fête liturgique de la Croix glorieuse le 14 septembre est l'occasion pour La foi prise au mot de revenir sur ce mystère de la Croix. Pour nos contemporains, et même au sein du peuple des baptisés, cette Croix soulève de nombreuses questions allant parfois jusqu'au rejet.

 

Comment peut-on parler de Croix glorieuse alors qu'elle fut un instrument de supplice du Christ ?

 

Après un XXe siècle marqué par d'atroces génocides, n'est-il pas outrancier d'attribuer à la Croix un symbole d'espérance et de gloire ?

 

Sur ce sujet épineux, le père Marc Fassier, délégué diocésain à la formation du diocèse de Saint-Denis, nous fait entrer dans une compréhension positive et profonde de cette fête. Il est accompagné de Benoît Bourgine, professeur de théologie dogmatique à l'Université catholique de Louvain (Belgique).

 

Le regard pastoral et spirituel de l'un et l'approche théologique et pédagogique de l'autre, renouvellent la compréhension de cette fête liturgique.

 


Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Liturgie
commenter cet article
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 05:45
LA FOI PRISE AU MOT : Les Symboles
 Diffusé le 02/02/2014 / Durée 52 mn

 

 

Pourquoi plonge-t-on les enfants dans l'eau pour les baptiser ?

 

Pourquoi fait-on un grand feu à Pâques ?

 

Pourquoi un homme et une femme échangent-ils des anneaux (alliances) lorsqu'ils se marient ?

 

Pourquoi le prêtre se lave-t-il les mains avant la consécration.

 

Concernant les symboles, les questions sont nombreuses.

 

À l'occasion du partenariat avec la revue Arts sacrés, la Foi prise au mot propose de réfléchir à cette question du symbole pour mieux cerner cette réalité : qu'est-ce qu'un symbole ? Pourquoi fait-on usage de symbole ? Quelle place les symboles ont-ils dans le christianisme ?

 

 

Deux invités viennent apporter leur pierre de touche à ce thème : Ferrante Ferranti, photographe professionnel, et le frère Philippe Markiewicz, rédacteur en chef de la revue " Arts Sacrés ".

 


Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Liturgie
commenter cet article
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 06:31

 

 

Depuis plusieurs jours, est médiatisée l'information selon laquelle la prière du Notre Père changerait «immédiatement» dans la pratique des croyants.

 

Apportons les précisions suivantes : Il y a 17 ans, les conférences épiscopales francophones ont demandé de mettre en chantier une traduction intégrale de la Bible à usage liturgique. En effet, au lendemain du Concile, seuls les textes utilisés pour la Messe et les sacrements ont été traduits en français. Cette traduction post conciliaire méritait aussi une révision. La traduction, à paraître le 22 novembre prochain, est cette version intégrale et révisée. Parmi les modifications remarquables figure cette demande du Notre Père : «Et ne nous laisse pas entrer en tentation» qui remplace «Ne nous soumets pas à la tentation».

 

Rien ne change actuellement pour la prière du Notre Père, y compris à la Messe. Un changement pourra intervenir dans quelques années lorsqu'entrera en vigueur la nouvelle traduction du Missel Romain, qui est encore en chantier. 

 

Comme l'écrivait Saint Jacques : «Que nul, quand il est tenté, ne dise que sa tentation vient de Dieu». Communier à la prière du Christ de cette manière réjouira donc les croyants... le moment venu. 

 

L'intérêt journalistique pour le Notre Père est positivement révélateur du sens populaire de la principale prière des chrétiens. Mais la pendule des rédactions est un peu en avance sur celle des églises !

 

Mgr Bernard Podvin

 

Porte-parole des évêques de France

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Liturgie
commenter cet article
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 19:39

Chasuble rose le 3ème dimanche de l’Avent et le 4ème Dimanche de Carême

 Chasuble-rose.jpg

En ce 4ème Dimanche de Carême (Lætare), la Liturgie de l'Eglise utilise -comme pour le 3ème Dimanche de l'Avent (Gaudete)- la couleur rose, couleur de l'aurore, qui marque, au milieu des temps de pénitence, une pause où l'Eglise vise à mieux faire entrevoir la joie qu'elle prépare (Noël ou Pâques), à donner courage pour les dernières étapes à parcourir et à rendre grâce pour les œuvres déjà accomplies.

 

L'Introït magnifique et les chants de la Messe ne parlent que de joie et de consolation. L'Eglise toute entière se félicite du zèle de ses enfants avec lequel ils ont déjà parcouru la moitié de la Sainte Quarantaine.

 

« Joie, joie, joie, pleurs de joie » (Pascal) devant la peine en pensant à l'achèvement dans la gloire.

 

Introït de la Messe : « Laetáre, Ierúsalem, et convéntum fácite, omnes qui dilígitis eam; gaudéte cum laetítia, qui in tristítia fuístis, ut exsultétis, et satiémini ab ubéribus consolatiónis vestrae. Ps. Laetatus sum in his quae dicta sunt mihi : In domum Domini ibimus. Laetare… »

 

(« Réjouis-toi, Jérusalem, et vous tous qui l'aimez, rassemblez-vous ; unissez-vous à sa joie, vous qui avez été dans la tristesse; tressaillez d'allégresse, rassasiez-vous et soyez consolés dans ses délices. Je me suis réjoui dans cette parole qui m'a été dite : Nous irons dans la maison du Seigneur. Réjouis-toi… »)


 Laetare

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Liturgie
commenter cet article
1 novembre 2012 4 01 /11 /novembre /2012 06:40

La Toussaint et la fête des morts

http://www.liturgiecatholique.fr/La-Toussaint-et-la-fete-des-morts.html

 

03b Chasse 700Le 1er novembre, la fête de la Toussaint unit l’Église de la terre à l’Eglise du ciel qui partage la Sainteté de Dieu. Cette célébration nous relie non seulement à tous les saints canonisés, c’est-à-dire ceux dont l’Église assure, en engageant son autorité, qu’ils sont dans la Gloire de Dieu, mais aussi à ceux qui, en fait les plus nombreux, sont dans la béatitude divine. La Toussaint donne ainsi un avant-goût de la liturgie éternelle que la liturgie de la terre anticipe.

 

La Solennité de tous les saints semble liée, historiquement, à la dédicace de l’ancien temple romain du Panthéon par le pape Boniface IV au début du VIIe siècle. Originellement dédié à tous les dieux — c’est le sens du nom en grec — le Panthéon fut consacré à Marie et à tous les martyrs, auxquels on ajouta plus tard les confesseurs. L’anniversaire de la dédicace du Panthéon, et donc la fête de tous les saints, fut fixée d’abord au 13 mai, puis, en 835, au 1er novembre.

 

Le lendemain de la Toussaint, 2 novembre, l’Église catholique met tous les défunts au cœur de sa prière liturgique.

Vers l’an 1000, pour que la Toussaint garde précisément son caractère propre et qu’elle ne soit pas une journée des morts, Odilon, abbé de Cluny, impose à tous ses monastères la commémoration des défunts par une messe solennelle le 2 novembre. Cette fête liturgique est à la fois une journée de commémoration et une journée d’intercession ; on fait mémoire des défunts et on prie pour eux. On prie pour les défunts car ils ont besoin d’une purification pour être pleinement avec Dieu. Notre prière peut les aider dans leur épreuve de purification, en vertu de ce qu’on appelle "la communion des saints". La communion des saints, c’est la communion de vie qui existe entre nous et ceux qui nous ont précédés. Il y a, dans le Christ, mort et ressuscité, un lien mutuel et une solidarité entre les vivants et les morts.

 

La Toussaint et la fête des morts, à la fois séparées dans le calendrier liturgique et en même temps articulées par leur enchainement, manifestent, d’une part avec tous les saints et de l’autre avec tous les fidèles défunts, ce même Salut inauguré par le Christ mort et ressuscité.

 

Pour approfondir le thème de la Toussaint

Le culte des Saints, par Bernard Soudé

Les textes liturgiques de la messe de la Toussaint

Les textes liturgique de la messe du 2 novembre : Commémoration de tous les fidèles défunts

Pour une tombe chrétienne par fr. Patrick Prétot

Sur quelques difficultés actuelles au sujet de l’au-delà par Louis-Marie Chauvet

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Liturgie
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 16:35

La prière universelle quelques éléments de réflexions

Tirés de : http://viechretienne.catholique.org/prieres/prieres-universelles/21944-la-priere-universelle-pour-les-nuls

De http://www.union-sainte-cecile.org/hsjl2011/jlpdf/La%20priere_universelle.pdf

De ma formation au séminaire et de mon expérience.

 

 

 

Au service de la liturgie, l’art de la prière universelle est un art difficile et ardu. Bien souvent la bonne volonté est présente chez les auteurs de ces prières universelles dans nos communautés. Cette bonne volonté demande à être encouragée et développée.

 

 

 

Partant du constat que « ce que nous faisons en matière de prières universelles, c’est bien. Mais, comme toute chose, nous pouvons encore l’améliorer », j’ai entrepris une recherche sur internet et la documentation sur la liturgie que je dispose sur ce propos. Je livre ici, modestement et humblement, le fruit de cette réflexion.

 

 

 

Retroussons nos manches et formons-nous pour le service de nos frères.

 

 

 

* * * * * *

 

 

 

 

 

Dans cette rubrique nous verrons tour à tour :

1) Les cinq fonctions de la prière universelle

2) la mise en œuvre

        a) le lieu

        b) les intervenants

        c) le nombre d’intentions

3) la rédaction

        a) avant de rédiger

        b) quelques points à garder en tête

        c) comment rédiger la prière universelle

4) des écueils à éviter

5) L'équilibre entre l'intention et le refrain.

6) Les 3 éléments de la prière universelle

7) La place du diacre

 

 

* * * * * *

pu-2.jpg

 

La prière universelle a cinq fonctions :

1) Une fonction sacerdotale. "Dans la prière universelle, le peuple, exerçant sa fonction sacerdotale, supplie pour tous les hommes" (PGMR 69).

 

2) Une fonction d'actualisation. La prière universelle conclut la liturgie de la Parole.

 

3) Une fonction d'annonce. La prière transforme déjà les réalités concrètes de la vie et du monde.

 

4) Une fonction universelle. La prière des fidèles a pour fonction de leur faire saisir qu'ils ne prient pas d'abord pour eux ! La prière s'élargit à la mesure de l'Église universelle.

 

5) Une fonction à exercer. Parce que revenant aux fidèles, la prière est à faire, à rédiger !

 

 

Mise en oeuvre

Le lieu.

pu.jpgLa PGMR (présentation générale du missel romain) prévoit que la prière universelle se fasse "de l'ambon ou d'un autre lieu approprié" (PGMR 71).

Les intentions sont lues normalement à l’ambon. Depuis l’ambon, elles signifient qu’elles sont l’actualisation de la Parole de Dieu pour l’assemblée présente aujourd’hui, ici et maintenant.

 

Il sera opportun d’éviter le pupitre de l’animateur. Les mouvements des uns et des autres sont inappropriés à la beauté de la liturgie. Et le lieu, non approprié pour la prière universelle, annule et enlève, physiquement, le lien avec la Parole de Dieu que l’assemblée vient d’entendre.

 

Le ou les lecteurs s’avancent avant la prière, et y reste jusqu’au Amen qui suit l’oraison.

 

Les intervenants

- Le prêtre : il introduit et conclut.

- "Le diacre, le chantre ou un autre" (PGMR 71) se charge des intentions.

- L'assemblée participe "soit par une invocation commune, soit par une prière silencieuse".

 

 

Le nombre d'intentions.

Au nombre de 4 elles sont rédigées sur les thèmes suivants :

1) Pour les nécessités de l’Église universelle, le Pape, les Évêques, les prêtres, les diacres et toutes les catégories de fidèles, pour les missions, l’unité, les vocations, la liberté religieuse, etc.

2) Pour les affaires publiques et le salut du monde, le gouvernement (pourquoi pas des noms propres de temps à autre ?), la paix, la justice sociale, l’ordre et le bien-être matériel, etc.

3) Pour ceux qui souffrent - pauvreté, maladie, chômage, persécution, exil, prison ; pour les absents, les agonisants, ceux qui sont accablés par le travail, etc.

4) Pour la communauté locale (présents et absents), c’est à dire pour tous les événements et éléments qui concerne la vie commune : baptême, confirmation, profession de foi, mariage, ordination ; pour ses défunts en général et tous ses membres vivants, etc.

 

 

La rédaction des intentions.

Avant de rédiger les intentions de prières, il y a quelques étapes à vivre :

mains.jpg1) Tout d’abord se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu proposée par la liturgie. Il est inconcevable, c’est même un non-sens que de rédiger une prière universelle sans avoir lu et médité la Parole de Dieu proposée par la liturgie.

 

2) S’interroger sur la façon dont on reçoit cette Parole et la conversion qu’elle suppose.

 

3) S’interroger sur les personnes pour lesquelles on souhaite prier à la lumière de la Parole de Dieu et à l’écoute de la vie du monde.

 

 

Quelques points à garder en tête

1) Les intentions sont à la fois imprégnées des lectures bibliques et largement ouvertes à l'universalité de la prière. Cela permet de passer de la liturgie de la parole à la liturgie eucharistique.

 

2) Le rédacteur est au service de l’Eglise et de l’assemblée. Il s’oublie lui-même pour se mettre au service de la prière de ses frères et de ses sœurs. Ce n’est en aucun cas le lieu de libre expression où le rédacteur fait passer ses propres opinions ou ses propres revendications.

 

 

Comment rédiger la prière universelle ?

1) Les prières universelles des livrets de prières c’est bien

préparées par un membre de la communauté pour ses membres c’est mieux !

préparées par un groupe de membres de la communauté, c’est encore mieux.

J’ai relevé cette information sur Internet que je livre à votre méditation : « Les équipes liturgiques se réunissent […] il s'agit de rédiger ensemble les intentions de la prière universelle après avoir lu et médité les textes liturgiques […]».

 

2) Dieu ne fait pas à notre place, il est avec nous.

Une intention de prière dont la rédaction permet de conclure (in petto) par : « ça nous éviterait de le faire » est, par définition, mal rédigée.

Un des buts de la prière universelle, c’est de mobiliser chacun de ses membres et la communauté dans son ensemble.

Elle doit permettre à chacun de s’engager concrètement, simplement.

 

3) La prière universelle n’est pas l’occasion «de faire la morale», ni un exutoire pour se décharger des problèmes du monde et à l’occasion, rappeler à Dieu ce qu’il a à faire !

 

4) Les intentions de la prière universelle n’ont pas à évoquer des idées. Il s’agit de prier pour des personnes ou des groupes. Il est bon d’éviter les formulations trop vagues et extérieures (les guerres..). Pour le dire autrement, il est mieux de prier pour des personnes plutôt que pour des idées.

 

Les intentions doivent être :

1) Adaptées à l’assemblée présente,

2) Brèves pour être mémorisées par l’assemblée et nourrir sa prière pendant le temps qui suit, avec des mots simples et un langage percutant,

3) Les quatre intentions sont adressées à un même destinataire (Père, Fils ou Esprit) en lien avec le refrain.

4) des supplications vraiment universelles, pour cela éviter de prier à chaque intention «pour que nous… afin que.», mais préférer des formulations du type  «prions pour..., ou avec..., prions pour ceux...» qui invitent l’assemblée à se décentrer d’elle-même.

 

La prière universelle faire naître la prière de l’assemblée selon les intentions proposées.

 

Choisir, en lien avec les musiciens, le mode de prière de l’assemblée entre les intentions : choix d’un refrain adapté avec le corps de la prière, chanté ou non, bref et suppliant, silence plus ou moins prolongé, soutenu ou non par une mélodie.

 

 

Quelques écueils à Eviter :

Éviter de présenter Dieu comme le réparateur des pots cassés ou le Père Noël distributeur.outils.jpg

 

Eviter de s’attacher uniquement dans l’actualité, aux événements extraordinaires : le quotidien de l’Homme est fait de beaucoup de choses simples.

 

Eviter de faire de notre prière une continuelle lamentation déprimante : il s’agit de prier non seulement pour ce qui ne va pas, mais aussi pour que s’accomplissent dans le Christ les projets des hommes.

 

Eviter d’exprimer ses opinions ou ses revendications.

 

 

L'équilibre entre l'intention et le refrain.

Attention aux intentions et aux refrains trop longs.

 

L'accompagnement instrumental pour les intentions ne semble pas opportun.

 

Le silence. Il est bon qu'il y ait, même quand on utilise un refrain, un bref espace de silence propice à la méditation.

 

 

La Prière Universelle est structurée par 3 éléments :

1. Il y a d’abord ce que l’on appelle une monition pour d’une part inviter brièvement les fidèles à la prière et d’autre part leur en indiquer le sens propre et le rapport avec la liturgie du jour.

 

2. Puis il y a les intentions proposées par un ou plusieurs membres de la communauté.

Pour bien comprendre, la démarche de l’ensemble de ces intentions de prière est la suivante :

a) C’est le Corps du Christ qui a reçu mission d’annoncer au monde la bonne nouvelle de Jésus Christ. Aussi les chrétiens ne peuvent se rassembler sans demander à Dieu que l’Église, Corps du Christ, se construise et grandisse jusqu’à la pleine stature de celui qui en est la Tête et le Seigneur.

b) Le Corps du Christ est solidaire du monde et il ne peut s’en désintéresser dans sa prière. Et cela d’autant plus que le monde est le lieu même où doit se poursuivre l’œuvre de Rédemption et de Salut.

c) Tout ce qui est pauvreté doit devenir accueil de Dieu, tout ce qui est ténèbres doit être transfiguré par la lumière du Christ.

d) Et la communauté rassemblée pour chaque Eucharistie ne peut se soustraire à la mission qui lui incombe ; c’est pourquoi elle prie aussi pour sa propre conversion et pour que la force et la lumière lui soient données.

 

Le dernier élément étant la prière conclusive dite par le célébrant qui rassemble les intentions de l’assemblée et les présente au Père dans une oraison.

 

La Monition et la Prière conclusive sont proposées par le Missel Romain. Dans la pratique, il est bon de s’y référer. Toutes les improvisations que j’ai entendu sont bien souvent d’une médiocrité et d’une pauvreté spirituelle que le prêtre aurait été mieux inspiré de se référer au Missel Romain.

 

 

La place du diacre pour la prière universelle

 

PU-diacre.jpgEtant diacre, je ne peux m’empêcher de traiter ce point particulier. Ne serait-ce que par respect de la fonction diaconale et le respect des baptisés. Il est bon de pouvoir se situer là où le Christ nous appelle à son service, de pouvoir se situer là où le Christ nous appelle au service de nos frères.

 

 

 

Pour situer la place du diacre dans la liturgie et plus particulièrement dans la prière universelle, je fais appel à la Présentation Générale du Missel Romain. Au numéro 94, il est écrit : « Après le prêtre, le diacre, en vertu de l’ordination sacrée, occupe la première place parmi ceux qui exerce un ministère dans la célébration eucharistique. Depuis le temps mémorable des Apôtres, en effet, l’Ordre sacré du diaconat a été un grand honneur dans l’Eglise. Dans la messe, le diacre a son rôle propre : il annonce l’Evangile et parfois il prêche la parole de Dieu, il dit les intentions de la prière universelle, il seconde le prêtre en préparant l’autel et en accomplissant son service dans la célébration du sacrifice, il distribue aux fidèles l’Eucharistie, surtout sous l’espèce du vin, et il indique parfois aux peuples les gestes et attitudes à adopter. (PGMR 94).

 

 

 

La prière universelle est souvent considérée comme le prototype de la prière diaconale. En effet, le diacre, chargé de « nouer ensemble la parole, la charité et la liturgie » (1) et ayant connaissance des besoins de l’assemblée, exprime à Dieu et à l’assemblée les intentions de prière au nom même de cette assemblée. La prière universelle est le lieu liturgique le mieux adapté pour traduire cette prière.

 

 

 

 

Aussi, les intentions peuvent être rédigées de façon à permettre à chacun d’y avoir sa place. Pour modèle, la prière universelle de la Vigile Pascale est excellente. Le diacre invite l’assemblée à prier pour telle intention et un lecteur lit cette intention. De cette manière chacun remplis son rôle liturgique. Un exemple sera le bienvenu :

 

 

 

Après que le prêtre ait prononcé la monition, le diacre appelle à prier pour les nécessités de l’Eglise Universelle, le lecteur lit l’intention particulière. Et ainsi de suite.

 

 

La Commission Épiscopale de Liturgie et de Pastorale Sacramentelle souligne que « La présence d'un diacre dans une assemblée eucharistique n'est donc pas une question de solennité plus ou moins grande. Elle est requise à un titre beaucoup plus fondamental qui est celui de la spécificité de son ministère dans l'Eglise »(2). A l’assemblée de reconnaître la grâce que Dieu lui accorde par cette présence.

 

 

 

 

 

 


 

 

* * * * * *

 

 

 

Comme quoi, voyez-vous, préparer une prière universelle, ce n’est pas rien, ce n’est pas simple, mais c’est un moment tellement fort qu’il est important de ne pas le bâcler et de le vivre pleinement.

 

 

 

Nous sommes tous au service de la liturgie, de la beauté de la liturgie.

 

 

 

La liturgie porte davantage de fruits lorsqu’elle est belle.

 

 

 

Servir Dieu et nos frères en étant au service de la beauté, n’est-ce pas magnifique ?

 

 

 

La prière universelle est à aborder avec beaucoup d’humilité et sans précipitation.

 

 

 

Pour le service et la prière de nos frères.

 

 

 

* * * * * *

 

 

 

Pour approfondir le sujet :

 

L’art de célébrer la messe, présentation générale du missel romain, troisième édition typique 2002 (dit PGMR) ;

 

 

 

Le site http://www.union-sainte-cecile.org/hsjl2011/jlpdf/La%20priere_universelle.pdf présente un dossier complet et abondant.

 

 

 

Pour en savoir plus sur le diaconat dans l'Eucharistie : http://www.diaconat.cef.fr/Diacre_eucharistie.htm

 

 

 

 

 

Synthèse rédigée par Jean-Pierre Tellier- Diacre permanent Vincentien

 

26 octobre 2012

 

 


 

 

* * * * * *

 

 

 

NOTES

 

 

 

(1) « La charge que reçoit le diacre en son ordination est précisément de nouer ensemble la parole, la charité et la liturgie selon une logique spécifique, celle du service. Le point fort du diaconat est d'être le signe du Christ lui-même venu pour servir et non pour être servi. Là où est le service du frère en son besoin matériel ou spirituel, là doit se trouver le diacre » (H. Legrand, "Les ministres de l'Eglise locale" dans "Initiation à la pratique de la théologie", vol III, Paris, 1983, pp. 234-235)

 

 

 

(2) "Le rôle des diacres dans l'action liturgique", (fascicule I) Commission Épiscopale de Liturgie et de Pastorale Sacramentelle, février 1986

 

 

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Liturgie
commenter cet article
14 août 2012 2 14 /08 /août /2012 23:20
Catéchèse sur Marie
Diffusé le 14/08/2010 / sur KTO TV, Durée 45 mn
 
Catéchèse sur Marie par le Cardinal André Vingt-Trois. Cette catéchèse montre comment se mettre à l'école de Marie, mère de l'unité. Eclairé par l'Ecriture, l'Archevêque de Paris propose Marie comme guide spirituelle pour bâtir son unité intérieure, et l'unité de l'humanité.
 
A l'occasion de la Solennité de l'Assomption et du 150ème anniversaire de la statue Notre Dame de France, le diocèse et le sanctuaire du Puy-en-Velay accueille des milliers de pèlerins pour les festivités. Dans plusieurs églises de la ville, des catéchèses autour de Marie sont données par des évêques français.
 
Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Liturgie
commenter cet article
11 juin 2012 1 11 /06 /juin /2012 18:44
Eucharistie
Diffusé le 10/06/2012 / Durée 52 mn
 
Lorsque nous disons que l'« Eucharistie est la source et le sommet de toute vie chrétienne », de quoi parlons-nous ?
 
L'Eucharistie, venant du mot grec eukharistia signifie « action de grâce » : pourquoi rendre grâce ?
De quoi rendre grâce ?
Comment, deux millénaire après son institution, ce sacrifice reste toujours actuel ?
 
À l'occasion du 50e Congrès eucharistique qui se tiendra du 10 au 17 juin à Dublin, la Foi prise au mot vous propose de revenir sur les origines et la signification de l'Eucharistie et comment celle-ci incarne la présence du Christ.
 
Pour cela deux invités : Arnaud Join Lambert, Professeur de Théologie pastorale et de liturgie à l'Université Catholique de Louvain et l'abbé Pascal Desthieux auteur de «La messe je comprends tout ».
 
Une émission que tout liturgiste devrait regarder pour mieux être au service de la liturgie...
Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Liturgie
commenter cet article

Q.C.M.

Q.C.M.KTO.jpg
Un jeu de connaissances auquel les téléspectateurs de toutes générations peuvent participer. Trois candidats viennent chaque semaine tenter de se qualifier pour la finale du mois. Ecriture, Histoire de l'Eglise, saints et témoins de la foi...l'occasion en cette année de la foi de tester - et d'enrichir ! - ses connaissances, en s'amusant, sous la conduite souriante de Charlie Clarck.

 

Cliquez sur le logo KTO pour accéder aux vidéo

 

 

Chapitres & Thèmes Du Blog

Option préférentielle

Aux yeux de l'Eglise, l'"option préférentielle pour les pauvres" n'est pas un simple slogan.
C'est un impératif évangélique auquel j'ai essayé de me conformer tout au long de ma vie et de mes missions.
[...] Il est difficile de parler des pauvres -et aux pauvres- si l'on ne se solidarise pas avec leur vie.

Cardinal Roger Etchegaray
J'ai senti battre le coeur du monde
p. 216