Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Page D'accueil, Contact

  • : Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • : Quelques réflexions de Djipi
  • Contact

Noël

 

 

Recherche

Dimanche prochaine avec MN Thabut

Cliquez sur la photo pour accéder

au commentaire de

Mme Marie Noelle Thabut

MN Thabut 03

On n'oblige pas le piéton...

Je me garderai bien de juger une personne.

Je me fais seulement l’écho de l’enseignement habituel de l’Eglise qui rappelle les principes fondamentaux capables d’éclairer la route de ses fidèles. En installant un lampadaire pour éclairer le trottoir, on n’oblige pas le piéton à marcher sur ce trottoir.

D'après une rubrique du Carême par Serviam
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 08:45

Tobie 12:6-10 (traduction Bible de Jérusalem)

Faites connaître à tous les hommes les actions de Dieu

 

ange-Raphael.jpg6- Alors Raphaèl les prit tous les deux à l'écart, et il leur dit : "Bénissez Dieu, célébrez-le devant tous les vivants, pour le bien qu'il vous a fait. Bénissez et chantez son Nom. Faites connaître à tous les hommes les actions de Dieu comme elles le méritent, et ne vous lassez pas de le remercier. 7- Il convient de garder le secret du roi, tandis qu'il convient de révéler et de publier les œuvres de Dieu. Remerciez-le dignement. Faites ce qui est bien, et le malheur ne vous atteindra pas. 8- Mieux vaut la prière avec le jeûne, et l'aumône avec la justice, que la richesse avec l'iniquité. Mieux vaut pratiquer l'aumône, que thésauriser de l'or. 9- L'aumône sauve de la mort et elle purifie de tout péché. Ceux qui font l'aumône sont rassasiés de jours ; 10- ceux qui font le péché et le mal se font du tort à eux-mêmes.

 

ange-Raphael-1.jpg

 

Repost 0
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 06:49

hospices-beaune--5-Mt 25:32-46

Devant lui seront rassemblées toutes les nations, et il séparera les gens les uns des autres, tout comme le berger sépare les brebis des boucs. Il placera les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche. Alors le Roi dira à ceux de droite : "Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume qui vous a été préparé depuis la fondation du monde. Car j'ai eu faim et vous m'avez donné à manger, j'ai eu soif et vous m'avez donné à boire, j'étais un étranger et vous m'avez accueilli, nu et vous m'avez vêtu, malade et vous m'avez visité, prisonnier et vous êtes venus me voir. "

Alors les justes lui répondront : "Seigneur, quand nous est-il arrivé de te voir affamé et de te nourrir, assoiffé et de te désaltérer, étranger et de t'accueillir, nu et de te vêtir, malade ou prisonnier et de venir te voir ?"

Et le Roi leur fera cette réponse : "En vérité je vous le dis, dans la mesure où vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait. "

 

Alors il dira encore à ceux de gauche : "Allez loin de moi, maudits, dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et ses anges. Car j'ai eu faim et vous ne m'avez pas donné à manger, j'ai eu soif et vous ne m'avez pas donné à boire, j'étais un étranger et vous ne m'avez pas accueilli, nu et vous ne m'avez pas vêtu, malade et prisonnier et vous ne m'avez pas visité."

Alors ceux-ci lui demanderont à leur tour : "Seigneur, quand nous est-il arrivé de te voir affamé ou assoiffé, étranger ou nu, malade ou prisonnier, et de ne te point secourir ?"

Alors il leur répondra : "En vérité je vous le dis, dans la mesure où vous ne l'avez pas fait à l'un de ces plus petits, à moi non plus vous ne l'avez pas fait. "

Et ils s'en iront, ceux-ci à une peine éternelle, et les justes à une vie éternelle. "

 

 

Repost 0
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 18:07

chretien-blanc-heteroPremière lettre de saint Pierre Apôtre 4, 13-16

Mes bien-aimés

13 puisque vous communiez aux souffrances du Christ, réjouissez-vous, afin d'être dans la joie et l'allégresse quand sa gloire se révélera.

14 Si l'on vous insulte à cause du nom du Christ, heureux êtes-vous, puisque l'Esprit de gloire, l'Esprit de Dieu, repose sur vous.

15 Si l'on fait souffrir l'un de vous, que ce ne soit pas comme meurtrier, voleur, malfaiteur, ou comme dénonciateur.

16 Mais si c'est comme chrétien, qu'il n'ait pas de honte, et qu'il rende gloire à Dieu à cause de ce nom de chrétien.

 

 


Commentaire de Marie Noëlle Thabut :

 

Bien souvent, dans les Ecritures, c'est la fin du texte qui en donne la clé. Je vous rappelle cette dernière phrase : «C'est pourquoi l'on chante : Réveille-toi ô toi qui dors, relève-toi d'entre les morts, et le Christ t'illuminera» La formule d'introduction «c'est pourquoi l'on chante...» prouve bien que l'auteur n'invente pas le chant, il le cite. C'était certainement un (sinon le) cantique très habituel pour les cérémonies de baptême. «Réveille-toi ô toi qui dors, relève-toi d'entre les morts, et le Christ t'illuminera» était donc un cantique de nos premiers frères chrétiens ; ce qui, évidemment, ne peut pas nous laisser indifférents.

 

Si Pierre emploie le mot « chrétien », c'est parce qu'il écrit cette lettre longtemps déjà après la Résurrection du Christ.

 

Au tout début de l'Eglise, nous le savons par les Actes des Apôtres, les premiers disciples du Christ ne portaient pas encore ce nom ; ils étaient appelés «Nazôréens», à cause de Nazareth, bien sûr ; à vrai dire, de la part des Juifs qui refusaient de reconnaître en Jésus de Nazareth le Messie attendu par Israël, ce titre de Nazôréens était plutôt péjoratif. Un peu plus tard, au moment où Barnabé et Saül de Tarse (le futur saint Paul) accomplissaient leur mission à Antioche de Syrie, ce sont probablement des païens non convertis à l'Eglise chrétienne qui donnèrent aux disciples de Jésus le nom de Chrétiens, qui veut dire «du Christ, appartenant au Christ» (Ac 11,26).

 

Ce nouveau titre de Chrétien n'était pas non plus honorifique ! Les païens non convertis voyaient d'un mauvais œil le changement de vie radical qui s'opérait dans la communauté des baptisés. Voici ce que nous pouvons lire un peu plus tôt dans la lettre de Pierre : «Les païens trouvent étrange que vous ne couriez plus avec eux vers la même débauche effrénée et ils vous outragent.» (1 P 4,4) ; «Ils vous calomnient comme malfaiteurs.» (2,12).

 

Nous comprenons mieux, du coup, de quelles souffrances Pierre parle ici : «Si l'on fait souffrir l'un de vous... si c'est comme chrétien, qu'il n'ait pas de honte»... «Vous communiez aux souffrances du Christ ». Il entend par là la souffrance de l'incompréhension, de l'isolement, de la calomnie dont Jésus a été victime parce qu'il se démarquait de la classe dominante. Parce qu'il continuait à annoncer son message sans se laisser arrêter par quiconque... C'est cette fidélité qui lui a coûté la vie... A leur tour, les premiers chrétiens sont affrontés à la même hostilité ; alors il s'emploie à leur donner le courage de tenir bon en attendant des jours meilleurs, le jour où la gloire du Christ se révélera, comme il dit ; c'est-à-dire le jour où la vérité éclatera, le jour où Jésus viendra inaugurer son règne parmi les hommes.

 

Pierre va même plus loin : non seulement, il ne faut pas avoir honte, mais au contraire, le titre de chrétiens est à ses yeux, la plus haute dignité : « Réjouissez-vous », leur dit-il et rendez gloire à Dieu, à cause de ce nom de chrétien. Il est vrai que si le mot « chrétien » signifie « appartenant au Christ », alors, oui, c'est bien notre plus beau titre de fierté ! Bien au-delà de la fierté que nous tirons de notre naissance, de nos titres, de notre culture, de nos diplômes, de notre palmarès sportif, de notre beauté, de notre argent, de nos décorations...

 

Cette formule «Puisque vous communiez aux souffrances du Christ, réjouissez-vous...» ressemble de très près à l'une des béatitudes annoncées par Jésus : «Heureux êtes-vous lorsque l'on vous insulte, que l'on vous persécute et que l'on dit faussement contre vous toute sorte de mal à cause de moi. Soyez dans la joie et dans l'allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux» (Mt 5,11). Jésus, en disant cela, faisait son propre portrait. Désormais, Pierre applique ce portrait à ceux qui, à leur tour, portent le nom du Christ. Il emploie même le mot « communier» : «vous communiez aux souffrances du Christ» : ce qui veut dire : «réjouissez-vous, vous êtes intimement unis au Christ dans ces souffrances que vous subissez pour rester fidèles à son nom et à sa mission. Et parce que vous êtes unis à ses souffrances, vous serez également unis à sa gloire, le jour où la vérité éclatera.»

 

Il faut certainement rester très ferme sur un point : la souffrance n'est pas un but en soi ; le but, c'est le jour où sa gloire se révélera. Si la souffrance était un but en soi, Jésus n'aurait pas consacré sa vie publique à soulager, guérir, pardonner, relever, redonner courage, accueillir les exclus de toute sorte, et même ressusciter Lazare ou le fils d'une veuve... Si la souffrance était un but en soi, les prophètes n'auraient pas non plus annoncé maintes et maintes fois le jour de Dieu comme celui de toutes les guérisons et de toutes les libérations. Le but, ce n'est pas la souffrance, c'est d'être uni au Christ et à Dieu dans l'Esprit d'amour, quelles que soient les circonstances, heureuses ou malheureuses de notre vie.

 

Et Pierre indique un chemin pour aborder la circonstance très particulière qu'est la persécution pour le nom du Christ : ce chemin, c'est sa formule «Puisque vous communiez aux souffrances du Christ, réjouissez-vous...» que j'ai rapprochée des Béatitudes.

 

Une Béatitude, c'est à la fois une félicitation, une annonce et un encouragement ;

La félicitation, c'est quelque chose comme : «bravo... si on vous traite ainsi, c'est que vous ressemblez au Christ. Et donc, que vous êtes dignes de porter le nom de chrétiens ».

L'annonce, c'est «un jour viendra où le Christ sera reconnu par tous, et vous avec. Ce jour-là, on reconnaîtra que vous ne vous êtes pas trompés», et que le Christ non plus ne vous a pas trompés.

L'encouragement, c'est la suite logique de ce qui précède ; c'est «courage, tenez bon, vous avez choisi la bonne voie» ; et, d'ailleurs, si vous allez consulter la Bible de Chouraqui, vous verrez qu'il traduit « Bienheureux » par «en marche».

 


Pierre parle ici en connaissance de cause : s'il a commencé par renier son maître, c'est parce qu'il craignait d'être associé à ses souffrances ; mais après la Pentecôte, plus rien n'a pu l'arrêter dans sa tâche de prédicateur ; aux autorités qui lui interdisaient de parler de Jésus, il répondait simplement «Nous ne pouvons pas taire ce que nous avons vu et entendu» (Actes 4, 20). Et quand les menaces se sont concrétisées, le livre des Actes raconte qu'après avoir été battus de verges, «les apôtres quittèrent le Sanhédrin, tout heureux d'avoir été trouvés dignes de subir des outrages pour le Nom» (Actes 5,41).

 

Mais cela, Pierre n'a pu le faire qu'après la Pentecôte : il faut être rempli de l'Esprit de Jésus pour avoir le courage d'affronter la persécution en son nom et pour connaître cette joie mystérieuse d'être en communion avec lui, jusque dans la souffrance, cette joie que nul ne pourra nous ravir !

 

Pas étonnant que l'Eglise nous fasse entendre ce texte de Pierre en ce temps de redécouverte du rôle de l'Esprit Saint dans la vie de nos communautés.

 

 

Repost 0
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 10:08

zachee     •19 1 Jésus était entré dans Jéricho et traversait la ville.  2 Or il y avait là un homme du nom de Zachée, un homme fort riche qui était chef des collecteurs de l’impôt.  3 Il voulait absolument voir qui était Jésus, mais il ne le pouvait pas car il était de petite taille et il y avait beaucoup de monde.  4 Il courut donc en avant, là où il devait passer, et il monta sur un sycomore afin de le voir.

 

     5 Quand Jésus arriva à cet endroit, il leva les yeux et lui dit : “Zachée, dépêche-toi de descendre, car c’est chez toi que je dois m’arrêter aujourd’hui.”  6 Zachée aussitôt s’empressa de descendre, et c’est avec grande joie qu’il le reçut.

 

     7 Voyant cela, tous murmuraient et l’on disait : “Il s’est arrêté chez un pécheur de bonne condition !”  8 Zachee4Mais Zachée faisait le pas et disait au Seigneur : “Je vais donner aux pauvres la moitié de mes biens, Seigneur, et si j’ai extorqué quelque chose à quelqu’un, je vais rendre quatre fois plus.”  9 Jésus dit alors, pensant à lui : “Aujourd’hui le salut est entré dans cette maison ; n’est-il pas lui aussi fils d’Abraham ?  10 Le Fils de l’Homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu.”

 

Repost 0
1 janvier 2011 6 01 /01 /janvier /2011 11:57

LECTURES DU 11 NOVEMBRE 2011

 

1ère lecture : Fascinés par les beautés de la création, les idolâtres ne voient pas le Créateur (Sg 13, 1-9)

 

Lecture du livre de la Sagesse

Ils sont foncièrement insensés, tous ces hommes qui en sont venus à ignorer Dieu : à partir de ce qu'ils voient de bon, ils n'ont pas été capables de connaître Celui qui est ; en examinant ses œuvres, ils n'ont pas reconnu l'Artisan. Mais c'est le feu, le vent, la brise légère, la ronde des étoiles, la violence des flots, les luminaires du ciel, gouverneurs du monde, qu'ils ont regardés comme des dieux. S'ils les ont pris pour des dieux à cause de la beauté qui les a charmés, ils doivent savoir combien le Maître de ces choses leur est supérieur, car l'Auteur même de la beauté est leur créateur. Et s'ils les ont pris pour des dieux à cause de la puissance et de l'efficacité qui les ont frappés, ils doivent comprendre à partir de ces choses combien Celui qui les a faites est plus puissant. Car la grandeur et la beauté des créatures font, par analogie, découvrir leur Auteur. Et pourtant, ces hommes ne méritent qu'un blâme léger ; car ils ne s'égarent peut-être qu'en cherchant Dieu avec le désir de le trouver : ils poursuivent leur recherche en étant plongés au milieu de ses œuvres, et ils se laissent prendre aux apparences, car ce qui s'offre à leurs yeux est si beau ! Encore une fois, pourtant, ils ne sont pas excusables. S'ils ont poussé la science à un degré tel qu'ils sont capables d'avoir une idée sur le cours éternel des choses, comment n'ont-ils pas découvert plus vite Celui qui en est le Maître ?

 

Psaume : 18, 2-3, 4-5ab

R/ Les cieux proclament ta gloire, Seigneur.

Les cieux proclament la gloire de Dieu, l
e firmament raconte l'ouvrage de ses mains.
Le jour au jour en livre le récit
et la nuit à la nuit en donne connaissance.

Pas de paroles dans ce récit,
pas de voix qui s'entende ;
mais sur toute la terre en paraît le message
et la nouvelle, aux limites du monde.

 

Evangile : Le jour du Fils de l'homme (Lc 17, 26-35.37)

 

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Redressez-vous, levez la tête, car votre rédemption approche. Alléluia. (Lc 21, 28)

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Jésus disait à ses disciples : «Ce qui se passera dans les jours du Fils de l'homme ressemblera à ce qui est arrivé dans les jours de Noé. On mangeait, on buvait, on se mariait, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche. Puis le déluge arriva, qui les a tous fait mourir. Ce sera aussi comme dans les jours de Loth : on mangeait, on buvait, on achetait, on vendait, on plantait, on bâtissait ; mais le jour où Loth sortit de Sodome, Dieu fit tomber du ciel une pluie de feu et de soufre qui les a tous fait mourir ; il en sera de même le jour où le Fils de l'homme se révélera. Ce jour-là, celui qui sera sur sa terrasse, et qui aura ses affaires dans sa maison, qu'il ne descende pas pour les emporter ; et de même celui qui sera dans son champ, qu'il ne retourne pas en arrière. Rappelez-vous la femme de Loth. Qui cherchera à conserver sa vie la perdra. Et qui la perdra la sauvegardera. Je vous le dis : Cette nuit-là, deux personnes seront dans le même lit : l'une sera prise, l'autre laissée. Deux femmes seront ensemble en train de moudre du grain : l'une sera prise, l'autre laissée.» Les disciples lui demandèrent : «Où donc, Seigneur ?» Il leur répondit : «Là où il y a un corps, là aussi se rassembleront les vautours.»

 

Repost 0
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 09:02


PREMIERE LECTURE - Isaïe 5, 1 - 7

Je chanterai pour mon ami le chant du bien-aimé à sa vigne. Mon ami avait une vigne sur un coteau plantureux. Il en retourna la terre et en retira les pierres, pour y mettre un plant de qualité. Au milieu, il bâtit une tour de garde et creusa aussi un pressoir. Il en attendait de beaux raisins, mais elle en donna de mauvais. Et maintenant, habitants de Jérusalem, hommes de Juda, soyez donc juges entre moi et ma vigne ! Pouvais-je faire pour ma vigne plus que je n'ai fait ? J'attendais de beaux raisins, pourquoi en a-t-elle donné de mauvais ? Eh bien, je vais vous apprendre ce que je vais faire de ma vigne : enlever sa clôture pour qu'elle soit dévorée par les animaux, ouvrir une brèche dans son mur pour qu'elle soit piétinée. J'en ferai une pente désolée ; elle ne sera ni taillée ni sarclée, il y poussera des épines et des ronces ; J'interdirai aux nuages d'y faire tomber la pluie. La vigne du Seigneur de l'univers, c'est la maison d'Israël. Le plant qu'il chérissait, ce sont les hommes de Juda. Il en attendait le droit, et voici l'iniquité ; il en attendait la justice, et voici les cris de détresse.


 

 

PSAUME 79 (80),9-10,13-14,15-16a,19-20

La vigne que tu as prise à l'Egypte, tu la replantes en chassant des nations.

Tu déblaies le sol devant elle, tu l'enracines pour qu'elle emplisse le pays.

 

Pourquoi as-tu percé sa clôture ? Tous les passants y grappillent en chemin ;

le sanglier des forêts la ravage et les bêtes des champs la broutent;

 

Dieu de l'univers, reviens ! Du haut des cieux, regarde et vois : visite cette vigne, protège-là,

 celle qu'a plantée ta main puissante.

 

Jamais plus nous n'irons loin de toi : fais-nous vivre et invoquer ton nom !

Dieu de l'univers, fais-nous revenir ; que ton visage s'éclaire, et nous serons sauvés !

 


DEUXIEME LECTURE - Philippiens 4 ,6-9

Frères,

Ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, dans l'action de grâce priez et suppliez pour faire connaître à Dieu vos demandes. Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu'on peut imaginer, gardera votre cœur et votre intelligence dans le Christ Jésus. Enfin, mes frères, tout ce qui est vrai et noble, tout ce qui est juste et pur, tout ce qui est digne d'être aimé et honoré tout ce qui s'appelle vertu et qui mérite des éloges, tout cela, prenez-le à votre compte. Ce que vous avez appris et reçu, ce que vous avez vu et entendu de moi, mettez-le en pratique. Et le Dieu de la paix sera avec vous.


EVANGILE Matthieu 21,33-43

Jésus disait aux chefs des prêtres et aux pharisiens : «Ecoutez cette parabole : Un homme était propriétaire d'un domaine ; il planta une vigne, l'entoura d'une clôture, y creusa un pressoir et y bâtit une tour de garde. Puis il la donna en fermage à des vignerons, et partit en voyage. Quand arriva le moment de la vendange il envoya ses serviteurs auprès des vignerons pour se faire remettre le produit de la vigne. Mais les vignerons se saisirent des serviteurs, frappèrent l'un, tuèrent l'autre, lapidèrent le troisième. De nouveau, le propriétaire envoya d'autres serviteurs plus nombreux que les premiers ; mais ils furent traités de la même façon. Finalement, il leur envoya son fils, en se disant : Ils respecteront mon fils. Mais, voyant le fils, les vignerons se dirent entre eux : Voici l'héritier : allons-y ! Tuons-le, nous aurons l'héritage ! Ils se saisirent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent. Eh bien, quand le maître de la vigne viendra, que fera-t-il à ces vignerons ?» On lui répond : «Ces misérables, il les fera périr misérablement. Il donnera la vigne en fermage à d'autres vignerons, qui en remettront le produit en temps voulu». Jésus leur dit : «N'avez-vous jamais lu dans les Ecritures : La pierre qu'ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre angulaire. C'est là l'œuvre du Seigneur, une merveille sous nos yeux ! Aussi, je vous le dis : Le Royaume de Dieu vous sera enlevé pour être donné à un peuple qui lui fera produire son fruit.»

Repost 0
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 20:32

 Luc 24

 

1Le premier jour de la semaine, de grand matin, elles vinrent à la tombe en portant les aromates qu’elles avaient préparés. 2Elles trouvèrent la pierre roulée de devant le tombeau. 3Etant entrées, elles ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus. 4Or, comme elles en étaient déconcertées, voici que deux hommes se présentèrent à elles en vêtements éblouissants. 5Saisies de crainte, elles baissaient le visage vers la terre quand ils leur dirent : «Pourquoi cherchez-vous le vivant parmi les morts ? 6Il n’est pas ici, mais il est ressuscité. Rappelez-vous comment il vous a parlé quand il était encore en Galilée ; 7il disait : " Il faut que le Fils de l’homme soit livré aux mains des hommes pécheurs, qu’il soit crucifie et que le troisième jour il ressuscite"». 8Alors, elles se rappelèrent ses paroles ; 9elles revinrent du tombeau et rapportèrent tout cela aux Onze et à tous les autres. 10C’étaient Marie de Magdalena et Jeanne et Marie de Jacques ; leurs autres compagnes le disaient aussi aux apôtres. 11Aux yeux de ceux-ci ces paroles semblèrent un délire et ils ne croyaient pas ces femmes. 12Pierre cependant partit et courut au tombeau ; en se penchant, il ne vit que les bandelettes, et il s’en alla de son côté en s’étonnant de ce qui était arrivé.


13
Et voici que, ce même jour, deux d’entre eux se rendaient à un village du non d’Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem. 14Ils parlaient entre eux de tous ces événements. 15Or, comme ils parlaient et discutaient ensemble, Jésus lui-même les rejoignit et fit route avec eux ; 16mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.


17
Il leur dit : « Quels sont ces propos que vous échangez en marchant ? » Alors ils s’arrêtèrent, l’air sombre. 18L’un d’eux nomme Cléopas, lui répondit : « Tu es bien le seul à séjourner à Jérusalem qui n’ait pas appris ce qui s’y est passé ces jours-ci ! 19– Quoi donc ? » leur dit-il. Ils lui répondirent : « Ce qui concerne Jésus de Nazareth, qui fut un prophète puissant en action et en parole devant Dieu et devant tout le peuple : 20Comment nos grands prêtres et nos chefs l’ont livré pour être condamné a mort et l’ont crucifié ; 21et nous, nous espérions qu’il était celui qui allait délivrer Israël. Mais, en plus de tout cela, voici le troisième jour que ces faits se sont passés. 22Toutefois, quelques femmes qui sont des nôtres nous ont bouleversés : s’étant rendues de grand matin au tombeau 23et n’ayant pas trouvé son corps, elles sont venues dire qu’elles ont même eu la vision d’anges qui le déclarent vivant. 24Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau et ce qu’ils ont trouvé était conforme a ce que les femmes avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu ».


25
Et lui leur dit : « Esprits sans intelligence, cœurs lents a croire tout ce qu’ont déclaré les prophètes ! 26Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? » 27Et, commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliqua tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les Ecritures ce qui le concernait.


28
Ils approchèrent du village où ils se rendaient, et lui fit mine d’aller plus loin. 29Ils le pressèrent en disant : « Reste avec nous car le soir vient et la journée déjà est avancée ». Et il entra pour rester avec eux. 30Or, quand il se fut mis à table avec eux, il prit le pain, prononça la bénédiction, le rompit et le leur donna. 31Alors leurs yeux s’ouvrirent et ils le reconnurent, puis il leur devint invisible. 32Et ils se dirent l’un a l’autre : « Notre cœur ne brûlait-il pas en nous tandis qu’il nous parlait en chemin et nous ouvrait les Ecritures » ?

33A l’instant même, ils partirent et retournèrent à Jérusalem ; ils trouvèrent réunis les Onze et leurs compagnons, 34qui leur dirent : « C’est bien vrai ! Le Seigneur est ressuscité, et il est apparu à Simon ».


35
Et eux, racontèrent ce qui s’était passé sur la route et comment ils l’avaient reconnu à la fraction du pain.


36
Comme ils parlaient ainsi, Jésus fut présent au milieu d’eux et il leur dit : « La paix soit avec vous ». 37Effrayés et remplis de crainte, ils pensaient voir un esprit. 38Et il leur dit : « Quel est ce trouble et pourquoi ces objections s’élèvent-elles dans vos cœurs ? 39Regardez mes mains et mes pieds : C’est bien moi. Touchez-moi, regardez ; un esprit n’a ni chair, ni os, comme vous voyez que j’en ai ». 40A ces mots, il leur montra ses mains et ses pieds. 41Comme, sous l’effet de la joie, ils restaient encore incrédules et comme ils s’étonnaient, il leur dit : « Avez-vous ici de quoi manger » ? 42Ils lui offrirent un morceau de poisson grillé ; il le prit et mangea sous leurs yeux.

44Puis il leur dit : « Voici les paroles que je vous ai adressées quand j’étais encore avec vous : il faut que s’accomplisse tout ce qui a été écrit de moi dans la Loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes ». 45Alors il leur ouvrit l’intelligence pour comprendre les Ecritures, 46et il leur dit : « C’est comme il a été écrit : le Christ souffrira et ressuscitera des morts le troisième jour, 47et on prêchera en son nom la conversion et le pardon des péchés à toutes les nations, à commencer par Jérusalem. 48C’est vous qui en êtes les témoins. 49Et moi, je vais envoyer sur vous ce que mon Père a promis. Pour vous, demeurez dans la ville jusqu'à ce que vous soyez, d’en haut, revêtus de puissance ».


50
Puis il les emmena jusque vers Béthanie et, levant les mains, il les bénit. 51Or, comme il les bénissait, il se sépara d’eux et fut emporté au ciel. 52Eux, après s’être prosternés devant lui, retournèrent a Jérusalem pleins de joie, 53et ils étaient sans cesse dans le Temple à bénir Dieu.

 


Traduction œcuménique de la Bible (TOB)

Repost 0
31 mai 2009 7 31 /05 /mai /2009 08:14

L’Esprit de la Pentecôte, Ac 2,1-21

 

2 1 Lorsque arriva la fête de la Pentecôte, ils étaient tous réunis.  2 Un bruit soudain se fit entendre dans le ciel, comme une violente rafale, et il remplit toute la maison où ils se trouvaient.  3 Ils virent comme un feu qui se divisait, et sur chacun d’eux se posait une des langues de ce feu.  4 Tous furent remplis de l’Esprit Saint et ils se mirent à parler en d’autres langues dans lesquelles l’Esprit leur donnait de s’exprimer.

 

5 Il y avait alors à Jérusalem des Juifs de passage, des croyants venus de toutes les nations qui sont sous le ciel.  6 Et ces gens, quel que soit leur dialecte, les entendirent s’exprimer dans leur propre langue, car le bruit qui s’était produit avait attiré la foule. Ils n’en revenaient pas !

 

7 Ils étaient stupéfaits, étonnés : “Ce sont tous des Galiléens, disaient-ils, et voyez comme ils parlent !  8 Chacun de nous les entend s’exprimer dans sa propre langue.  9 Que nous soyons Parthes ou Mèdes ou Élamites, habitants de Mésopotamie, de Judée ou de Cappadoce, du Pont et de l’Asie,  10 de Phrygie et de Pamphylie, d’Égypte ou de la Libye en allant sur Cyrène,  11 que nous soyons des Juifs installés à Rome ou des prosélytes, des Crétois ou des Arabes, nous les entendons proclamer dans nos diverses langues les merveilles de Dieu !”

 

12 Ils étaient tous stupéfaits et se demandaient les uns aux autres ce que cela signifiait.  13 Certains répondaient en riant : “Ils ont simplement bu plus que leur compte.”

 

14 C’est alors que Pierre s’avança et prit la parole ; les Onze étaient avec lui. Il leur cria : “Écoutez donc, amis juifs et vous tous qui êtes de passage à Jérusalem, j’ai quelque chose à vous apprendre.  15 Ne pensez pas que nous avons bu : il n’est encore que neuf heures du matin.  16 C’est simplement ce qu’avait annoncé le prophète Joël :

 

17 Dans les derniers jours, dit Dieu, voici ce qui aura lieu : je communiquerai mon Esprit aux humains, quels qu’ils soient. Vos fils et vos filles prophétiseront, vos jeunes auront des visions, et vos vieillards des révélations en songes.  18 Même sur mes serviteurs, sur mes servantes, je répandrai mon Esprit en ces jours-là et ils prophétiseront.

 

19 Je réaliserai des prodiges là-haut dans le ciel et des signes ici-bas sur la terre : sang et feu et nuée ardente.  20 Le soleil se changera en ténèbres et la lune en sang avant la venue du grand jour du Seigneur.

 

21 Alors sera sauvé, quel qu’il soit, celui qui invoquera le Nom du Seigneur.

   

Traduction : la Bible des Peuples

 

La Pentecôte sur Wikipedia

Repost 0
4 avril 2009 6 04 /04 /avril /2009 15:30


Traiter pareillement les riches et les pauvres
Epître de Saint Jacques, chapitre 2, versets 1 à 13

 

Frères, il ne faut plus de favoritisme si vous avez la foi qui vient de Jésus Christ, notre Seigneur de Gloire.

Je suppose qu’un homme bien habillé entre dans votre salle et il a même une bague en or. Un pauvre entre aussi avec des habits tachés. Et alors tous vos regards sont pour l’homme bien habillé et vous lui dites : “Prends donc cette bonne place.” Quant au pauvre, vous lui dites : “Assieds-toi ici, au bas de l’estrade.”

Dites-moi : Vous faites bien une différence ! Et vous jugez à partir de critères pitoyables.Écoutez, frères bien-aimés : Dieu a choisi les pauvres de ce monde, faisant d’eux les riches de la foi et les héritiers du royaume qu’il promet à ceux qui l’aiment. Alors, c’est vous qui méprisez le pauvre ? Pourtant ce sont les riches qui vous écrasent et qui vous traînent devant les tribunaux ; ce sont eux qui insultent le Nom merveilleux qu’on a fait descendre sur vous.

Vous faites bien quand vous suivez la loi royale selon ce qui est écrit : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Mais si vous faites des différences entre les personnes, vous commettez un péché et la Loi vous dénonce comme des coupables.

Si on observe toute la Loi sauf un commandement où on faute, on se verra accuser par tous les autres commandements. Car celui qui a dit : Tu ne commettras pas d’adultère a dit aussi : Tu ne tueras pas. Et si tu tues mais ne commets pas l’adultère, c’est assez pour violer la Loi.

Donc parlez et agissez en sachant qu’on vous jugera d’après la loi de liberté. Le jugement sera sans pitié pour ceux qui n’ont pas fait miséricorde, alors que la miséricorde n’a rien à craindre du jugement.


(Traduction La Bible des Peuples)

Repost 0
27 février 2009 5 27 /02 /février /2009 10:26
Evangile selon Saint Matthieu (6,1-8) :

“Évitez de faire vos bonnes actions devant les gens de telle façon qu’ils vous remarquent. Car alors vous n’avez pas de récompense à attendre de votre Père des Cieux.

Donc, si tu donnes aux pauvres, ne fais pas sonner la trompette devant toi ; n’imite pas ceux qui jouent la comédie dans les synagogues et dans les rues, et qui veulent que les gens les admirent. En vérité, je vous le dis, ils ont déjà leur récompense.

Pour toi, par contre, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite quand elle donne aux pauvres ; ainsi ton aumône restera chose secrète, et ton Père qui voit dans le secret te le rendra.

Quand vous priez, n’imitez pas ceux qui jouent la comédie. Ils aiment se planter en prière dans les synagogues, ou à l’angle de la place, pour que les gens les remarquent. En vérité, je vous le dis, ils ont déjà leur récompense.

Toi, au contraire, quand tu veux prier, entre dans ta chambre et ferme la porte afin de prier ton Père qui est là dans le secret ; et ton Père qui voit dans le secret te le rendra.

Quand vous priez, pas de discours interminables comme en font les païens : ils croient qu’à force de parler ils seront entendus.

Ne leur ressemblez pas. Pensez-y : avant même que vous ne demandiez, votre Père sait de quoi vous avez besoin.”

Traduction La Bible des Peuples
Repost 0

Q.C.M.

Q.C.M.KTO.jpg
Un jeu de connaissances auquel les téléspectateurs de toutes générations peuvent participer. Trois candidats viennent chaque semaine tenter de se qualifier pour la finale du mois. Ecriture, Histoire de l'Eglise, saints et témoins de la foi...l'occasion en cette année de la foi de tester - et d'enrichir ! - ses connaissances, en s'amusant, sous la conduite souriante de Charlie Clarck.

 

Cliquez sur le logo KTO pour accéder aux vidéo

 

 

Chapitres & Thèmes Du Blog

Option préférentielle

Aux yeux de l'Eglise, l'"option préférentielle pour les pauvres" n'est pas un simple slogan.
C'est un impératif évangélique auquel j'ai essayé de me conformer tout au long de ma vie et de mes missions.
[...] Il est difficile de parler des pauvres -et aux pauvres- si l'on ne se solidarise pas avec leur vie.

Cardinal Roger Etchegaray
J'ai senti battre le coeur du monde
p. 216