Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Page D'accueil, Contact

  • : Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • Jean-Pierre, diacre permanent vincentien, diocèse du Mans
  • : Quelques réflexions de Djipi
  • Contact

Noël

 

 

Recherche

Dimanche prochaine avec MN Thabut

Cliquez sur la photo pour accéder

au commentaire de

Mme Marie Noelle Thabut

MN Thabut 03

On n'oblige pas le piéton...

Je me garderai bien de juger une personne.

Je me fais seulement l’écho de l’enseignement habituel de l’Eglise qui rappelle les principes fondamentaux capables d’éclairer la route de ses fidèles. En installant un lampadaire pour éclairer le trottoir, on n’oblige pas le piéton à marcher sur ce trottoir.

D'après une rubrique du Carême par Serviam
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 13:48

socrate.gif

 

La France est en pleine campagne électorale pour les municipales. Vous savez, nous allons élire les élus de proximité, ceux que nous rencontrons quotidiennement dans nos communes. Ces futurs élus, ces futurs maires, font parties de notre quotidien. Nous les connaissons, ils nous connaissent.

 

Malheureusement, certains oublient les plus élémentaires éléments du dialogue et du respect des uns et des autres. Alors que ces candidats devraient être exemplaires, nous n'entendons que critiques, mensonges, dénigrement et même parfois insultes… Nous n’entendons que très rarement des arguments et des projets pour nos cités…

 

Mais cette attitude n’est pas nouvelle. Nous pouvons en trouver quelques traces au Vème siècle avant Jésus Christ dans la pensée de Socrate.

 

Pour faire œuvre utile, parce qu'en j'en ai marre de lire des tweets (idem pour les affiches, tracts, etc.) remplis de haine et de mensonges et vides de tout arguement ou de toute perspective d'avenir, j’appelle les candidats passer leurs paroles par les trois tamis de Socrate.

 

Un jour, quelqu'un vint voir Socrate et lui dit :

- Ecoute Socrate, il faut que je te raconte comment ton ami s'est conduit.

- Arrête ! Interrompit l'homme sage. As-tu passé ce que tu as à me dire à travers les trois tamis ?

- Trois tamis ? dit l'autre, empli d'étonnement.

- Oui, mon bon ami : trois tamis. Examinons si ce que tu as à me dire peut passer par les trois tamis. Le premier est celui de la Vérité. As-tu contrôlé si ce que tu as à me dire est vrai ?

- Non; je l'ai entendu raconter, et ...

 

- Bien, bien. Mais assurément, tu l'as fait passer à travers le deuxième tamis. C'est celui de la Bonté. Ce que tu veux me dire, si ce n'est pas tout à fait vrai, est-ce au moins quelque chose de bon ?

Hésitant, l'autre répondit :

- Non, ce n'est pas quelque chose de bon, au contraire ...

 

- Hum, dit le Sage, essayons de nous servir du troisième tamis, et voyons s'il est utile de me raconter ce que tu as à me dire ...

- Utile ? Pas précisément.

 

- Eh bien, dit Socrate en souriant, si ce que tu as à me dire n'est ni vrai, ni bon, ni utile, je préfère ne pas le savoir, et quant à toi, je te conseille de l'oublier ...

 

 

 

Donc, chers amis candidats, pour que je lise vos tracts, affiches, tweets, etc, j'aimerai y lire vos projets, vos arguments, vos perspectives d'avenir.

Si ce que vous dites n’est ni vrai, ni bon, ni utile, alors, comme Socrate, je préfère ne pas le savoir et je vous demande de passer votre chemin.

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Questions de société
commenter cet article
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 20:32

A l'heure de la campagne électorale pour les municipales, face aux insultes, arguments de bas étages ou autre humour de mauvais alois vu dernièrement sur twitter, je voudrais rappeler un mot du Père Michel Marie Zanotti Zorkine :
« Vous avez dit "dialogue" ? Oui, et ce n’est pas rien, personne n’apprécie qu’on ne pense pas comme lui. Pourtant rien n’est plus salutaire que la différence d’opinion pour avancer et découvrir ensemble la vérité » 

Que les candidats des diverses listes prennent le temps de "dialoguer", de présenter leurs différents programmes. Le reste ? insulte, coup bas, humour désastreux... c'est direct à la poubelle (déchets perdus et non recyclable hélas).

Pour aider au discernement sur le "dialogue" une vidéo de Francis Jacques. Bon attention, il y a du vocabulaire, je ne suis pas sûr que tous les candidats comprennent (haïe je fais du mauvais humour, désolé) Mais bon, si ça peut enrichir un tant soit peu le niveau des échanges électoraux... :

 

 

Wikipédia sur Francis Jacques :

rancis Jacques est un philosophe français né en 1934 à Strasbourg.

Docteur en philosophie (1975) et en théologie (2000), il a été notamment professeur de philosophie à l'université de Rennes 1 (de 1976 à 1986), professeur invité à l'Institut catholique de Paris (de 1986 à 2000), puis professeur de philosophie du langage et de la communication à la Sorbonne nouvelle (Paris-III) (de 1986 à 2001).

Auteur de nombreux ouvrages, il a montré — dans Différence et subjectivité et L'Espace logique de l'Interlocution — que la subjectivité ne devrait pas être pensée à partir de la conscience de soi, mais à partir de la communication interpersonnelle. C'est en effet dans et par celle-ci que les participants deviennent des personnes. Sa réflexion s'inscrit à la fois dans la perspective de l'anthropologie, de la philosophie analytique et de la pragmatique linguistique. En 2002-2003, il a occupé la chaire Étienne Gilson.

Bibliographie sélective

  • Dialogiques, Recherches logiques sur le dialogue, Paris, PUF, 1979. Traduction partielle en polonais in Znak, Cracovie, no 329, 1982 ; traduction allemande : Über den Dialog. Eine Logische Untersuchung, Berlin, De Gruyter, 1986.
  • Différence et subjectivité. Anthropologie d'un point de vue relationnel, Paris, Aubier-Montaigne 1982 (Prix Broquette-GoninAcadémie française). Traduction anglaise par Andrew Rothwell: Dialogue and Personal Relation, New Haven and London, Yale University Press, 1991, avec une préface de l'auteur pour l'édition anglaise.
  • L'Espace logique de l'interlocution, Paris, PUF, 1985 (prix Louis Liard, de l'Institut). Traduction anglaise, Berkeley, en préparation.
  • De la signifiance, Centro Internazionale di semiotica di Urbino, 1987. Trad. italienne.
  • "Référence et différence. La situation originaire de la signification", Encyclopédie Philos. Univ. Vol. I : L'univers philosophique, Presses Universitaires de France, 1989, 492-512.
  • En collaboration avec Jean-Louis Leutrat, L'Autre visible, Presses de la Sorbonne nouvelle et Méridiens Klincksieck, l998.
  • L'Ordre du texte, Bibliopolis, Naples, 2000.
  • Écrits anthropologiques. Philosophie de l'esprit et cognition, Paris, L'Harmattan, 2000.
  • Interroger et catégoriser en théologie fondamentale, Thèse de théologie, ICP, 2000.
  • (éd.) Philosophie, science et foi, Paris, Salvator, 2001.
  • De la textualité. Pour une textologie générale et comparée, Maisonneuve, 2002. Trad. espagnole par P. Jacomet, Santiago 2006.
  • (éd.) Éducation et formation. Essai sur quelques constantes éducatives, Paris, Parole et Silence, 2004.
  • (dir.) La Question de l'autorité. L'autorité en question, Paris, Éditions Parole et Silence, « Collection des Actes des journées de l'Association des philosophes chrétiens » 2005.
  • La Croyance, le savoir et la foi. Une refondation érotétique de la métaphysique, Paris, PUF, coll. « Chaire Gilson », 2005.
  • « Philosophie de la religion et théologie fondamentale, en Hommage à Ricœur », Revue d'histoire et de philosophie religieuse, publiée par la faculté de théologie protestante de Strasbourg, février-mars, 2006, p. 41-65.
  • (dir.) Anthropologie(s) et humanisme, Paris, Éditions Parole et Silence, « Collection des Actes des journées de l'Association des Philosophes Chrétiens », 2006.
  • (dir.), Souffrir et mourir, Paris, Éditions Parole et Silence, « Collection des Actes des journées de l'Association des philosophes chrétiens », 2007.
  • L'Arbre du texte, Paris, Vrin, 2007.
  • (dir.), Les racines culturelles et spirituelles de l'Europe, Paris, Éditions Parole et Silence, « Collection des Actes des journées de l'Association des philosophes chrétiens » 2008.
  • (dir.), Un salut de l'homme sans Dieu est-il possible ?, Paris, Éditions Parole et Silence, « Collection des Actes des journées de l'Association des philosophes chrétiens » 2009.
  • Demeurer ou la permanence reconquise, à paraître aux édtions Champion.
  • Transhumances, Carnets de la longue route, à paraître aux éditions Salvator.
  • "Opérativité et interrogativité" in Gustave Guillaume et André Piaget ; repenser la condition humaine, sous la direction d'André Jacob, à paraître aux Éditions Villeneuve.
  • Entre nous soit dit, coll. "Dialogues des petits Platons", Les petits Platons, à paraître (février 2014).

Sur Francis Jacques

  • N. Mouloud, ‘Dialogiques’, Rev.de Mét. et de Morale 1981 (2).
  • P.Gochet et D. Giovannangeli, "Les Dialogiques de Francis Jacques : une philosophie de la communication", Communication And Cognition, l982
  • "Le dialogisme transcendantal. L'itinéraire philosophique de Francis Jacques", Rev.de Mét. et de Morale, l987 ;
  • J.L. Petit, "Sémantique et pragmatique, leur articulation dans L'Espace logique de l'interlocution", Logique et analyse, l987
  • B. Waldenfels, "Dialogisme et phénoménologie" Phil. Rundschau, l989.
  • J.Zycinski, "F.Jacques - Filozof dialogu I pelnego slowa", Znak, rok XXXVI, n.329 (4), Kwiecien, Krakov l982, 262-272.
  • F. Armengaud, "De H.P.Grice à F.Jacques. Remarques sur la maxime pragmatique de pertinence", Rev de Métaph et de Morale, l984 (89), 389-404.
  • Van Overbeke, "Réponse à la conférence de Francis Jacques", Archiv. Filos., l986 (54), 219-223.
  • G-F Duportail, "L'Humanisme dialogique de F.Jacques", in Archiv.Filos., Roma l987 (55), 351-380.
  • "Dialogisme et argumentation : le dialogue argumentatif". Verbum, 1989, 12, n.2, 221-237.
  • D.Bourg, "Ethique et pragmatique. Autour des œuvres de K.O.Apel, J.Habermas et F.Jacques", Bijdragen, l988 (49), l39-l48.
  • P-J. Labarrière, "La Réciprocité interlocutive ou la canonique du dialogue. Sur la philosophie de F.Jacques", Archiv. Philos., l988 (51), 431-440.
  • P.Gochet -J.Riche, "Logique et épistémologie". Doctrine et concepts l937-l987 ; (Rétrospective et prospective : cinquante ans de philosophie de la langue française), publié sous la direction d'A.Robinet, ed. Librairie philosophique Vrin l988, 225-239.
  • G. Antonioli, "Tres estrategias interaccionales : la conversacion, la negociacion, el dialogo" Lenguas modernas, Universidad de Chile, Facultad de Filosofia y humanidades, Dep. de Linguistica, Santiago, l989 (l6), l27-l42.
  • Kinanga Masala, La théorie du dialogue référentiel de Francis Jacques, Mémoire de D.E.S. en Philosophie, Facultés Catholiques de Kinshasa, 1990-1991.
  • M.Cosili, Persona, Relazione e Linguaggio. La Communicazione come interlocuzione nel pensiero di Francis Jacques, l991-92.
  • Isabella Micheletti, Persona e alterita. La filosofia dell'interlocutione di Francis Jacques, Universita del Sacro Cuore, Milano 1997.
  • Kinanga Masala, Référence et interlocution dans la théorie dialogique de Francis Jacques. Contribution à la logique du discours irénogène, Thèse de doctorat en Philosophie, Université de Kinshasa, 2001.
  • Simone Goyard-Fabre, ‘Le Renouvellement de la métaphysique’ Archives de philosophie du droit, Le Pluralisme, no 49, 443-445, 2006.
  • Et ‘Parler, dire, penser’, Rev. de Mét. et de Morale, 2007, no 2 ;
  • 3 DVD en coffret de Daniel Lance assisté de Nicolas Pouard : Empreinte de la pensée, L’Harmattan vidéo, 2008.
  • Kinanga Masala, "Le rationalisme dialogique contemporain. De Mikhaïl Bakhtine à Herbert Paul Grice", Revue Congolaise de Philosophie, no 4 (Juillet – Décembre 2010), 9-34.
  • Simone Goyard-Fabre, De l'interrogation radicale ou philosopher autrement, Les éditions du Cerf, 2011.



Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Questions de société
commenter cet article
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 15:28

sochi_0--1-.jpg

 

Après le recul sur la loi de l'accessiblité, voilà un nouvel affront aux personnes en situation de handicap. Je relaye le soutien aux champions de Handisports !

 

L’association SOS autisme en France condamne le boycott des jeux paralympiques par l'Etat français.
Pourquoi sacrifier les jeux paralympiques pour montrer leur soutien à l’Ukraine ?

Alors que la situation du handicap et notamment de l’autisme est dramatique en France, cette décision de faible portée politique est lourde de conséquences pour ces champions qui s’entrainent pour certains depuis quatre ans et qui souffrent déjà d’une faible couverture médiatique.

Ce geste est lourd de symboles et montre une fois de plus le peu d’intérêt du gouvernement envers les personnes handicapées. 

Voilà pourquoi SOS autisme en France appelle tous les citoyens à soutenir nos grands champions de handisport. Envoyez vos messages de soutien sur notre site. Nous ne manquerons pas de leur faire parvenir en espérant le plus de médailles possibles pour la France.

Ces athlètes sont de grands champions et méritent votre soutien, alors mobilisez-vous tous et toutes et soyez nombreux à leur écrire !

Olivia Cattan, Présidente du collectif SOS autisme France
Contact presse : 06 12 29 41 05

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Questions de société
commenter cet article
6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 09:26

Question de société ou de politique : un "chargé de communication avec les médias" dénie toute légitimité à qui n’a pas un mandat électif (voir ma réponse active en bas de chronique)

 

Je viens d’avoir le dialogue suivant avec un "chargé de communication" sur twitter :

 

legitimite.png

 

Je suis particulièrement choqué par ses arguments. En clair, seuls ceux qui ont des mandats électifs ont toute légitimité de pouvoir s’exprimer sur les questions de sociétés et de politiques…

 

Et lui, a-t-il un mandat électif ou juridictionnel, pour dire qui peut ou qui ne peut pas s’exprimer sur tel ou tel sujet ?

 

A le suivre, je comprends mieux pourquoi certains élus ne répondent pas à nos courriers et interpellations… puisque nous n’avons aucun mandat, nous n’avons pas droit à la parole…

 

Avons-nous encore le droit de voter ?

 

Je vais le rassurer en ce mois-ci…

 

 

De toute façon, il ne me fera pas taire. Comptez sur moi pour m’exprimer sur les sujets sociétaux et politiques ! 

 

Pour dire à ce monsieur qu'il ne nous fera pas taire, je vous invite à signer la pétition demandant la démission de Martin Schulz

en cliquant ici

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Questions de société
commenter cet article
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 20:08

Mgr-Rey.jpg

 

Lettre de Monseigneur Dominique Rey aux fidèles du diocèse de Fréjus-Toulon

 

Chers fidèles,

 

I. La dignité de l’action politique

«S’impliquer en politique est une obligation pour le chrétien», affirmait récemment le pape François, rappelant ainsi que la vocation des baptisés les conduisait à trouver dans le monde le milieu et le moyen de leur sanctification, du don de soi aux autres. «La politique est le domaine de la plus vaste charité», rappelait encore le Pape. Parce qu’elle est au service de la construction de la communauté humaine, la politique, qui vise à l’aménagement et à la gestion de la dimension sociale de l’existence humaine (en englobant toutes les activités temporelles, familiales, culturelles, éducatives, économiques, écologiques), n’est-elle pas appelée à exprimer, à sa manière, le mystère de la communion trinitaire, même si elle ne réalise qu’une ébauche inachevée du Royaume de Dieu ?

 

Alors qu’on décèle dans l’opinion publique, à la fois une vraie déception et une certaine défiance vis-à-vis de l’action politique, comme chrétiens et citoyens, nous avons l’obligation morale de réhabiliter la politique au sens noble du terme, et nous avons le devoir de participer aux élections.

 

II. Désigner des élus

Les élections sont l’occasion de désigner des hommes et des femmes qui se mettent au service de tous dans la recherche du bien commun. Ils ne doivent pas être l’otage d’une idéologie ou d’intérêts personnels. Le choix du candidat doit se faire sur la base de ses qualités personnelles (loyauté, dévouement à la chose publique, prudence, intégrité, désintéressement), mais aussi à partir de ses compétences et son expérience personnelle, de ses convictions affichées et d’un programme sérieux. Il ne faut pas se laisser abuser par les slogans racoleurs ou le vernis médiatique, mais apprendre à discerner avec clairvoyance les valeurs fondamentales que portent les candidats, qui vont s’incarner dans des décisions significatives touchant en particulier :

 

1) Le souci prioritaire du pauvre alors que surgissent dans notre société en crise et menacée par le repli sur soi, de nouvelles formes de précarité, d’injustice et d’exclusion. «L’individualisme diffus ainsi que le matérialisme mercantile conduisent à une “culture du déchet”» (Pape François) où les plus faibles sont rejetés comme inutiles ou réduits à «l’assistanat». Quelle politique en matière d’hébergement d’urgence, de logement social, quelle politique d’emploi seront effectivement mises en route par tel ou tel candidat ?

 

2) Le respect de la vie humaine depuis la conception jusqu’à la fin naturelle. L’avortement demeure un drame considérable, même si on cherche à le banaliser. La loi sur l’égalité hommes-femmes en fait un véritable droit, élargissant même le délit d’entrave à l’IVG à toutes les actions empêchant l’accès à l’information. Évoquer les traumatismes personnels et collectifs qu’entraîne durablement l’avortement devient ainsi un délit. Quelle est la position des candidats qui bénéficieront de nos suffrages, sur l’avortement, alors que l’Assemblée Nationale vient de banaliser l’accès à l’IVG par la suppression de la notion de «détresse» ? Quelles sont leurs propositions d’accueil et de soutien en faveur des femmes qui désirent garder leur enfant à naître ?

 

A propos de l’euthanasie, tandis qu’on prépare l’opinion publique à reconnaître le suicide médicalement assisté, sont-ils prêts à soutenir et encourager une vraie solidarité avec les personnes en fin de vie, en particulier par le développement des soins palliatifs ?

 

3) La promotion de la cellule familiale fondée sur l’union et la complémentarité de l’homme et de la femme, et ouverte à la procréation. La famille est le berceau de l’humanité et permet son apprentissage. Quelle est la position de ceux que nous allons élire, sur la loi concernant le mariage entre personnes de même sexe ? Quelle politique familiale et éducative soutiendront-ils, tandis qu’on cherche à banaliser l’expérimentation de l’idéologie du gender à l’école, et qu’au Parlement européen on incite les États à accéder à toutes les revendications des lobbies LGBT et à reconnaître «des droits sexuels et génésiques» (à l’avortement, au recours à la PMA et à la GPA pour les couples de personnes de même sexe…) sous couvert de «lutte contre l’homophobie»?

 

4) Le respect de la liberté de conscience et de la liberté religieuse. Dans certaines régions du monde (Proche-Orient, Syrie, Irak, Arabie Saoudite…) mais aussi en Europe et en France notamment, outrages et insultes à l’égard des chrétiens se multiplient : profanation de lieux de culte, dérisions publiques véhiculées par les médias, provocations et caricatures… tout cela au nom de la liberté d’expression. Toutes les formes de diffamation et de discrimination, qu’elles soient de nature raciste, antisémite ou toute forme d’offenses faites aux personnes homosexuelles sont une atteinte grave à la dignité de la personne humaine, de même que tout acte anti-religieux, et en particulier anti-chrétien, qui blesse profondément la conscience des croyants, doit être sanctionné par la loi ou pour le moins dénoncé.

 

5) L’attention aux questions écologiques. Les problèmes liés à la pollution, au traitement des déchets, ou encore le gaspillage et l’épuisement des ressources naturelles sont devenus extrêmement sensibles. La crise écologique ne concerne pas uniquement la protection de l’environnement. Elle a une résonance anthropologique face à la dénaturation du mariage et de la filiation ainsi qu’à la manipulation transgressive de la vie. Elle implique également le choix de modes de vie qui s’exonèrent du culte de la performance ou a contrario, du malthusianisme démographique. Quelle vision du monde, de l’homme et du progrès entend-on promouvoir ?

 

 

III. La présence des chrétiens à la société civile

Dans une société marquée par la sécularisation et l’indifférence religieuse, les élections offrent une occasion aux chrétiens de faire entendre leur voix, non seulement pour condamner ou critiquer les évolutions, mais aussi pour porter les attentes, sortir du fatalisme, souligner les espérances et les potentialités de notre temps, et être une force de proposition alternative. Les chrétiens doivent apprendre à faire de la « politique au quotidien » en mettant en œuvre de nouvelles solidarités intra-nationales et internationales, des réseaux de proximité et de fraternité, en mobilisant l’opinion publique autour des problématiques de notre temps. Face aux tenants d’une laïcité d’exclusion, tentée de marginaliser toute forme d’expression de la foi ou de la cantonner à l’intime, les nouvelles générations engagées en politique seront attentives aux exhortations que le pape François leur adresse : «Allez courageusement à contre courant, servez la Vérité du Christ, et n’acceptez pas les ‘valeurs avariées’ de la société qui ruinent la vie et suppriment l’espérance.»

 

Cette présence incisive, parfois contestataire, mais aussi propositionnelle des chrétiens, nécessite une solide formation à la Doctrine Sociale de l’Église, aux questions éthiques et anthropologiques ; une réelle présence au monde, en particulier au niveau local ; la participation active aux différentes expressions de la démocratie ; l’inscription dans une culture du dialogue et de l’engagement. Les élus qui attestent de leur foi chrétienne doivent témoigner de la cohérence entre leur foi et leur engagement politique.

 

 

IV. Témoigner du courage de la foi

Le pape François nous encourage à ne pas fuir le monde dans le découragement, la nostalgie, les lamentations et la démagogie. «Ce ne sont pas les chrétiens de salon qui changeront le monde, en le commentant du haut du balcon !» Prenons acte de notre statut minoritaire et redécouvrons que «ce sont les minorités créatives qui déterminent l’histoire.» (Benoît XVI) Ce que les chrétiens ont de meilleur à offrir aux gouvernants ou à ceux qui briguent un mandat, c’est leur prière. Nous avons le devoir de prier pour tous ceux qui sont dépositaires d’une part d’autorité, (même si nous ne partageons pas leurs idées). Pourquoi ne pas recourir à Dieu pour qu’Il les bénisse et inspire leurs projets ? Trouvons dans le Christ la force d’aller de l’avant avec courage ! Le premier pas consiste à sortir de nous-mêmes et à travailler à devenir des saints. « Les saints sont les vrais réformateurs et c’est seulement d’eux que vient la véritable révolution.» (Benoît XVI)

 

Nous n’oublions pas que nous devons à des chrétiens convaincus, tels que Konrad Adenauer, Robert Schumann et Alcide de Gasperi, d’avoir jeté les bases de la construction européenne. Que ceux qui s’engagent en politique se confient particulièrement au bienheureux Charles d’Autriche et aux saints patrons de l’Europe (saint Benoît de Nursie, saints Cyrille et Méthode, sainte Brigitte de Suède, sainte Catherine de Sienne et sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix).

 

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Questions de société
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 16:02

Alors que l'engagement associatif vient de recevoir le label "grande cause nationale 2014" (cliquez ici) un avant projet du même gouvernement vise à "encadrer" (comprenez, à réduire, puis interdire) le bénévolat (cliquez ici pour lire cet avant projet).

 

 

Je vous propose de signer la pétition

pour la défense du bénévolat en cliquant sur :


sauvons.png


Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Questions de société
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 15:31

occident.jpg

 

Hélas oui, l’Occident n’a jamais si bien porté son nom.


Si nous en croyons l’étymologie, le mot « occident » signifie « déclin » « ruine » « tomber » ou même « mort » dans certaines civilisations orientales.

L’Occident serait-il devenu en phase avec sa signification étymologique ?

 

A lire les dépêches relatant les dernières décisions prises en Europe, qui est bien une partie de l'Occident, la réponse est irrésistiblement, dramatiquement, positive.

 

Regardons nos journaux, quels sont les termes qui reviennent le plus souvent ?

Avortement, euthanasie, suicide assisté, etc.

Je n’ose même pas évoquer la déconstruction psychologique de nos enfants dans les écoles de France.

Une véritable société qui prépare un sombre avenir, une véritable culture de mort…

 

Qu’en diraient nos aïeux qui ont combattus pour notre liberté aux siècles derniers ?

Si c’est pour ça qu’ils sont morts, si c’est pour ça qu’ils ont sacrifiés leurs vies…

 

Nous sommes les plus à plaindre car non seulement notre civilisation ne respecte plus ceux qui sont morts pour elle mais en plus, elle ne respecte pas les plus faibles et les plus fragilisés : l’enfant à naître, l’enfant en mal de sens, le handicapé, le malade incurable, le souffrant.

 

Que dire d’une société qui tue ses enfants à naître ?

 

Que dire d’une société qui tue ses anciens, ses malades, ses handicapés,

ceux qui sont différents ?

 

Que dire d’une société qui n’a plus d’espoir

ni dans sa jeunesse, ni dans ses anciens ?

 

Que dire ? sinon qu’elle est morte ?

 

 

Je ne peux croire en l’avenir d’une société qui n’a pour seule solution à celui qui souffre que de l’aider à mourir.

 

Si nous voulons construire une société qui prenne tout son sens, qui valorise la personne humaine (toute personne humaine), elle n’aura de réponse face à la souffrance que la solidarité et l’amour.

 

La dignité d’une personne ne réside pas dans sa forme physique ou mentale, elle réside dans son être même.

C’est parce qu’une personne EST qu’elle est DIGNE.

 

Refusons un Occident porteur de mort.

 

Construisons un Occident porteur

de solidarité, de fraternité et de charité.

 

 

Jean-Pierre Tellier

Diacre Permanent Vincentien

Le 14 février 2015


Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Questions de société
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 04:57

billet.jpg

 

J'ai hésité à mettre cette chronique dans la rubrique "prière et méditation". Mais réflexion faite, compte tenu de ce que notre pays traverse (et la Belgique également), je met cette chronique dans la rubrique "questions de société". Je pense que c'est sa juste place à l'heure actuelle.

 

 


Un conférencier donne un enseignement :

Il prend un billet de banque tout neuf et demande à l’auditoire :

« Qui aimerait ce billet de 20 euros ? »

 

Bien entendu toutes les mains se lèvent.

 

 

Le conférencier alors, froisse le billet entre ses mains et demande une nouvelle fois:

« Qui aimerait encore ce billet de 20 euros ? » Toujours autant de mains se lèvent...

 

 

Il continue en jetant le billet à terre, en le piétinant et repose la même question :

« Et maintenant, qui aimerait ce billet de 20 euros ? ».

Toujours autant de mains se lèvent. Il pose alors cette question :

 

« Pourquoi voulez-vous tous ce billet, qu’il soit neuf ou complètement froissé et piétiné ? »

Et quelqu’un parmi l’auditoire répond.

« Parce que nous connaissons sa valeur ! »

 

Exactement.

Nous connaissons sa valeur. Sa valeur ne dépend pas de son état. Qu’il soit neuf, froissé ou piétiné, elle ne change pas. Elle reste identique.

 


Lorsque nous regardons certaines personnes autour de nous qui ont été froissées ou piétinées par les circonstances parfois dramatiques de la vie, les regardons-nous comme ce billet en nous rappelant qu’elles aussi ont de la valeur ?

 

Ou bien les regardons-nous avec dédain en oubliant leur valeur?

 

La valeur de ces personnes qui nous entourent ne dépend pas de leur état.

 

Ta valeur ne dépend pas de ton état.

 

La vie t’a froissé, piétiné ?

 

 

Laisse-moi te dire que ta valeur ne change pas, elle est et restera inestimable, qu’elles que soient les circonstances.

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Questions de société
commenter cet article
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 05:14

François Hollande, la France et les catholiques

Diffusé le 28/01/2014 / Durée 52 mn

 

 

Pour la première fois depuis son élection, François Hollande s'est rendu au Vatican le 24 janvier. Le président de la République et sa délégation ont été reçus au Palais apostolique par le Pape François. Cette brève visite a été décidée récemment. Quelle est la portée d'une telle rencontre ?

 

Après avoir réduit le dialogue au strict minimum sur les questions de société et laisser un développer un certain laïcisme au niveau de l'Etat, s'agit-il d'une évolution dans la ligne du président Hollande vis-à-vis des religions, et en particulier de l'Eglise catholique en France ?

 

Retour sur cet évènement à l'approche des échéances électorales et après un début de quinquennat tendu.

 

Avec la participation de :

Jean-Pierre Mignard, avocat, membre du Conseil national du Parti Socialiste et co-directeur de la rédaction de Témoignage Chrétien ;

Jean-Frédéric Poisson, président du Parti Chrétien Démocrate et député des Yvelines ;

Razzy Hammadi, Député PS de Seine-Saint-Denis ;

Samuel Pruvot, journaliste et auteur de François Hollande, Dieu et la République (Salvator).

Table-ronde animée par Hadrien Lecoeur.

 

 

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Questions de société
commenter cet article
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 14:15

Un petit évènement récent m’a fait repenser à un épisode de mon service militaire qui me fait encore sourire, 31 ans après.

Comme c'est amusant et chargé d'enseignement, je vous le partage.

(En cliquant sur les photos vous aurez des liens vers des sites sur la BA 102 et son histoire).

 

 


Je suis de la 83/10, peloton spécial des élèves gradés. Affecté à la base aérienne de Dijon, BA102, j’y ai de très bons souvenirs.

2-ec.jpg 

je recherche un insigne de la 2EC, Vous pouvez me contacter au cas où. 

Fourrier à la Section d’Encadrement de la 2ème Escadre de Chasse, je m’occupais de l’approvisionnement avec deux autres appelés du contingent. (Désolé si certains termes échappent aux plus jeunes, avec un peu de recherches sur Internet ou auprès de leurs ainés ils auront toutes explications pour appréhender chacun des termes, et vous aussi Mesdames). Les contacts avec les engagés (militaires de carrières) étaient très bon et respectueux. J'ai toujours à l'esprit ces hommes et ces femmes que j'ai cotoyés pendant cette année de service militaire.

 

Bref. En 84, c’était les premiers déploiements des avions Mirages 2000. A l’annonce de la réception des avions (pour le 2 juillet 1984), la BA 102 de Dijon fait peau neuve. Coups de peintures par ci, par là. Uniformes neufs, etc. (Pour la petite histoire, je figure sur le film de l'époque (seulement disponible aux services militaires) parmi les multiples militaires qui courent accueillir sur le tarmac pour accueillir le premier Mirage 2000,... après plusieurs prises…).

 Mirage-2000.jpg

Le pavillon de la Section d’Encadrement était sur une placette. Notre adjudant-chef nous avait demandé de peindre en blanc les bordures du trottoir. Avec les deux collègues, nous nous sommes prêtés à cette occupation. Une fois fait le devant, nous nous attaquions aux trottoirs des côtés puis de derrière. « Pas la peine de faire ces côtés, le colonel ne passera pas par-là » nous ordonna le sergent.

 

Nous avons passé le restant du service avec un bout de trottoir peint et l’autre non. Au quotidien, c’était moche à voir, mais ça nous faisait bien rigoler tout en étant fier de notre bordure peinte. Ah ! la belle époque. Je ne pensais pas revoir cela dans le civil. Mais si. Comme quoi, il ne faut jamais désespérer. On en rigole toujours autant même si c'est désespérant.

 

Moralité : A ces messieurs, hôtes d’un jour et invités de marques, ne faites pas attention à ce qu’on vous met sous les yeux. Tellement ça brille que vous risquez de passer à côté de l’essentiel et qu’on cherche à vous cacher.

 

 

A vous de garder les yeux ouverts et de chercher cet essentiel.

 

ba-102.jpg 

 


 

A part cette petite anecdote amusante,

je salue et je rends hommage à l’engagement

de ces hommes et de ces femmes au service de la Nation.

 

Je profite de cette chronique pour faire une présentation de la BA 102.

(Comme c’est un terrain militaire, les seules photos et vidéos que je présente ici sont issus des sites d’informations militaires

à disposition sur Internet).

 

 

  
Repost 0
Published by Jean-Pierre - dans Questions de société
commenter cet article

Q.C.M.

Q.C.M.KTO.jpg
Un jeu de connaissances auquel les téléspectateurs de toutes générations peuvent participer. Trois candidats viennent chaque semaine tenter de se qualifier pour la finale du mois. Ecriture, Histoire de l'Eglise, saints et témoins de la foi...l'occasion en cette année de la foi de tester - et d'enrichir ! - ses connaissances, en s'amusant, sous la conduite souriante de Charlie Clarck.

 

Cliquez sur le logo KTO pour accéder aux vidéo

 

 

Chapitres & Thèmes Du Blog

Option préférentielle

Aux yeux de l'Eglise, l'"option préférentielle pour les pauvres" n'est pas un simple slogan.
C'est un impératif évangélique auquel j'ai essayé de me conformer tout au long de ma vie et de mes missions.
[...] Il est difficile de parler des pauvres -et aux pauvres- si l'on ne se solidarise pas avec leur vie.

Cardinal Roger Etchegaray
J'ai senti battre le coeur du monde
p. 216