Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Page D'accueil, Contact

  • : Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • : Quelques réflexions de Djipi
  • Contact

Noël

 

 

Recherche

Dimanche prochaine avec MN Thabut

Cliquez sur la photo pour accéder

au commentaire de

Mme Marie Noelle Thabut

MN Thabut 03

On n'oblige pas le piéton...

Je me garderai bien de juger une personne.

Je me fais seulement l’écho de l’enseignement habituel de l’Eglise qui rappelle les principes fondamentaux capables d’éclairer la route de ses fidèles. En installant un lampadaire pour éclairer le trottoir, on n’oblige pas le piéton à marcher sur ce trottoir.

D'après une rubrique du Carême par Serviam
21 décembre 2016 3 21 /12 /décembre /2016 16:42

Ce Noël les scènes de la nativité pourront être installées dans des bâtiments publics ? Oui, mais à certaines conditions. C´est un résumé que qui a recommandé le vendredi 21 octobre 2016 le rapporteur public du Conseil d'État, Aurélie Bretonneau.

Il faut donc que l´installation de la crèche de Noël soit "temporaire", qu'elle ne soit pas accompagnée par des manifestations de "prosélytisme religieux" et qu'elle revête le "caractère d'une manifestation culturelle ou au moins festive".

Des recommandations qui n´effacent pas tous les doutes sur la discipline à adopter pour ces installations. Par exemple, les crèches des Noël pourront continuer à être éventuellement installées aussi dans ces régions où il n´y a pas des traditions culturelles particulières, comme par exemple celle des santons de Provence ? Les administrations publiques souhaitant installer une crèche de Noël, ne décideront pas finalement de renoncer ?

KTO a demandé l´avis de Nicolas Cadène, Rapporteur général de l´Observatoire de la laïcité.

Repost 0
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 18:02
Repost 0
13 décembre 2015 7 13 /12 /décembre /2015 19:57
Noël, le tribunal et la crèche

Voici un texte reçu par mail ce jour. Excellent

Noël, le tribunal et la crèche

Cher monsieur le tribunal,

 

J'ai pris connaissance il y a quelques jours de votre décision d'interdire la crèche de Noël traditionnellement installée dans le hall du Conseil Général de la Vendée.

Quelle mouche vous a donc piqué ?
 

Vous avez fait des études je suppose. Peut-être savez vous donc que Noël vient du latin " Natalis" qui veut dire Naissance. Alors je vais vous livrer un secret que vous voudrez bien transmettre à vos confrères qui peut-être nagent avec complaisance dans la même ignorance que vous. La naissance dont-il est question est celle d'un certain Jésus de Nazareth né il y a un peu plus de 2000 ans. je dis ça parce qu'étant donné que vous n'avez pas interdit les illuminations de Noël, je suppose que vous ignoriez ce détail. Voyez-vous, Noel n'est pas l'anniversaire de la naissance du Père Noel ( je suis désolé si je casse ici une croyance ancrée en vous ) mais bien celle de ce Jésus. Interdire une crèche sans interdire toute manifestation publique de cette fête est aussi stupide que si vous autorisiez la fête de l'andouillette tout en interdisant la consommation d'andouillette le jour de la fête de l'andouillette.

La crèche c'est ce qu'on appelle une tradition. Et ne me faites pas croire, Monsieur le Tribunal, que le principe de la tradition vous est étranger. Sinon comment expliquer que les magistrats exercent leur métier dans un costume aussi ridicule si ce n'est parce qu'il est le fruit d'une tradition ?
 

Vous êtes un briseur de rêves Monsieur, vous êtes un étouffeur de sens. La crèche c'est Noël et Noël c'est la crèche. La crèche c'est aussi l'histoire d'une famille qui faute de droit opposable au logement est venue se réfugier dans une étable. C'est un signe d'espoir pour tous les sans logement. La crèche c'est aussi un roi arabe et un autre africain qui viennent visiter un juif. C'est un signe d'espérance et de paix en ces temps de choc de civilisations et de conflit au Moyen Orient. La crèche c'est aussi des éleveurs criant de joie et chantant dans une nuit de décembre. Connaissez vous beaucoup d'agriculteurs qui rigolent en cette période de crise? La crèche c'est un boeuf, symbole de la condition laborieuse de l'homme. Enfin, la crèche, c'est un âne, même si une rumeur court disant que cet âne a quitté la crèche en 2013 pour rejoindre le Tribunal administratif de Nantes et ne semble pas en être revenu.
 

Malgré le fait que vous allez sans doute, par souci de cohérence, vous rendre à votre travail le 25 décembre, je vous prie de croire, Monsieur le Tribunal, à l'expression de mes souhaits de bon et joyeux Noël.

 

 

Noël SANTON.

Repost 0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 18:13

LE PAPE FRANCOIS AU SRI LANKA ET AUX PHILIPPINES

Conférence de presse en vol vers Manille

Diffusé le 15/01/2015 sur KTO Durée 3 mn

 

 

Au cours du vol du Sri Lanka à Manille, le pape François a tenu une conférence de presse ce jeudi 15 janvier 2015. Retour sur ses propos, notamment sur la liberté d'expression en lien avec le contexte Français et l'attaque du journal Charlie Hebdo. L'avion a atterri à Manille en fin de journée.

 

 

 

 

 

 

On ne peut tourner la foi des autres en dérision », a-t-il déclaré, à propos des attentats à Paris.

Interrogé par des journalistes français, dans le vol le menant aux Philippines, sur la façon de concilier la liberté d’expression et la liberté religieuse, le pape François a expliqué les conditions d’exercice de ces deux « droits fondamentaux » et leurs « limites ». En référence aux attentats terroristes commis à Paris contre Charlie Hebdo, il a estimé que la liberté d’expression était « un droit, une obligation » mais « sans offenser », regrettant une mentalité qui considère les religions comme « une sous-culture ».

 

COMBIEN DE GUERRES DE RELIGION AVONS-NOUS EU ?

Dans une longue réponse en trois temps, le pape a d’abord rappelé que pratiquer sa religion ne devait pas conduire à violenter l’autre, à « offenser délibérément ». « Il ne faut pas faire la guerre au nom de Dieu. Combien de guerres de religion avons-nous eu? », a-t-il déclaré, rappelant à son auditoire français « la nuit de la Saint-Barthélemy »: « Comment pouvons-nous comprendre cela? » « Tuer au nom de Dieu est une aberration », a-t-il insisté. Le pape François avait déjà condamné les attentats de Paris, dédiant notamment sa messe matinale aux victimes au lendemain des événements.

 

Abordant ensuite la liberté d’expression, il a estimé sans détour que pouvoir « dire ce que l’on pense est une obligation »: « Si un député ou sénateur ne dit pas ce quil pense, ce quil considère comme la juste voie, il ne sert pas le bien commun ». « Nous avons l’obligation de parler ouvertement », a repris celui qui avait voulu au dernier Synode des évêques que la parole y soit libre.

 

CHAQUE RELIGION A SA DIGNITÉ

Pour autant, cette « obligation » d’expression doit s’exercer « sans offenser »: « Il y a des limites ». « Si un grand ami dit du mal de ma mère, il doit sattendre à recevoir un coup de poing! », a-t-il donné deux fois en exemple. « On ne peut provoquer, on ne peut insulter la foi des autres, on ne peut la tourner en dérision », a-t-il martelé: « Chaque religion, qui respecte la personne humaine, a sa dignité ».

 

Sans jamais citer Charlie Hebdo, le pape a observé, en référence à un discours de son prédécesseur Benoît XVI, l’existence d’une « mentalité post-positiviste, qui porte à croire que les religions sont une sorte de sous-culture, qu’elles sont tolérées mais sont peu de chose ». « Cela est un héritage des Lumières », a-t-il poursuivi: « Il y a tant de gens qui parlent mal des autres religions, les tournent en dérision, font de la religion des autres un jouet. Ce sont des gens qui provoquent ».

 

UN MESSAGE CENTRÉ SUR LES PAUVRES

Au cours de cette même conférence de presse, le pape a traité d’autres sujets. Se préparant à atterrir aux Philippines, seconde étape de son voyage asiatique, il a indiqué que le message central en serait « les pauvres »: « Les pauvres qui veulent aller de lavant, qui ont souffert et souffrent encore, les pauvres qui ont la foi, l’espérance ». Il a évoqué notamment les familles éclatées en raison de l’émigration pour travailler. Il a également cité le sort des enfants exploités comme esclaves, y compris sexuellement.

 

Alors qu’il doit, au cours de ce séjour, se rendre sur les lieux dévastés par le typhon Haiyan de novembre 2013, il a dénoncé la surexploitation des ressources naturelles, en particulier la « déforestation » et le recours intensif aux « monocultures », citant l’exemple du soja en Argentine.

 

UNE ENCYCLIQUE PUBLIÉE EN JUIN OU JUILLET

Énumérant, à ce sujet, les étapes de la préparation de son encyclique sur l’écologie humaine, il a estimé que la rédaction en serait achevée « fin mars » mais que les traductions pousseraient à une publication pour « juin ou juillet ». Une date en amont de la conférence intergouvernementale sur le climat prévue à la fin de cette année à Paris, a-t-il rappelé, espérant qu’à cette occasion « les dirigeants seront courageux pour aller plus loin », après la déception du dernier sommet sur le sujet à Lima (Pérou), en décembre dernier.

Interrogé aussi sur sa propre sécurité et celle des foules l’approchant, le pape a reconnu que le sujet le préoccupait, ajoutant en souriant: « Mais jai une dose dinconscience ». Il a souhaité quon « ne (lui) fasse pas mal »: « Je ne suis pas courageux face à la douleur ».

 

Repost 0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 14:46

femen-non-merci.jpg

Ne nous laissons pas imposer ce timbre !

Ne nous laissons pas violer nos consciences !

REFUSONS D'UTILISER CE TIMBRE !

Quelques idées et petits trucs pour éviter ce timbre :

1) Refuser d'acheter ces timbres à La Poste. Demandez des "timbres de collections" ou des "beaux timbres". Ils ne coûtent pas plus cher que ces timbres "Hollande" (je dis "Hollande" pour ne pas utiliser le terme "Femen" et pour bien souligner que c'est bien le président qui nous impose ce timbre). 

2) Si le postier ne dispose pas de ces timbres de collections, (ce qui peut sembler étonnant), demandez des vignettes ordinateurs...

3) Si par malheurs vous avez de ces timbres "Hollande", ne les collez pas verticalement mais horizontalement ("tête en bas" pourrait être injurieux pour le destinataire). En le collant horizontalement, vous montrerez que vous n'êtes pas d'accord avec ce choix.

4) Si la Poste de votre commune ne dispose pas de timbres de collections, achetez vos timbres via Internet sur le site de La Poste en cliquant ici

 Si vous avez d'autres idées ou d'autres solutions pour éviter ces timbres, vous pouvez m'envoyer un mail ou un commentaire, je me ferai un plaisir de le publier sur mon blog.

 

Repost 0
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 15:41

En espérant que la République ne vivra pas la laïcité que quand ça l'arrange.

 

Espérons également que l'invitation de Monseigneur Di Falco soit entendue...

 



Repost 0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 18:32

A l'heure où le ministre de l'éducation nationale met en place une charte de la laïcité dans les établissements scolaires publics, il est bon de se rappeler le but poursuit par cet homme :


Pour mémoire, voici le but rappelé par Vincent Peillon : "il faut être capable d'arracher l'élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel, pour après faire un choix".

Je laisse à votre appréciation la violence de ses termes, en particulier : "arracher" l'élève... à sa famille... Je pensais jusqu'à maintenant que les parents (le père et la mère), étaient les premiers éducateurs de leurs enfants.

Je m'interroge dans cette litanie des déterminismes sur l'absence des déterminismes de l'Etat et de la Franc-Maçonnerie...  

Ce monsieur veut-il prendre en charge les consciences et mener tout droit nos enfants dans la gueule d'une dictature ou autre dérive sectaire ? 

 

Quid de nos richesses familiales, ethniques, sociales, intellectuelles, religieuses ?

Il serait bon que ce ministre de l'Education Nationale se replonge dans les livres d'histoire (ceux écrits par les historiens, pas ceux écrits par les idéologues) pour voir que l'histoire de France ne commence pas à la Révolution Française mais au Vème siècle de notre ère. Il verra que la France plonge ses racines dans la foi chrétienne, c'est un fait indéniable, pour peu que l'on ouvre ses yeux !

 

Nous ne sommes plus au temps de Robespierre qui voulait détruire toutes les religions pour mettre en place le culte de la Raison et de l'Etre Suprême... Nous savons où à mener cette aventure...

 

Heureusement qu'il reste les établissements de l'Enseignement Catholique qui sont ouverts à toutes et tous, respectent toutes les croyances et les non-croyances et qu'ils éduquent nos enfants à la vraie liberté, celle qui permet de choisir en toute connaissance de chose et non pas en niant les autres... 

 

Pour conclure, voici l'article du Figaro du 9 septembre 2013 qui décrit cette charte :

 

Cette charte rappelle que «la Nation confie à l'école la mission de faire partager aux élèves les valeurs de la République». L'article 1 stipule que «la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale», l'article 2 que «l'État est neutre à l'égard des convictions religieuses ou spirituelles». «Chacun est libre de croire ou de ne pas croire», martèle l'article 3, la laïcité de l'école ne visant qu'à les protéger «de tout prosélytisme et de toute pression qui les empêcheraient de faire leurs propres choix», selon l'article 6.

L'article 7 rappelle lui que «la laïcité assure aux élèves l'accès à une culture commune et partagée» et permet, selon l'article 8 «l'exercice de la liberté d'expression». Le texte rappelle en outre que les élèves ne doivent aucunement contester le programme d'une matière au nom de leurs convictions religieuses ou politiques: «aucun sujet n'est a priori exclu du questionnement scientifique et pédagogique», insiste l'article 12. Il est également mentionné que la laïcité garantit l'égalité entre les filles et les garçons et «implique le rejet de toutes les violences et toutes les disciminations». L'article 14 précise enfin que «le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit».

Un texte de commentaire fourni aux professeurs et chefs d'établissment

Le ministre de l'Education nationale présentera le texte dans un lycée de La Ferté-sous-Jouarre en Seine-et-Marne lundi. Plusieurs personnalités politiques, dont l'ancien président du Conseil constitutionnel Robert Badinter, le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone ou encore le porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem, seront présentes.

Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche, Vincent Peillon précise qu' «un texte de commentaire de la charte, article par article, sera disponible pour aider les professeurs, les CPE, les chefs d'établissement à se l'approprier». Il est vrai qu'en l'état, certains articles restent abscons. L'article 15 par exemple: «Par leurs réflexions et leurs activités, les élèves contribuent à faire vivre la laïcité au sein de leur établissement».

C'est «un rappel du droit, sous une forme pédagogique et pas dans le jargon juridique», a cependant estimé Jean-Pierre Obin, inspecteur général honoraire de l'Education nationale. La charte «peut paraître molle et peu précise» mais «c'est le propre d'une charte qui rappelle des principes généraux et laisse une large place à la négociation», juge Philippe Portier, directeur du groupe société, religion et laïcité au CNRS, en faisant un parallèle avec la «charte pour la laïcité dans les services publics» établie en 2007, qui n'a été que peu diffusée (à part dans les hôpitaux).

Repost 0
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 20:39

timbre.jpg

 

Pour signer la pétition, cliquez sur la Femen...

 

Dimanche 14 juillet, François Hollande a présenté le nouveau timbre «Marianne» qui doit être mis en vente dès demain, mardi 17 juillet 2013.

 
Le Figaro (et d'autres médias dont BFM TV, Libération, Famille Chrétienne, Le Pélerin, etc.) révèle que ce timbre a été dessiné par David Kawena et Olivier Ciappa. Ce dernier s’est surtout fait connaître pour ses positions militantes en faveur du mariage et de l’adoption par les couples homosexuels.

 
Le « peintre » a reconnu s’être inspiré pour cette nouvelle « Marianne » d’Inna Schevchenko, la fondatrice ukrainienne des FEMEN. Ce mouvement féministe extrêmement radical s’est fait connaître pour ses multiples provocations menées seins nus.

Il justifie son choix en affirmant dans Libération «J’ai choisi Inna Shevchenko parce que ça me semblait évident que la Marianne de la Révolution, outre le fait qu’elle était sein nu, aurait été une Femen. La liberté, l’égalité, la fraternité, ce sont les valeurs des Femen.»

Mais où a-t-il vu ces valeurs dans les actions scandaleuses et violentes menées par les Femen en France ?

Est-ce le 12 février dernier, quand les Femens montent une opération coup de poing au sein de la cathédrale Notre Dame de Paris pour fêter la démission du pape Benoît XVI ; et que des militantes seins nus bousculent les fidèles ?

Ou, est-ce quand, quelques jours plus tôt, ces extrémistes grimées en religieuses, poitrine à l’air, ont gazé des manifestants contre la loi Taubira ?

Ou, enfin, est-ce le jour où des militantes hystériques ont agressé l’archevêque de Maline-Bruxelle, Mgr Léonard ?

En réalité, les valeurs qu’incarnent les Femen ne sont en rien celles de la France. Marianne mérite mieux que ça ! Elle ne doit pas devenir le symbole de la vulgarité, de la violence et du sectarisme incarnés par les Femen.

 
Si nous devions encore porter une preuve de cette vulgarité, il suffit de donner la parole à Inna Schevchenko, la principale intéressée, responsable des Femen en France. Elle a réagi au choix de François Hollande, avec toute l’obscénité que l’on pouvait attendre d’elle, en écrivant : (je site, désolé pour le vocabulaire mais ce sont ses propres termes) "Femen est sur le timbre français. Maintenant les homophobes, les extrémistes et les fascistes devront lécher mon cul quand ils voudront envoyer une lettre."

 
Nous ne pouvons accepter une telle provocation. Marianne doit continuer à incarner les valeurs de la France et à être un symbole d’unité nationale.

 


Monsieur le Président de la République, le choix d’une telle Marianne divise profondément les Français et dégrade terriblement l’image de la France. C’est pourquoi, je vous demande de retirer immédiatement ce timbre de la vente et de choisir une nouvelle «Marianne» qui incarne l’unité et les valeurs de la France.


Ne nous laissons pas imposer ce timbre !

Ne nous laissons pas violer nos consciences !

REFUSONS D'UTILISER CE TIMBRE !

Quelques idées et petits trucs pour éviter ce timbre :


1) Refuser d'acheter ces timbres à La Poste. Demandez des "timbres de collections" ou des "beaux timbres". Ils ne coûtent pas plus cher que ces timbres "Hollande" (je dis "Hollande" pour ne pas utiliser le terme "Femen" et pour bien souligner que c'est bien le président qui nous impose ce timbre). 


2) Si le postier ne dispose pas de ces timbres de collections, (ce qui peut sembler étonnant), demandez des vignettes ordinateurs...


3) Si par malheurs vous avez de ces timbres "Hollande", ne les collez pas verticalement mais horizontalement. Vous montrerez que vous n'êtes pas d'accord avec ce choix.


4) Si la Poste de votre commune ne dispose pas de timbres de collections, achetez vos timbres via Internet sur le site de La Poste en cliquant ici

 

Si vous avez d'autres idées ou d'autres solutions pour éviter ces timbres, vous pouvez m'envoyer un mail ou un commentaire, je me ferai un plaisir de le publier sur mon blog.

 


Repost 0
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 13:55

viergeenpleurslasalette

A lire un intéressant article pour comprendre pourquoi il n'y a aucune image de cette profanation dans la presse... (cliquez ici)

Pour ma part, j'espère que l'interdiction des mouvements extrémistes concernera tout autant les mouvements d'extrême-droite que les mouvements d'extrême-gauche. Je pense en particulier à "antifa" (qui ont cherché plusieurs fois l'affrontement lors des manif pour tous) ! (un intéressant article sur "la mort d'un homme ou la culture de la violence" à lire en cliquant ici)

 

La violence et l'irrespect est autant niché dans l'extrême droite que dans l'extrême gauche. Le gouvernement doit prendre les mesures contre tous ces mouvements de haines. 

 

En aura-t-il le courage ? Hélas, au regard de l'actualité de ces derniers mois, j'en doute.

 

 


Réaction de Mgr James suite à la profanation de la Cathédrale de Nantes

Communiqué de Mgr Jean-Paul James, évêque de Nantes suite aux actes de vandalisme commis dans la cathédrale Saint-Pierre dans la nuit du vendredi 7 au samedi 8 juin 2013.

 

Dans la nuit de vendredi à samedi des personnes se sont introduites, par des échafaudages, à l'intérieur de la cathédrale de Nantes pour perpétrer volontairement des actes de vandalisme et de profanation sur des autels et le sol de l'édifice.

 

Ces actes soulèvent l'indignation de tous. Au nom de la communauté catholique, j'exprime ma tristesse la plus profonde.

 

Notre pays garantit, par la loi, le respect des cultes, des religions et des croyances. La liberté religieuse est aussi notre bien commun. Nous faisons confiance à la justice pour mener l'enquête sur les auteurs et les circonstances de cette profanation.

 

Au-delà de l'émotion que suscitent ces actes odieux, nous appelons chacun à exercer sa responsabilité pour ne pas exacerber les tensions. Dans ce climat, les chrétiens se refusent à entrer dans une spirale de la violence.

 

J'ai présidé une prière de réparation dans la cathédrale ce samedi après-midi. Demain, comme chaque dimanche, nous célébrerons le Christ ressuscité. Dans la foi, nous croyons que la haine est vaincue par l'Amour.

 Nantes


Source : Ouest France du 9 juin 2013

 

Sur place, un panneau indique que la cathédrale de Nantes restera « exceptionnellement fermée » samedi. Dans la nuit, l’édifice a subi des actes de vandalisme : l’autel et le sol ont été tagués.

 

C’est à l’ouverture, à 8 h 15, ce samedi matin, que les faits ont été découverts.

 

Le ou les auteurs sont entrés par effraction par les portes latérales en utilisant les échafaudages actuellement installés sur place.

 

La première adjointe au maire de Nantes Johanna Rolland était sur place, en fin de matinée, pour constater les dégâts, ainsi que le préfet Christian de Lavernée qui en appelle « au respect des cultes ».

 

Le chœur et l’autel endommagés

« Les dommages ont défiguré une partie du chœur ainsi que les deux autels », a-t-il indiqué. « Les portes extérieures du rez-de-chaussée ont été fracturées. »

 

« Les évocations sont mélangées : il y a des 666 (le chiffre satanique), ainsi que des évocations à caractère nazi, un buste de Femen ainsi que des petits bonshommes, style ''manif pour tous’'  », a ajouté le préfet, jugeant ces actes « navrants ».

 

Inscriptions obscènes et statue cassée

À l’intérieur, la police a constaté des inscriptions obscènes et une statue cassée, ainsi que des anges sur lesquels des sexes et des moustaches d’Hitler ont été dessinés.

 

« L’Église ne souhaite pas jeter de l’huile sur le feu », a indiqué le vicaire général du diocèse de Nantes, le père Bertrand, qui « condamne fermement » ces actes. « Nous voulons en appeler à l’apaisement et à la responsabilité de chacun. »

 

La cathédrale fermée plusieurs jours en dehors des offices

Sur place, de nombreux hommes de la police scientifique ont commencé les relevés et interdit l’accès à la cathédrale. Une enquête a été ouverte par le parquet et confiée à la sûreté départementale de Nantes.

 

Pour le moment le montant des dégâts n’a pas encore été évalué, a indiqué le préfet.

 

La cathédrale sera fermée plusieurs jours pour la visite, mais sera ouverte pour les offices religieux.

 

Réactions de Manuel Valls et Jean-Marc Ayrault

Dans la nuit de jeudi à vendredi, le portail d’entrée de la cathédrale de Limoges a également été tagué. Le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a condamné « avec force la profanation des cathédrales de Limoges et de Nantes, souillées par des inscriptions nauséabondes ».

 

Le ministre dit comprendre et partager « l’émotion et l’indignation suscitées par ces actes intolérables » et assure la communauté catholique « de son entier soutien » et « de la mobilisation des services de police pour déférer à la justice dans les meilleurs délais les auteurs de ces faits abjects ».

 

« Au-delà de l’émotion que suscitent ces actes odieux, nous appelons chacun à exercer sa responsabilité pour ne pas exacerber les tensions. Dans ce climat, les chrétiens se refusent à entrer dans une spirale de la violence », a réagi l’évêque de Nantes, Mgr Jean-Paul James.

 

Le Premier ministre et ancien maire de Nantes Jean-Marc Ayrault lui a téléphoné « pour lui faire part de son indignation et de sa solidarité ».

 

« Aucune cause ne saurait justifier que l’on s’attaque à un lieu de culte. La république, parce qu’elle est laïque, a pour devoir de garantir à chacun liberté de conscience et de pratique religieuse », a de son côté commenté le député EELV de Nantes François de Rugy.

 

La 1re adjointe de la mairie de Nantes, Johanna Rolland (PS), a également condamné les faits « avec la plus grande fermeté ».

 

 

Repost 0
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 12:19

Paris

La famille ne serait donc pas à l’honneur dans cet établissement catholique ?

Heureusement que le secrétariat national de l’Enseignement catholique n’a pas les mêmes directives que ce lycée Toulousain.

Quand l'enseignement catholique sera attaquée par le pouvoir en place, que feront ces jeunes ? si même la christianophobie envahie, par le haut, un établissement catholique... où allons-nous ?

 

Quand la direction d’un lycée catholique oublie ses valeurs… on marche sur la tête. Certains se poseront la question "Que fait ce directeur dans l'enseignement catholique ?"

 

Fort heureusement, le nouveau statut de l'enseignement catholique approuvé lors de la dernière assemblée des évêques de France prévoit une reprise en mains des évêques... Face à cet épisode, il n'est que grand temps.

 Mariage defense

La direction d'un lycée catholique de Toulouse a renvoyé de cours des élèves portant un sweat-shirt de la Manif pour tous.

Source, le Figaro, 8 juin 2013

 

Il y a quelques semaines, le port du sweat-shirt de la Manif pour tous était proscrit par la loi puisqu'il faisait l'objet d'une vague d'interpellations policières avec conduite au poste, interrogatoire et procès-verbal. Aujourd'hui, l'interdiction a changé de camp, venant cette fois de censeurs moins attendus: des lycées catholiques. Alors que ces établissements constituaient encore tout récemment de solides relais d'opinion du mouvement Manif pour tous, en diffusant largement mails, consignes et appels à manifester, ils semblent aujourd'hui avoir jeté le débat et ses symboles avec l'eau du mariage pour tous, désormais promulgué. À Toulouse, cette volte-face fait grand bruit. Des élèves d'un important lycée catholique de la ville rose viennent de se faire exclure de cours pour le port du célèbre sweat-shirt rose et bleu, figurant un père et une père tenant leurs deux enfants par la main.

 

Mardi dernier, quinze à vingt élèves se présentent en classe avec le sweat-shirt. Ils se sont donnés le mot via Facebook car ils veulent réagir à ce qui leur semble «une injustice»: quelques jours auparavant, un camarade de première est venu en cours avec ce sweat-shirt et s'est vu contraint de l'enlever par la direction, condition sine qua non pour réintégrer sa classe. Ils ne manifestent pas, ne sont pas regroupés, ils rentrent normalement en classe, sans remarque des professeurs. Mais cinq d'entre eux sont bientôt convoqués devant la responsable de vie scolaire qui leur intime l'ordre de retirer le vêtement, sans quoi ils devraient quitter l'établissement ou aller à l'étude. Rien de la fermeté ou «des fortes pressions», témoigne un parent d'élève, ne dissuade les élèves. Des parents sont appelés par l'école pour les informer de la situation, des élèves se voient au contraire interdire de contacter leur famille. Sur le groupe de réfractaires, seuls deux élèves acceptent d'enlever l'objet du délit. Les autres se prennent un sermon dans le bureau du dirlo. Menace d'exclusion de cours, et même de mise à pied, s'ils ne s'exécutent pas. Toujours récalcitrants, ils sont envoyés en étude, séparés des autres élèves, avec interdiction de communiquer avec qui que ce soit.

 

Les ados ne faiblissent pas, ils argumentent: «La loi L.141-5-1 de 2004 interdit le port de tenues et de signes ostentatoires religieux mais cette loi ne s'applique que dans les établissements publics, pas dans les établissements privés. Qui plus est, le logo LMPT reproduisant une famille père, mère et leurs deux enfants n'est pas un signe religieux. Ni un signe politique d'ailleurs. Il n'est pas haineux, il ne nuit à personne. On voit bien des élèves en classe avec un T-shirt Che Guevara, est-ce mieux ? Nous ne manifestons pas dans l'école, nous ne troublons pas la vie de l'établissement…».

 

«Moi ça m'a révolté, témoigne le parent d'un des ados séditieux. Les jeunes n'ont fait qu'afficher leur opinion, en toute sérénité, laquelle est qui plus est parfaitement raccord avec les préceptes enseignés dans un établissement catholique. C'est même précisément pour cet enseignement que nous avons choisi de payer une scolarité dans le privé!».

 

Pour Maxime (*), passée la surprise, l'épisode reste une incompréhension. «Je ne faisais qu'exprimer des valeurs que je croyais partager avec l'école, maintenant je sais à quoi m'en tenir»

 

Le jour même des faits, un des pères des élèves concernés est reçu par le directeur de l'établissement. Ce dernier finit par accepter le retour des élèves en cours avec leur sweat-shirt. Il faut dire que les ados prévoyants et un brin malins, étaient convenus de ne rien porter dessous, de sorte à opposer l'impossibilité de le retirer… Le directeur du lycée ne sanctionne finalement pas les élèves mais rappelle son opposition de principe. Au reste, il s'engage à en référer au rectorat et à la tutelle de l'école, dont il attend les instructions.

 

(*) Le prénom a été modifié.

 

 

 

Repost 0

Q.C.M.

Q.C.M.KTO.jpg
Un jeu de connaissances auquel les téléspectateurs de toutes générations peuvent participer. Trois candidats viennent chaque semaine tenter de se qualifier pour la finale du mois. Ecriture, Histoire de l'Eglise, saints et témoins de la foi...l'occasion en cette année de la foi de tester - et d'enrichir ! - ses connaissances, en s'amusant, sous la conduite souriante de Charlie Clarck.

 

Cliquez sur le logo KTO pour accéder aux vidéo

 

 

Chapitres & Thèmes Du Blog

Option préférentielle

Aux yeux de l'Eglise, l'"option préférentielle pour les pauvres" n'est pas un simple slogan.
C'est un impératif évangélique auquel j'ai essayé de me conformer tout au long de ma vie et de mes missions.
[...] Il est difficile de parler des pauvres -et aux pauvres- si l'on ne se solidarise pas avec leur vie.

Cardinal Roger Etchegaray
J'ai senti battre le coeur du monde
p. 216